HomeMédias numériques, familles et apprentissages

HomeMédias numériques, familles et apprentissages

*  *  *

Published on Friday, January 21, 2022 by Céline Guilleux

Summary

Le tournant des années 2020 est caractérisé par une omniprésence des médias numériques dans les différentes sphères de la vie quotidienne. La période de crise de la covid-19 a été marquée par une multiplication du nombre d’appareils utilisés à la maison par les parents, les adolescents et les enfants : tablettes électroniques, ordinateurs portables ou de bureau, consoles de jeux vidéo, téléphones mobiles, enceintes connectées à un assistant personnel, etc. Le colloque s’inscrit dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie. Il invite à porter un regard sur la famille en tant que contexte d’apprentissages sociaux et scolaires, où le parent apprend des choses à l’enfant, et inversement. Les personnes chercheuses ou praticiennes sont invitées à y aborder les effets de la multiplication récente des activités numériques sur les différentes formes d’apprentissage au sein des familles.

Announcement

89e Congrès de l’Acfas – Section 400 Sciences sociales, Colloque 402

Université Laval, Québec, 11 et 12 mai 2022

Organisateurs

Mathieu Bégin (Université de Sherbrooke) et Jerry Jacques (UCLouvain)

Problématique

Le tournant des années 2020 est caractérisé par une omniprésence des médias numériques dans les différentes sphères de la vie quotidienne. La période de crise de la COVID-19 a été marquée par une multiplication du nombre d’appareils utilisés à la maison par les parents, les adolescents et les enfants : tablettes électroniques, ordinateurs portables ou de bureau, consoles de jeux vidéo, téléphones mobiles, enceintes connectées à un assistant personnel, etc. (Académie de la transformation numérique, 2020).

Pendant la crise de la COVID-19, le temps d’usage des médias numériques à la maison s’est accru, surtout chez les enfants et les adolescents. À titre d’exemple, en 2020, au Québec, 40 % des jeunes de 6 à 17 ans passaient 10 heures par semaine en moyenne à naviguer sur Internet, comparativement à 25 % en 2019. Selon la perception de leurs parents, 76 % des jeunes avaient passé plus de temps devant des écrans à la maison pendant la pandémie. Les activités les plus couramment réalisées dans les médias numériques par les jeunes en 2020 étaient : le visionnement de vidéos, la participation à des jeux en ligne, la réalisation de travaux scolaires et le visionnement de séries ou de films (Académie de la transformation numérique, 2020).

Le colloque Médias numériques, familles et apprentissages s’inscrit dans une perspective « d’apprentissage tout au long de la vie » (Alheit et Dausien, 2005). Il invite à porter un regard sur la famille en tant que contexte d’apprentissages sociaux et scolaires, où le parent apprend des choses à l’enfant, et inversement (Dumond, 2019). Les personnes chercheuses ou praticiennes sont invitées à y aborder les effets de la multiplication récente des activités numériques sur les différentes formes d’apprentissage au sein des familles. Le colloque sera organisé autour de quatre axes complémentaires.

Axe 1 : Les médias numériques comme espaces d’apprentissage en famille

Au sein des familles, les médias numériques peuvent être utilisés pour communiquer, coordonner des activités, se divertir ou bien s’isoler les uns des autres (Gee, Takeuchi et Wartella, 2017). Ils peuvent aussi être des espaces de co-apprentissage en famille. À cet égard, on peut penser à l’accompagnement que les parents offrent à leurs enfants dans le contexte de la réalisation de leurs travaux scolaires (Grant, 2009) ou au visionnement en famille de contenus « informatifs » ou « éducatifs » tels que des documentaires ou des émissions jeunesse à vocation éducative.

En guise de complément aux très nombreuses études sur l’apprentissage à distance en contexte formel, ce colloque souhaite apporter un éclairage différent sur les pratiques d’apprentissage qui se déploient dans les familles, plus particulièrement celles qui sont sans égard à l’univers scolaire. Il vise à faire un portrait de la diversité des manières d’apprendre en famille avec les médias numériques.

Axe 2 : Les médias numériques comme espaces d’apprentissage de la famille

Les parents se posent toute une série de questions sur la santé, le bien-être et l’éducation de leurs enfants (Sorbring, 2014). Leurs questionnements les incitent à s’informer dans différents médias (Baker, Sanders et Morawska, 2017; Haslam, Tee et Baker, 2017). Les sources d’information que les parents consultent sont susceptibles d’avoir un effet sur l’exercice de leur parentalité au quotidien et sur la représentation qu’ils se font d’un « bon » ou d’un « mauvais » exercice de la parentalité. Dans ce contexte, l’abondance de l’information dans les médias numériques ainsi que sa grande variabilité sur le plan de sa fiabilité peuvent devenir problématiques dans la quête de réponses des parents (Bigot, 2018).

Ce colloque invite à questionner les effets des médias numériques en tant qu’outils d’apprentissage concernant la famille et la parentalité. Les contributions pourront par exemple aborder la dimension idéologique des médias représentant les familles à l’écran ou proposant des conseils aux parents. Elles pourront aussi traiter des pratiques informationnelles des parents confrontés à des problèmes familiaux ainsi que la nature et les caractéristiques des sources informationnelles qu’ils utilisent.

Axe 3 : Les pratiques de médiation des usages des médias numériques au sein des familles

Les parents, de même que l’ensemble des membres d’une famille, jouent un rôle de premier plan dans la médiation des usages des médias numériques à la maison, c’est-à-dire dans l’atténuation ou l’amplification des effets souhaitables ou indésirables de ces médias (Brito, Francisco, Dias et Chaudron, 2017). Ces pratiques de médiation s’inscrivent dans deux grandes perspectives : une première dite « démocratique » (discussions avec l’enfant à propos de ses goûts culturels, accompagnement actif dans ses usages), et une deuxième dite « autoritaire » (utilisation de dispositifs de blocage de l’accès à certains sites web, surveillance des conversations de son enfant dans sa messagerie, confiscation de son téléphone mobile) (Livingstone et al., 2017).

Les recherches nous apprennent que les pratiques de médiation s’inscrivant dans une perspective démocratique sont les plus concluantes en termes d’apprentissages sociaux ou scolaires chez les enfants et les adolescents. Inversement, les pratiques autoritaires sont quant à elles peu concluantes (Livingstone et al., 2017). Qui plus est, ce type de pratiques brime dans une certaine mesure le droit des enfants à avoir accès au réseau Internet et à pouvoir participer à la société numérique de manière libre, autonome et sécuritaire tout à la fois (Livingstone et Third, 2017; Macenaite, 2017).

Le colloque Médias numériques, familles et apprentissages souhaite accueillir des participantes et des participants qui aborderont le thème des pratiques de médiation du numérique à la maison et des modèles parentaux ou familiaux dans lesquels elles s’inscrivent.

Axe 4 : Les compétences numériques des parents et de leurs enfants

Les apprentissages liés aux usages des médias numériques au sein des familles ne sont pas étrangers à deux expressions bien en vue à l’heure actuelle, dans les écrits savants, les politiques publiques et les programmes de formation : « littératie numérique » et « compétences numériques ». Ces expressions traduisent différents types d’apprentissages, qui peuvent être de nature technique, mais aussi informationnelle, langagière ou sociale (Fastrez et Philippette, 2017). En d’autres termes, elles renvoient aux savoirs, savoir-faire et savoir-être nécessaires à un usage informé, créatif et socialement responsable des médias numériques.

Ce colloque invite les participantes et les participants à aborder le thème de la littératie numérique et des compétences numériques au sein des familles, notamment en termes de « transmission » entre ses membres (qui apprend quoi à qui?).

Personnes visées par le colloque

Les organisateurs du colloque encouragent les étudiant-e-s aux cycles supérieurs, les chercheur-se-s de la relève ainsi que les professionnels de l’intervention sociale et de l’éducation à soumettre leur candidature. Le colloque sera l’occasion pour ces personnes d’avoir des discussions constructives concernant leurs recherches ou leurs activités professionnelles dans les domaines de l’éducation au numérique ou de l’intervention auprès des familles à l’ère du numérique.

Inscription à l’Acfas

Les participants devront obligatoirement s’inscrire au 89e Congrès de l’Acfas pour participer au colloque. Toutes les informations utiles à cet égard sont disponibles sur le site de l’Acfas, dans la rubrique « Inscription ».

Politique d’usage du français

En cohérence avec la mission de l’Acfas et sa politique linguistique, toutes les propositions écrites devront être soumises en français et toutes les communications acceptées devront être faites en français.

Consignes à respecter pour la production et l’envoi des propositions

  • Le corps du texte de la proposition doit contenir au maximum 1 500 caractères, espaces comprises (environ 200 mots), soit le format proposé par le Congrès de l’Acfas.
  • La proposition doit être illustrée par un titre clair, d’un maximum de 180 caractères, explicitant l’objet de la recherche présentée et le principal objectif de la communication.
  • Le résumé doit être accompagné d’une bibliographie de 10 à 20 références (1 page) reflétant la problématique, le cadre théorique et la démarche méthodologique de la recherche présentée. Cette bibliographie permettra aux évaluateurs de situer dans quel champ de recherche ou d’intervention se situe la proposition. Note : les références n’ont pas forcément à être intégrées au corps du texte de la proposition, car le format de celui-ci peut ne pas le permettre.
  • Le document Word envoyé doit contenir les noms de toutes les personnes présentatrices, le titre de leur principale fonction professionnelle et le nom de leur principale organisation ou institution d’attache.
  • Le document doit présenter un court texte de nature biographique d’un maximum de 1 000 caractères espaces comprises pour chaque personne présentatrice.
  • Le document doit enfin préciser si les congressistes comptent à priori participer au colloque en présentiel ou à distance. Une priorité sera accordée aux personnes qui comptent participer au colloque en présentiel.
  • La proposition doit être envoyée par courriel aux deux organisateurs du colloque, les professeurs Mathieu Bégin (begin3@usherbrooke.ca) et Jerry Jacques (jerry.jacques@uclouvain.be).

Un accusé de réception sera envoyé aux auteurs et autrices des propositions.

Échéancier

Diffusion de l’appel à communications

17 janvier 2022

Date limite pour l’envoi des propositions

18 février 2022

Réponse aux auteurs et autrices

7 mars 2022

Inscription obligatoire au Congrès de l’Acfas

10 mai 2022

Tenue du colloque

11 et 12 mai 2022

Critères d’évaluation des propositions

  • Adéquation de la problématique de recherche au regard de la thématique du colloque
  • Pertinence scientifique, sociale et éducative de la problématique de recherche
  • Non ambiguïté des fondements théoriques de la recherche
  • Clarté de la démarche méthodologique (y compris pour les recherches documentaires)
  • Richesse des résultats finaux, préliminaires ou anticipés
  • Clarté de la contribution à l’avancement des connaissances
  • Effort d’illustration de la pertinence des résultats pour les praticiens
  • Richesse de la documentation mobilisée

Chaque proposition sera évaluée par les deux organisateurs du colloque ainsi que par un évaluateur ou une évaluatrice externe.

Informations pratiques

Transport, hébergement et repas

Les frais de transport et d’hébergement sont de la responsabilité des participantes et des participants au colloque. Ces personnes trouveront sur le site de l’Acfas plusieurs informations utiles concernant les possibilités d’hébergement qui s’offrent à elles à Québec ainsi que sur les modalités de transport pour se rendre jusqu’à l’Université Laval. Le Congrès offrira gratuitement du café et du thé à l’ensemble des congressistes pendant les deux journées du colloque. Toutefois, les participantes et les participants seront responsables de l’achat de leurs repas pendant la durée du colloque.

COVID-19 

Au regard de l'évolution de la situation sanitaire, les équipes organisatrices du 89e Congrès de l’Acfas, qui aura lieu du 9 au 13 mai 2022, ont pris la décision de tenir la totalité des activités scientifiques (colloques, communications libres et sessions d’échanges thématiques) entièrement en ligne. Les responsables du colloque tiendront compte de la réalité des différents fuseaux horaires lors de l’élaboration de la programmation.

Références

Académie de la transformation numérique (2020). La famille numérique. NETendances 2020. Québec : Académie de la transformation numérique.

Alheit, P. et Dausien, B. (2005). Processus de formation et apprentissage tout au long de la vie. L’orientation scolaire et professionnelle, (34), 57‑83.

Bigot, L. (2018). The fact-checking to restore the truth: the ambivalence for the media in front of false news. Le Temps des medias, 30(1), 62‑76.

Brito, R., Francisco, R., Dias, P. et Chaudron, S. (2017). Family Dynamics in Digital Homes: The Role Played by Parental Mediation in Young Children’s Digital Practices Around 14 European Countries. Contemporary Family Therapy, 39(4), 271‑280.

Dumond, M. (2019). L’apprentissage en famille : note de synthèse. McGill Journal of Education / Revue des sciences de l’éducation de McGill, 54(3), 566‑581.

Fastrez, P. et Philippette, T. (2017). Un modèle pour repenser l’éducation critique aux médias à l’ère du numérique. tic&société, 11(1), 85‑110.

Gee, E., Takeuchi, L. et Wartella, E. (2017). Children and Families in the Digital Age: Learning Together in a Media Saturated Culture. Routledge.

Grant, L. (2009). Learning in families: a review of research evidence and the current landscape of Learning in families with digital technologies. General Educators Report, 59.

Livingstone, S., Ólafsson, K., Helsper, E. J., Lupiáñez-Villanueva, F., Veltri, G. A. et Folkvord, F. (2017). Maximizing Opportunities and Minimizing Risks for Children Online: The Role of Digital Skills in Emerging Strategies of Parental Mediation. Journal of Communication, 67(1), 82‑105.

Livingstone, S. et Third, A. (2017). Children and young people’s rights in the digital age: An emerging agenda. New Media & Society, 19(5), 657‑670.

Macenaite, M. (2017). From universal towards child-specific protection of the right to privacy online: Dilemmas in the EU General Data Protection Regulation. New Media & Society, 19(5), 765‑779.

Sorbring, E. (2014). Parents’ Concerns About Their Teenage Children’s Internet Use. Journal of Family Issues, 35(1), 75‑96.

Places

  • Université Laval
    Quebec City, Canada

Event format

Full online event


Date(s)

  • Friday, February 18, 2022

Keywords

  • média, numérique, famille, parentalité, enfant, adolescent, apprentissage, information, médiation, compétence

Contact(s)

  • Mathieu Bégin
    courriel : mathieu [dot] begin3 [at] usherbrooke [dot] ca
  • Jerry Jacques
    courriel : info-redmil [at] uclouvain [dot] be

Information source

  • Mathieu Bégin
    courriel : mathieu [dot] begin3 [at] usherbrooke [dot] ca

To cite this announcement

« Médias numériques, familles et apprentissages », Call for papers, Calenda, Published on Friday, January 21, 2022, https://calenda.org/957793

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search