HomeCaricature et théâtre

HomeCaricature et théâtre

*  *  *

Published on Tuesday, January 11, 2022 by Céline Guilleux

Summary

La thème retenu pour la numéro 29 de la revue Ridiculosa, « Caricature et théâtre », s'inscrit dans la continuité des dossiers des numéros précédents qui s'interrogeaient sur le rapport entre caricature et photographie, caricature et sculpture, caricature et bande dessinée, caricature et littérature, caricature et peinture, caricature et publicité. Nous attendons du dossier à venir que les contributeurs rendent compte de la complexité et de la diversité des relations entre pratique caricaturale et pratiques théâtrales.

Announcement

Argumentaire

« Baissez le rideau, la farce est jouée » : dans cette lithographie (1834) qui a recours au langage théâtral, on voit les tentures se refermer sur un hémicycle parlementaire et le roi Louis-Philippe, en paillasse, saluer son public. D’autres lithographies de Daumier comme celles des Robert Macaire (1836-1838), légendées par Philipon, s’inspirent, pour leur part, directement d’une pièce très connue à l’époque, L’Auberge des Adrets (1823) et font évoluer sur fond de décor parisien un personnage jouant différents rôles d’escroc. Daumier reprend tout du comédien interprétant le personnage central de la pièce : sa physiognomie, son chapeau, son foulard, son pantalon rapiécé et son bandeau noir sur l’œil. Des dialogues comiques enrichissent les légendes. On a pu à juste titre rapprocher ce Macaire du Vautrin (caricaturé également par Daumier) de la Comédie humaine balzacienne : tous deux sont des types individualisés ou des individus typisés. Au moyen de mascarades, ils ne cessent par ailleurs pas de changer de rôle, cachant ainsi leur vraie identité. À travers ces présentations, Daumier se livre à une critique et satire virulentes de la société industrielle naissante et dénonce hypocrisie, tromperie et crimes. En fait, Polichinelle déjà, peut-être le personnage le plus connu de la Commedia delle’arte (fin du Cinquecento), était lui aussi capable de multiplier les rôles. En témoignent les gravures de Jacques Callot au XVIIe siècle ou les peintures de Tiepolo au XVIIIe siècle, qui ont continué de faire vivre en deux dimensions les personnages de cette comédie italienne dite aussi Commedia delle maschere ou encore Commedia buffonesca. En fait, l’opposition entre être et paraître était déjà présente dans la conception antique d’un theatrum mundi, et Shakespeare lui a donné ses lettres de noblesse dans Comme il vous plaira, II, 7 (1623). Selon Jacques en effet, chacun d’entre nous est acteur et joue successivement les différents rôles d’un drame.

À travers les siècles, d’un pays à l’autre, ainsi qu’en prenant en compte les supports les plus divers, fixes ou mobiles (livres illustrés, journaux traditionnels, affiches, lanternes magiques, ciné-caricatures, peintures, réseaux sociaux, blogs…), on sera attentif à ces gestes comiques ou à ces situations théâtralisées en images satiriques qui, pour parler avec Aby Warburg, reviennent souvent comme autant de « formules de pathos ». Et ce, dans les deux sens, du théâtre vers la caricature, mais aussi du dessin vers le théâtre : dans la Préface à son spectacle du Théâtre La Fontaine, le metteur en scène Claude Confortès ne disait-il pas que, lors de l’adaptation théâtrale des dessins de L’Enragé de Wolinski, ceux-ci s‘étaient « imposés au fil des répétitions comme les archétypes d’une commedia dell’arte de notre temps » ?

On tentera d’appréhender la complexité de l’application du modèle théâtral à la satire dessinée ainsi que la difficile question d’un transfert des procédés de l’image aux procédés théâtraux. Afin que la rencontre entre ces deux domaines soit une vraie rencontre, il s’agira de trouver la perspective d’analyse permettant de les comparer utilement, ce qui nécessite, de la part des spécialistes de la caricature comme du théâtre ou desdits gens de théâtre (auteurs, acteurs, dramaturges, metteurs en scène, régisseurs, décorateurs), une profonde connaissance de l’un et l’autre média, en particulier de leur potentiel critique ou subversif, caricature et théâtre pouvant en effet favoriser souvent une prise de conscience sociale ou politique.

Modalités de contribution

Les propositions de 3000 signes maximum, suivies d’une courte notice biographique, sont à envoyer à maorobon@wanadoo.fr, delignea@uni-muenster.de et gardes@univ- brest.fr

avant le 28 février 2022.

La liste des propositions retenues sera communiquée fin mars, la remise des articles est fixée au 30 juin 2022.

Comité de rédaction de la revue

  • Alain Deligne (Université de Münster)
  • Jean-Claude Gardes (Université de Bretagne Occidentale)
  • Dominic Hardy (Université de Québec à Montréal)
  • Ursula E. Koch (Université de Munich)
  • Isabel Lustosa (Casa di Rui Barbosa, Rio de Janeiro)
  • Martine Mauvieux (BnF)

Comité de lecture

  • Walther Fekl (Francfort/Oder)
  • Micheal Lo Feudo (Naples)
  • Margarethe Potocki (Clermont-Ferrand)
  • Angelika Schober (Limoges)
  • Solange Vernois (Poitiers)
  • Elizabeth Mullen (Brest)
  • Richard Scully (University of New England)

Bibliographie indicative

ARTAUD, Antonin, Le théâtre et son double, 1938.

ARTAUD, Antonin, Robert Aron, Roger Vitrac, « Théâtre Alfred Jarry », 1926.

BAUDELAIRE, Charles, « Quelques caricaturistes français », in : Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, vol. II, p. 544-563, Paris, 1975.

BIET, Christian, TRIAU, Christophe, Qu’est-ce que le théâtre ?, Paris, Folio Gallimard, 2021.

CALLOT, Jacques, Balli di Sfessania, 1630-1635.

COPI (dessinateur et homme de théâtre), La femme assise, 1981.

CORVIN, Michel (éd), Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas, 1991.

FEYDEAU Georges, Tailleurs pour dames,… in : La Pléiade, Paris, Gallimard, 2021

FOURREL DE FRETTES, Cécile, « El teatro-mundo del bufón en Gedeón (1895-1912) : la sátira política desde las letras y las artes » in : Marie-Angèle Orobon et Eva Lafuente, Hablar a los ojos. Caricatura y vida política en España, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2021 p. 259-275

GABAUDE, Florent : « Le détournement des emblèmes des XVIe et XVIIe siècles dans les comédies satiriques d’Andréas Gryphius », in : Textuel et visuel, Ridiculosa, Brest, no 6. p. 57-72, 1999.

GUINAND, Cécile, Roman et caricature au XIXe siècle, Droz, Genève, 2020 (notamment le chapitre « Caricature et théâtre »)

HEYRAUD, Violaine, « Le théâtre », in L’Empire du rire XIXé-XXIe siècle, CNRS Editions, Paris 2021.

JARRY, Alfred, Ubu roi, 1896.

KREMSER-DUBOIS, Sabube & WELLNITZ, Philipp, La satire au théâtre – Satire und Theater, Montpellier, 2005

La Comédie Urbaine : de Daumier à Porto-Alegre, catalogue coordonné et rédigé par Heliana Angotti Salgueiro, Sao Paulo, Fondation Armando Alvares Penteado, 2003.

LE MEN, Ségolène, Daumier et la caricature, Paris, Citadelles & Mazenod, 2008.

LE NAOUR, Jean-Yves, « Le pantin », in : Les procédés de déconstruction de l’adversaire, Ridiculosa, Brest, no 8, p. 192-193, 2001.

LOPES, Maria VIRGILIO CAMBRAIA, O Teatro n’A Paródia de Rafael Bordalo Pinheiro. Lisboa: IN-CM, 2005 (et différents articles de Maria sur le sujet, cf. biographie sur le site de l’EIRIS)

MELOT, Michel, L’oeil qui rit – Le pouvoir comique des images, Fribourg 1975 (notamment les chapitres sur la schématisation et les procédés littéraires).

MONCELET, Christian, « Le masque », in : Les procédés de déconstruction de l’adversaire, Ridiculosa, Brest, no 8, p. 165-166, 2001.

MÜLLER, Markus, Der Künstler als Gauckler, Munich/Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2007.

OROBON, Marie-Angèle, « Tomàs Padró, le chevalier au crayon, ou la naissance d’un satiriste politique » in : Carole Fillière et Maud le Guellec (éds.), « Longtemps j'ai pris ma plume pour une épée ». Écriture et combat dans l’Espagne des XVIIIe et XIXe siècles, Hommage à Françoise Étienvre, HispanismeS, hors-série n° 1 (premier semestre 2017), p. 282-301 https://hispanistes.fr/images/PDF/HispanismeS/HS1/18.-OROBON-HispanismeS-Hommage-F-Etienvre.pdf

PARR, Rolf, « ‘Tartuffe’ oder ‘Faust’? Bismarck und Louis Napoleon in deutschen und französischen Karikaturen seit 1852”, in Die Karikatur zwischen Republik und Zensur – Bildsatire in Frankreich zwischen 1830 und 1880 – eine Sprache des Widerstands?, Jonas Verlag, Marburg 1991.

POTOCKI, Margarethe, « Quand les didascalies deviennent images. La transposition des mots de la mise en scène en bande dessinée (Dürrenmatt/Loser : Der Besuch der alten Dame) », in : Textuel et visuel, Ridiculosa, Brest, no 6. p. 29-43, 1999.

TILLIER, Bertrand, À la charge !, La caricature en France de 1789 à 2000, Paris, Les Éditions de l’Amateur, 2005 (notamment le chapitre Marionnettes et guignol)

TISSIER, André, « Le public des farces en France à la fin XVe et au début du XVIe siècle, in : Das Theater und sein Publikum, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 1977, p. 148-160.

VERNOIS, Solange, « L’humour dans les illustrations du théâtre de Courteline par Barrère », in : 2000 ans de rire : permanence et modernité, Actes du Colloque Grelis-LASELDI-CORHUM, Besançon, Presses Universitaires de Franche Comté, 2002.

VIRGILIO CAMBRAIA LOPES, Maria, O Teatro n’A Paródia de Rafael Bordalo Pinheiro. Lisboa: IN-CM, 2005 (et différents articles de Maria sur le sujet, cf. biographie sur le site de l’EIRIS)

WIAZ, Masques & Plumes, Paris, La Découverte, 1986.

WOLINSKI, Georges, CONFORTÈS, Claude, Théâtre (je ne veux pas mourir idiot/Je ne pense qu’à ça /Le Roi des Cons), Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1977.

ZUMTHOR, Paul, La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil, 1987.


Date(s)

  • Monday, February 28, 2022

Keywords

  • caricature, théâtre, comédie, satire, humour

Contact(s)

  • Jean-Claude Gardes
    courriel : gardes [at] univ-brest [dot] fr

Information source

  • Jean-Claude Gardes
    courriel : gardes [at] univ-brest [dot] fr

To cite this announcement

« Caricature et théâtre », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, January 11, 2022, https://calenda.org/952434

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search