HomeLes initiatives de développement en Afrique subsaharienne : entre construction et déconstruction des modèles existants depuis 1960

HomeLes initiatives de développement en Afrique subsaharienne : entre construction et déconstruction des modèles existants depuis 1960

*  *  *

Published on Wednesday, December 22, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

Au lendemain de la vague des indépendances des années 1960, le continent africain s’est retrouvé avec une multitude d’états, politiquement fragiles et économiquement faibles. Plusieurs décennies après, la majorité des dits états en particulier ceux d’Afrique subsaharienne, n’ont pas assez évolués et sont demeurés dans le sous-développement. Pour y remédier, plusieurs initiatives exogènes et endogènes ont été mises en œuvre pour permettre aux états d’Afrique subsaharienne de se lancer dans un processus de développement. Quarante ans après, le bilan du développement en question est peu reluisant. Cette hypothèse amène à questionner non seulement les initiatives de développement en question, mais aussi, les causes de cette situation et, à envisager par ricochet, les voies et moyens pour un réel développement des dits états.

Announcement

Argumentaire

Panafricaniste : voilà le terme qui caractérise probablement mieux le Professeur Laurent Zang, au singulier comme au pluriel.  Au singulier, pour la qualité d’âme que reflétait son engagement à la cause africaine, demeuré pédagogue même dans ses rapports humains. Panafricaniste également au pluriel, car il a consacré sa carrière à l’étude des enjeux du développement de l’Afrique, sous le regard complexe de l’interdisciplinarité, afin de saisir au mieux les ressorts de l’émergence africaine tant sous l’angle historique, économique, politique, diplomatique que sécuritaire.

En effet, pour parler précisément de l’Afrique subsaharienne, l’évolution de la problématique du développement y est tributaire des fluctuations qui structurent les relations internationales à un moment donné. Au début des années 1960, « la fin de la colonisation » et l’accession à l’indépendance d’un grand nombre de pays africains avaient accru l’importance d’initiatives diverses en vue du développement de ce continent. Au fil du temps, l’on a assisté à la mise en place des mesures, des programmes ou des plans qui se sont parfois avérés peu efficaces. Plus de Cinquante ans après, ces pays africains sont toujours à la recherche de véritables programmes à même de leur permettre de se hisser au rang des pays développés. A l’analyse, les raisons de ce retard sont à chercher respectivement dans les secteurs sociaux, politiques et économiques. Dans chacun de ces secteurs, le chapelet de difficultés est considérable. Sans être partisan de la tendance pessimiste qui à un moment avait amené certains chercheurs à s’interroger, ils se posaient alors la question de savoir si l’Afrique pouvait partir[1], cette tendance ayant emboité le pas à une autre plus virile qui considérait que ce continent était mal parti2, l’on ambitionne d’examiner les freins ou manquements de ces initiatives de développement ayant souvent suscité la controverse. Comme les penseurs constructivistes, les chercheurs historiens en particulier voient bien que la « réalité » n’est souvent qu’un prisme déformé qui répond à une représentation construite et relative de l’agent qui l’observe. L’interprétation de la réalité internationale, bonne ou erronée, crée elle-même de la réalité.

Aussi, questionner les politiques de développement serait une entrée analytique pertinente, pour cerner les retards accusés en Afriques. En d’autres termes : sontelles appropriées au contexte africain ? Tiennent-elles compte des réalités socioculturelles et économiques du continent ? Quels sont les maux qui freinent la stabilité de cette partie du monde ? Quelle diplomatie mettre en place pour sortir le continent du retard de développement affectant la grande majorité des Etats tant décrié ?

Depuis la transnationalisation des relations internationales, les Etats n’ont plus le monopole de la diplomatie. Malgré l’émergence sur la scène internationale de nouveaux acteurs tels les firmes multinationales, les réseaux de média, les ONG, les diasporas, les individus, les pays d’Afrique subsaharienne peinent à trouver des repères pour sortir du marasme dans lequel leurs économies sont engluées. Pourtant, selon la Déclaration des Nations Unies sur le droit au développement adoptée le 04 décembre 1986 : « le droit au développement est un droit inaliénable de l’homme » (article 1).  

Eu égard à ce qui précède, ce projet de publication des mélanges en hommage au Professeur Emérite Laurent Zang, pose le problème de la déconstruction des modèles exogènes de développement imposés au continent africain depuis 1960. Il (re)interroge également les paradigmes pouvant favoriser le décollage des économies africaines qui, au-delà de nombreuses potentialités naturelles, restent obérées par la corruption, le terrorisme, les replis identitaires, la déferlante des migrations, les changements climatiques, etc. 

Sans être exhaustif, ce projet s’organise autour de quatre grands axes indicatifs :

  • Les initiatives ou programmes de développement en Afrique depuis 1960. Dans cet axe, les études pourront retracer une des trajectoires historiques suivies par ceux-ci ;
  • Les obstacles et entraves à la mise en œuvre du développement en Afrique au rang desquels : la corruption, le terrorisme, les replis identitaires, les migrations etc ;
  • La construction de modèles adéquats pour ce continent aux potentialités immenses ;
  • Les stratégies des Nations Unies pour le développement des pays africains. Cet axe devra interroger les initiatives et les programmes des décennies du développement de L’ONU ;
  • La pratique de coopération au développement des pays africains ;
  • Les initiatives de développement et l’intégration africaine.

Sans être exhaustif, c’est sous cet angle que les contributeurs sont appelés à formuler des propositions d’articles. Ce projet s’adresse aux chercheurs nationaux et étrangers dans les domaines des relations internationales, de l’histoire, de l’économie politique, de la science politique, les praticiens engagés pour la cause africaine, ainsi qu’aux diplomates et fonctionnaires internationaux. L’objectif principal est d’arriver à des résultats privilégiant une approche interdisciplinaire. 

Modalités de soumission

Les propositions de textes sélectionnés feront l’objet d’une publication à paraître en 2022. Ces propositions de contribution doivent contenir 300 mots maximum et 5 mots clés. Ce résumé accompagné d’une courte notice biographique de l’auteur doit être envoyé avant le 24 mars 2022 en version électronique à l’adresse suivante : foreverlaurentzang@gmail.com

En cas de sélection finale, tout chapitre soumis doit être compris entre 18 et 20 pages, incluant la qualité de l’auteur (Grade, Institution, situation académique ou professionnelle), interligne 1,5 ; texte justifié ; police Times New Roman ; taille de police 12, marges 2,5cm, la mise en page : à gauche : 2,5 ; à droite :2,5 ; en haut : 2,5 ; en bas : 2,5 ; reliure : 0 ; les références bibliographiques doivent être citées dans le texte de la manière suivante : (Ki-zerbo, 2013).  Le résumé et l’abstract : 300 mots, police Times New Roman, taille 12, interligne simple ; le texte doit être justifié. Tous les mots d’une langue autre que le français doivent être mis en italique (exemple : Kalara, international conflicts). 

À noter que les articles proposés ne doivent pas être publiés auparavant ou en cours de publication. 

Calendrier

  • Lancement de l’appel à contributions : 15 janvier 2022
  • Date limite de réception des propositions de communication : 24 mars 2022
  • Annonce des propositions retenues : 05 avril 2022
  • Envoi du texte de la proposition retenue (format article scientifique) : 10 Juillet 2022
  • Renvoi (si nécessaire) des articles aux auteurs pour corrections finales : 10 Août 2022
  • Retour des articles corrigés au comité et mise en forme de l’ouvrage : 20 Septembre 2022
  • Dépôt de la mouture finale chez l’éditeur pour publication : 25 Novembre 2022

Pour tout renseignement, contacter: 

  • Dr Georges Etoa Oyono, 694063224 / 679174002, (Université de Ngaoundéré- FALSH)
  • Mme Rane Zoulica 674454394 / 659277514 (Diplomate et Doctorante à L’UFD/RI-IRICUniversité de Yaoundé II)
  • Mme Annie Laura Zang Tsilla 697077048 (Doctorante en Droit à L’Université de Douala)

Comité scientifique

Président

  • Pr Guy Mvelle (Université de Yaoundé II)

Membres

  • Pr Jean Koufan Menkene (Université de Yaoundé I)
  • Pr Joseph Vincent Ntuda Ebode (Université de Yaoundé II)
  • Pr Alain Didier Olinga (Université de Yaoundé II)
  • Pr Virginie Wanyaka (Université de Yaoundé I)
  • Pr Patrick Abane Engolo (Université de Yaoundé II)
  • Pr Paul Elvic Batchom, (Université de Yaoundé II)
  • Pr Mamoudou (Université de Ngaoundere)
  • Pr Raymond Ebale (Université de Yaoundé I)
  • Pr David Mokam (Université de Ngaoundere)
  • Pr Armand Leka Essomba (Université de Yaoundé I)
  • Pr Raphael Bateguene (Université de Douala)
  • Pr Taubic Falna (Université de Ngaoundere)
  • Pr Mathias Kaimangui (Université de Ngaoundere)
  • Pr Patrice Wam Mandeng (Université de Ngaoundere)
  • Pr Franck Ebogo (Université de Yaoundé II)
  • Pr Faustin Kenne (Université de Yaoundé I)
  • Pr Cyrille Bekono (Université de Yaoundé I)
  • Dr Gisèle Beffolo, (Université de Yaoundé II)
  • Dr Max Onambele Mbida, (Université de Yaoundé II)

Secrétariat technique

  • Dr Georges Etoa Oyono
  • Dr Réné Bidias
  • Dr Félicité Paho Nya
  • Dr Jean Pierre Mekinde
  • Dr Harouna Barka
  • Dr Jimmy Yap
  • Dr Eric Wilson Fofack
  • Patrick Badugue
  • Mme RANE Zoulika

Bibliographie indicative

Bayart Jean-François, L’État en Afrique. La Politique du ventre, Paris, Fayard, 2006.

Berg Elliot., Repenser la coopération technique; reformer pour renforcer les capacités en Afrique, Bureau Régional pour l’Afrique, PNUD et Développement Alternatives, Inc, Economica, 1993.

Berg Elliot. « Augmenter l'efficacité de l'aide : une critique de quelques points de vue actuels », Revue d’économie du développement, De Boeck Université, vol. 11(4), 2003, pages 11-42.

Daloz Jean-Pascal, Quantin Patrick (dir.), Transitions démocratiques africaines : dynamiques et contraintes (1990-1994), Paris, Khartala, 1997. 

Hakim Benhammouda et Moustahpa Kassé, « Le NEPAD et les enjeux de développement en Afrique », Paris, CEA/Maisonneuve et Larose, 2002.

Herfkens Eveline., Africa and Development Assistance Cooperation: Successes, Pitfalls and Areas for further Reforms. June 2008.

Kevin R. Cox et Rohit Negi, « L’Etat et la question du développement en Afrique subsaharienne », L’Espace Politique [En ligne], 7 | 2009-1, mis en ligne le 20 août 2009, consulté le 22 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1287 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.1287

Ki-Zerbo Joseph., A quand l'Afrique ? Editions de l'Atelier ; 2013

Madaule Stephane., Relations internationales : penser autrement, Paris, L'Harmattan, 2003.

M’Bokolo Elikia, Le Callennec Sophie, L’Afrique noire. Histoire et civilisation, 2 vol., Paris, Hatier, 1992- 2004. 

Mbembe Achille, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000. 

Pondi Jean-Emmanuel (Dir.)., Repenser le développement à partir de l’Afrique, Yaoundé, Éditions Afrédit, 2011.

Sindjoun Luc, Sociologie des relations internationales africaines, Paris, Karthala, 2002.

Vijay S. Makhan., Making Regional Integration Work in Africa: A Reflection on Strategies and Institutional Requirements. July 2009.

Note

[1] Albert Meister, L’Afrique peut-elle partir ?, Paris, Ed. du Seuil, 1966. 2René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, Paris, Seuil, 1962.

Places

  • Yaoundé, Cameroon

Date(s)

  • Thursday, March 24, 2022

Keywords

  • Laurent Zang, développement, Afrique subsaharienne, panafricaniste

Contact(s)

  • Georges Etoa Oyono
    courriel : georgesetoa [at] gmail [dot] com

Information source

  • Georges Etoa Oyono
    courriel : georgesetoa [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Les initiatives de développement en Afrique subsaharienne : entre construction et déconstruction des modèles existants depuis 1960 », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, December 22, 2021, https://calenda.org/950884

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search