HomeAlejandra Pizarnik et Paris

HomeAlejandra Pizarnik et Paris

Alejandra Pizarnik et Paris

Imaginaires, intertextes, langue française

*  *  *

Published on Friday, December 17, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Quelle place tient le séjour à Paris, du mois de mars 1960 au mois de juillet 1964, au sein de la trajectoire vitale et artistique de la poète argentine Alejandra Pizarnik (1936-1972) ? À travers cette interrogation initiale, le colloque entend envisager l’existence d’un moment parisien, coïncidant sur le plan biographique avec une expérience de vie et de création longue de quatre années dans la capitale européenne, et répondant à des enjeux clés pour la compréhension d’ensemble de l’œuvre.

Announcement

Colloque international à l’occasion du 50e anniversaire de la disparition de la poète

Vendredi 23 et samedi 24 septembre 2022 à l’École Normale Supérieure de Paris

Argumentaire

(Cinco de la mañana.) (...) me preguntó qué perdí en París: ademán de mis manos queriendo decir: todo. Preguntó qué encontré: idéntico gesto de mis manos. Pero cuando preguntó qué quise decir salí afuera a llorar y a maldecir el lenguaje.

Alejandra Pizarnik, Diarios, 23 septembre 1962

Quelle place tient le séjour à Paris, du mois de mars 1960 au mois de juillet 1964, au sein de la trajectoire vitale et artistique de la poète argentine Alejandra Pizarnik (1936-1972) ? À travers cette interrogation initiale, le colloque entend envisager l’existence d’un moment parisien, coïncidant sur le plan biographique avec une expérience de vie et de création longue de quatre années dans la capitale européenne, et répondant à des enjeux clés pour la compréhension d’ensemble de l’œuvre. Décembre 1962 : Octavio Paz, qui obtient à Alejandra Pizarnik dès l’automne 1960 un poste de correctrice d’épreuves dans une revue de l’UNESCO, Cuadernos para la Libertad de la Cultura, préface son recueil poétique, Árbol de Diana. C’est un moment décisif, qui correspond pour la jeune poète à une reconnaissance croissante de la part du champ littéraire international – après 1962, la publication de ses poèmes dans des revues françaises et latino-américaines s’intensifie : Les Lettres nouvelles, Sur, Mundo nuevo, Zona franca... L’intégration rapide d’Alejandra Pizarnik au monde littéraire parisien semble être le fruit d’une entreprise d’auto-affirmation qui se joue sur trois plans distincts.

En termes de positionnement auctorial, elle renvoie à une stratégie consciente menée par une autrice issue d’une périphérie du monde littéraire, soucieuse de donner à sa vitalité créatrice un rayonnement au plus près d’un des centres de la « République mondiale des Lettres » (Pascale Casanova). Cette stratégie, qui prend appui sur une familiarité croissante avec les revues et les maisons d’édition, se fonde avant tout sur les amitiés artistiques et littéraires nouées avec des personnalités de rayonnement international (Octavio Paz, Julio Cortázar, Italo Calvino, Marguerite Duras, Yves Bonnefoy...). Elle engage également la mise au point d’une posture auctoriale particulière, qui repose sur une confusion volontaire entre je biographique et je textuel, expérience existentielle et création poétique : pour le personaje alejandrino (César Aira) tel qu’il se produit sur la scène littéraire parisienne (voir Inès, roman d’Elena Garro, dans lequel Alejandra apparaît sous les traits du personnage d’Andrea), la rupture avec les codes bourgeois aussi bien que la fragilité psychologique, sur le modèle des maudits (de Gérard de Nerval à Antonin Artaud), relève d’un projet littéraire qui inscrit la poète argentine au sein d’une généalogie française.

En termes de poétique littéraire, la publication d’Árbol de Diana accompagne une inflexion stylistique majeure dans la production d’Alejandra Pizarnik. La fréquentation longue de la poésie occidentale depuis les romantiques jusqu’aux surréalistes et au-delà, qui s’accompagne d’une réflexion sur les formes permettant de témoigner de l’existence d’un « drame du langage » (« un drama del lenguaje », Diarios, 14.10.1962), n’est pas étrangère à l’affirmation d’une poétique identifiable par plusieurs qualités propres : la rigueur de son épure formelle, la cohérence d’un imaginaire gravitant autour de quelques obsessions principales, la fulgurance d’une pensée par images adossée à une concision d’ordre aphoristique. Le dialogue intertextuel entretenu avec la modernité poétique française (depuis la citation d’Illuminations placée en exergue du premier recueil, La Tierra más ajena, publié à Buenos Aires en 1955) se confirme à l’occasion du séjour parisien : cahiers de notes, de citations et de vocabulaire rendent compte d’un travail constant de réécriture, à travers lequel l’autrice module sa propre voix.

En termes de liens interlinguistiques, le séjour en France offre à Alejandra Pizarnik, dont l’activité créatrice excède le champ strictement littéraire (au cours de ses études à Buenos Aires, elle participe à l’atelier du peintre surréaliste Juan Battle Planas ; à son retour en Argentine en 1965, elle expose une large part de ses peintures et dessins réalisés à Paris), une opportunité inédite de diversification. L’étude de la langue et de la littérature françaises à la Sorbonne (voir dans les Journaux le vif intérêt à l’égard de la critique contemporaine : Jean Starobinski, Gaston Bachelard, Georges Poulet, Jean-Pierre Richard, Roland Barthes...) constitue le soubassement d’une activité de critique littéraire, qui prend son essor dès les années parisiennes. C’est depuis la capitale que sont rédigées nombre d’études que l’autrice consacre à celles et ceux qui, d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, comptent bien souvent parmi ses ami.e.s intimes (Julio Cortázar, Octavio Paz, Henri Michaux, André Pieyre de Mandiargues, Héctor A. Murena, Alberto Girri, Silvina Ocampo...). À son retour à Buenos Aires, elle rendra symboliquement hommage à deux hautes figures tutrices, sur le plan de la création littéraire comme sur celui de l’existence : Antonin Artaud (El Verbo encarnado, étude publiée en 1965 dans Sur) et André Breton (Relectura de Nadja, Testigo, 1970). La fréquentation des cercles littéraires parisiens donne également lieu à des rencontres importantes, qui ouvrent à plusieurs reprises sur des entretiens (avec Simone de Beauvoir, par exemple), mais surtout sur des projets de traduction. La publication en 1972 à Buenos Aires d’une version espagnole de La Vie tranquille de Marguerite Duras, quelques mois avant la disparition de la poète argentine, atteste l’existence d’un échange artistique, intellectuel et humain que les années n’auront pas démenti, de même que la traduction avec Ivonne Bordelois, amie des années parisiennes, d’une sélection de poèmes d’Yves Bonnefoy, publiés en 1967 aux éditions Carmina (Buenos Aires). La correspondance d’Alejandra Pizarnik et d’André Pieyre de Mandiargues, restée inédite jusqu’à sa publication en 2018 chez Ypsilon dans une édition de Mariana Di Ció, est une illustration supplémentaire de la fécondité de liens transatlantiques durables : à travers les collaborations auxquelles elle donne lieu (de Mandiargues, Alejandra Pizarnik traduit notamment La Marée, court récit érotique datant de 1962), leur amitié est aussi la marque d’un riche échange culturel franco-argentin.

Axes d’étude possibles

1. Vivre/écrire Paris

Un corpus de textes rédigés au cours du séjour parisien a pu être identifié par la critique : le recueil poétique Árbol de Diana; une grande part des poèmes rassemblés dans Los trabajos y las noches (1965) ; les entrées du journal correspondant à la période (ainsi que les deux sélections, Diario 1960-1961 et Fragmentos de un diario. París 1962-1963, effectuées pour des revues françaises et latinoaméricaines) ; un ensemble encore inédit de textes autofictionnels conservés dans les archives de Princeton sous l’appellation Récits-Proses ; enfin, les poèmes rédigés en français, très récemment édités au Chili par Patricio Ferrari (Poemas franceses, Cuadro de Tiza, 2018). À cet ensemble de textes, viennent non seulement s’articuler les correspondances datant de cette période (en particulier avec le psychanalyste León Ostrov, éditée par Andrea Ostrov en 2012), mais aussi toutes celles qui prolongent l’expérience parisienne : l’échange épistolaire avec André Pieyre de Mandiargues en est une illustration significative, à travers recommandations littéraires et commentaires de lectures, envois de livres et traductions mutuelles...

L’examen d’un tel corpus soulève la question d’une éventuelle unité de la production des années parisiennes : est-il possible de mettre en évidence un principe unificateur, d’ordre thématique et/ou formel ? ou bien la tension entre deux régimes d’écriture, d’un côté l’écriture poétique – fondée sur le respect du canon littéraire et destinée à la publication –, de l’autre l’écriture de textes en prose – non encore publiés au moment du séjour parisien, grinçants et grotesques, annonciateurs de l’ironie et de l’obscénité qui domineront ultérieurement tout un pan de la production d’Alejandra Pizarnik (La Bucanera de Pernambuco o Hilda la polígrafa) –, est-elle irréductible ?

Au sein de ce corpus de textes, se pose également la question de l’intertextualité littéraire, dans la mesure où la fréquentation de quelques grands textes de la modernité poétique française, de Baudelaire à Breton et au-delà, contribue à alimenter un imaginaire parisien réversible, miroir des aspirations comme des déceptions de la poète.

Au-delà de la dimension symbolique traditionnellement attachée aux représentations littéraires de la capitale, se pose plus largement la question de la situation des poètes d’origine latino-américaine à Paris : selon quelles modalités, exiliques ou autres, envisagent-ils leur séjour parisien ? quelles sont les conditions de création spécifiques au contexte des années 1960 ? quels réseaux se développent de part et d’autre de l’axe transatlantique ?

2. L’expérimentation formelle

Le séjour parisien est un laboratoire d’écriture, qui permet l’exploration de voies alternatives, à côté – ou en marge – de la pratique poétique.

Tout d’abord, le projet d’une œuvre-maîtresse en prose se forme à Paris (« La poesía es una introducción. “Doy” poemas para que tengan paciencia. Para que me esperen. Para distraerlos hasta que escriba mi obra maestra en prosa », Diarios, 19.06.1964). Il semble que ce projet prenne forme à partir de l’étude de modèles français, au premier rang desquels, Aurélia : « Yo no deseo escribir un libro argentino sino un pequeño librito parecido a Aurélia de Nerval » (Diarios, 1.05.1966).

Alejandra Pizarnik fait également l’essai, dès le séjour parisien, de différentes formes narratives, depuis l’écriture confessionnelle – à l’occasion de la réécriture de fragments du journal – jusqu’aux Récits-Proses, en passant par la rédaction de poèmes en prose.

Enfin, c’est également au cours de ces mêmes années que sont rédigés treize poèmes en français, restés inédits jusqu’à leur publication récente au Chili par Patricio Ferrari – datés de 1962, puis (auto-)traduits par Alejandra Pizarnik en espagnol, ils sont intégrés au recueil Extracción de la piedra de la locura (1968). Comment ces différentes pratiques s’alimentent-elles de l’écriture poétique, comment la nourrissent-elles en retour ?

3. Une écriture entre les langues

Le séjour parisien pose la question de la relation qui unit Alejandra Pizarnik à la langue française.

D’une part, que permet l’expérience de la rédaction en français, pour une autrice qui ne cesse d’affirmer son sentiment de marginalité vis-à-vis de la langue maternelle espagnole, lieu d’inconfort et d’incertitude (« El lenguaje me es ajeno », 9.11.1962) ? La langue française constitue-t-elle un espace de liberté et d’émancipation ? La correspondance avec André Pieyre de Mandiargues, directement rédigée en français, témoigne ainsi d’une grande liberté d’expression, entre jeux de mots, parfois obscènes, et associations inédites... Existerait-il un éventuel privilège du français, dans le sens où s’y réfléchirait de manière particulièrement aiguë le « drame du langage », centre de gravité de l’œuvre prise dans son ensemble ?

D’autre part, comment l’activité de traductrice – depuis le français vers l’espagnol – s’allie-t-elle à la pratique poétique et à la rédaction de textes en prose ? Si l’on prend l’exemple de la traduction de textes d’Antonin Artaud, publiés en 1965 dans le numéro 294 de Sur sous l’appellation « Poemas », comment celle-ci accompagne-t-elle l’émergence d’une poétique de la violence, voire d’une antipoétique chez la poète argentine ? D’un bord à l’autre de l’Atlantique, l’oeuvre d’Alejandra Pizarnik fait sans nul doute figure de pont interculturel et interlinguistique. La traduction de ses œuvres poétiques en français (par Claude Esteban, Claude Couffon, Silvia Baron Supervieille, Jacques Ancet...), ainsi que la publication de l’ensemble de ses écrits par les éditions Ypsilon, attestent de la vitalité de liens transatlantiques dont il faudra essayer d’envisager les manifestations et les formes.

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (cinq cents mots environ), accompagnées d’une brève biobibliographie, pourront être envoyées par mail à l’adresse suivante : alejandrapizarniketparis@gmail.com. Le comité scientifique se chargera d’évaluer les propositions.

Date limite d’envoi des propositions : lundi 31 janvier 2022.

Langues de communication retenues : espagnol et français.

Institutions participatrices

  • École Normale Supérieure de Paris,
  • Institut universitaire de France,
  • Lirico,
  • Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis,
  • Université Paris Nanterre,
  • Université Paris-Est Créteil

Comité d’organisation

  • Roland Béhar,
  • Hélène Davoine,
  • Valentina Litvan

Conseil scientifique

  • Nora Catelli,
  • Sergio Delgado,
  • Mariana Di Ció,
  • Anahí Mallol,
  • Julio Premat,
  • Graciela Villanueva

Bibliographique indicative

AIRA César, Alejandra Pizarnik, Rosario, Beatriz Viterbo, « El escribiente », 2004.

BÉHAR Roland, CAMENEN Gersende (dir.), Scènes de la traduction France-Argentine, Paris, Rue d’Ulm, « Actes de la recherche à l’ENS », 2020.

BARON SUPERVIELLE Silvia, « Presencia de una lengua sin nombre », in DE CHATELLUS Adélaïde, EZQUERRO Milagros (dir.), Alejandra Pizarnik: el lugar donde todo sucede, Paris, L’Harmattan, « Créations au féminin », 2013.

BORDELOIS Ivonne, PIÑA Cristina (éd.), Nueva correspondencia Pizarnik: 1955-1972, Barcelone, Lumen, « Memorias y biografías », 2017.

CASANOVA Pascale, La République mondiale des lettres [1999], édition revue et corrigée, préface inédite de l’autrice, Paris, Seuil, « Points Essais », 2008.

CATELLI Nora, En la era de la intimidad, suivi de El espacio autobiográfico, Rosario, Beatriz Viterbo, « Ensayos críticos », 2007.

DALMARONI Miguel Ángel, « Sacrificio y intertextos en la poesía de Alejandra Pizarnik », Orbis Tertius, première année, n°1, 1996.

DI CIÓ Mariana, « El prólogo de Octavio Paz. ¿Apertura de Árbol de Diana, de Alejandra Pizarnik? » in EZQUERRO Milagros (dir.), Le texte et ses liens I. Cultures et littératures hispano-américaines [Séminaire Amérique latine], Paris, Indigo & Côté femmes, 2006.

_, Une calligraphie des ombres. Les manuscrits d’Alejandra Pizarnik, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, « Manuscrits modernes », 2014.

DOBRY Edgardo, « En el espejo de Alejandra Pizarnik », Orfeo en el quiosco de diarios. Ensayos de poesía, Buenos Aires, Adriana Hidalgo, « La lengua/ensayo », 2017.

FERRARI Patricio, « Autocensura en los diarios parisinos de Alejandra Pizarnik: “Diario 1960-1961” y “Les tiroirs de l’hiver” », in PIZARRO Jerónimo, GUZMÁN Diana Paola (comp.), Ilusión y materialidad: perspectivas sobre el archivo, Bogotá, Universidad de los Andes, 2018.

GARRO Elena, Inés, México, Grijalbo, 1995.

KAMENSZAIN Tamara, La boca del testimonio. Lo que dice la poesía, Buenos Aires, Norma, 2007.

KRESSNER Ilka, « “Viajera con el vaso vacío”: la experiencia parisina de Alejandra Pizarnik » in Languages, Literatures and Cultures Faculty Scholarship, Université d’État de New York à Albany, 2011.

LERMAN Julieta, « La lengua extranjera de Alejandra Pizarnik. Notas sobre los Diarios », Zama, vol. 6, n°6, 2014.

MALLOL Anahí Diana, « Distanciamiento y extrañeza en la obra de Alejandra Pizarnik », Orbis Tertius, vol. 1, n°2-3, 1996.

_, El poema y su doble, Buenos Aires, Simurg, « Cuadernos de ensayo », 2003.

MANDIARGUES (De) André Pieyre, PIZARNIK Alejandra, Correspondance Paris-Buenos Aires 1961-1972, édition et postface de Mariana Di Ció, Paris, Ypsilon, 2018.

MOLLOY Silvia, « “Una torpe estatuilla de barro”: figuración de Alejandra Pizarnik », Taller de letras, n°57, 2015.

NEGRONI María, El testigo lúcido: la obra de sombra de Alejandra Pizarnik, Rosario, Beatriz Viterbo, « El escribiente », 2003.

OSTROV Andrea, « Cartas desde París », in DE CHATELLUS Adélaïde, EZQUERRO Milagros (dir.), Alejandra Pizarnik: el lugar donde todo sucede, op. cit., 2013.

OSTROV León, PIZARNIK Alejandra, Cartas, édition et introduction d’Andrea Ostrov, Villa María, Eduvim, 2012.

PAULS Alan, « El fondo de los fondos », Rosario, Boletín del Centro de Estudios de Teoría y Crítica literaria, n°13-14, 2008.

PIÑA Cristina, « Les “poèmes français” de Pizarnik », rbl la revue de belles-lettres, n°2, 2011.

_, Límites, diálogos, confrontaciones. Leer a Alejandra Pizarnik, Buenos Aires, Corregidor, « Nueva crítica hispanoamericana », 2012.

_, En la trastienda del lenguaje: nueve miradas a la escritura de Alejandra Pizarnik, Pittsburgh, Université de Pittsburgh, Institut international de Littérature ibéroaméricaine, « Nueva América », 2015.

PIÑA Cristina, VENTI Patricia, Alejandra Pizarnik. Biografía de un mito, Buenos Aires, Lumen, 2021.

PIZARNIK Alejandra, « Diario (1960-1961) », Mito, Bogotá, vol. 2, n°39-40, 1962.

_, « Fragments d’un journal », Les Lettres nouvelles 39, onzième année, n°14, 1963.

_, Diarios, édition établie par Ana Becciú, Barcelone, Lumen, « Memorias y Biografías », 2013.

_, Poesía completa (1955-1972), édition établie par Ana Becciú, Barcelone, Lumen, « Poesía », 2016.

_, Poemas franceses, édition bilingue, traduction et édition de Patricio Ferrari, Santiago du Chili, Cuadro de Tiza, 2018.

_, Prosa completa, édition établie par Ana Becciú, prologue d’Ana Nuño, Barcelone, Lumen, « Narrativa », 2018.

VENTI Patricia, La escritura invisible. El discurso autobiográfico en Alejandra Pizarnik, Barcelone, Anthropos, « Pensamiento crítico, pensamiento utópico. Cultura y diferencia », 2008.

Subjects

Places

  • École Normale Supérieure de Paris - 45, rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Event format

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Monday, January 31, 2022

Attached files

Keywords

  • Pizarnik, Paris, poésie, argentine, littérature, transatlantique

Contact(s)

  • Hélène Davoine
    courriel : helene [dot] davoine [at] gmail [dot] com

Information source

  • Hélène Davoine
    courriel : helene [dot] davoine [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Alejandra Pizarnik et Paris », Call for papers, Calenda, Published on Friday, December 17, 2021, https://calenda.org/948290

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search