HomeÉducation et formation : filiations et affiliations à l’épreuve de l’incertitude

HomeÉducation et formation : filiations et affiliations à l’épreuve de l’incertitude

*  *  *

Published on Wednesday, January 26, 2022

Abstract

À l’occasion de ce congrès Cliopsy (Clinique d’orientation psychanalytique dans le champ de l’éducation et de la formation), nous réexaminerons, avec l’éclairage de la psychanalyse, les notions de filiation et d’affiliation au prisme de la question actuelle de l’incertitude. Quatre thématiques ont été retenues : filiation familiale et affiliation aux savoirs dans le champ de l’enseignement, du travail social, de la formation, du soin ; identification et liens de filiation et d’affiliation dans les groupes et les institutions ; filiations professionnelles, formation, transformations contemporaines de la professionnalité ; filiations, affiliations et recherches cliniques d’orientation psychanalytique en éducation et formation.

Announcement

Les 14 et 15 octobre 2022, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

Argumentaire

« [...] ce qui est nouveau devient facilement effrayant et étrangement inquiétant ; telle chose nouvelle est effrayante, toutes ne le sont certes pas. Il faut, à la chose nouvelle et non familière, quelque chose en plus pour lui donner le caractère de l’inquiétante étrangeté » Freud, S. (1919). L’inquiétante étrangeté (Das Unheimliche).

La question de l’incertitude a déjà fait l’objet de réflexions et d’échanges dans les recherches en sciences humaines et sociales. Elle a aujourd’hui une place centrale dans toutes les sphères de nos vies, ce qui nous invite à repenser nos manières de faire avec cette question. Simultanément, bon nombre de modèles et discours (politiques, publics, scientifiques, technologiques, méthodologiques, éducatifs...) véhiculent l’idée — ou réactivent le fantasme — d’un contrôle accru des individus sur le monde et sur eux-mêmes. De ce point de vue, l’activité humaine ne peut-elle pas être envisagée parfois comme une tentative toujours renouvelée d’éviter l’incertitude, en s’efforçant de donner du sens ou une forme aux événements que nous vivons ?

Ces événements font irruption dans la vie des sujets singuliers — dans leur espace psychique —, dans les collectifs (dans les groupes et les institutions), dans les sociétés mondialisées (crises, conflits, pandémie, etc.) avec une force traumatogène qui s’impose à tous. Ils peuvent avoir l’effet d’une effraction psychique temporairement ou durablement immaîtrisable, provoquer des phénomènes de déliaison entre réalités extérieure et intérieure, voire de la sidération. Avec des intensités différentes selon les cas, les vulnérabilités plus profondes se manifestent. Face à l’incertitude, chacun peut alternativement y trouver l’opportunité d’un jeu, une source de créativité et de changement, ou se réfugier dans le déni, processus défensif favorable au maintien d’un sentiment de maîtrise.

Dans un tel contexte, la question du lien (aux autres, à soi) est remaniée, voire vécue elle-même comme incertaine. Quels effets sur le(s) rapport(s) au(x) savoir(s) ? Sur les identifications ? Sur les liens de filiation et d’affiliation ? Quel(s) lien(s) avec le passé ? Comment être en lien avec le présent ? À l’occasion de ce congrès Cliopsy, nous entendons réexaminer, dans le champ de l’éducation et de la formation, les notions de filiation et d’affiliation au prisme de la question de l’incertitude.

Les propositions de communications pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes :

Thématique 1 : Filiation familiale et affiliation aux savoirs dans les champs de l’enseignement, du travail social, de la formation, du soin

Alors que les configurations familiales connaissent de profondes mutations depuis plusieurs décennies, les repères habituels pour penser le(s) lien(s) dans la famille sont mis à l’épreuve. Comment la filiation familiale engage-t-elle aujourd’hui la question du savoir ? Celui-ci est pris dans des mouvements qui pourraient sembler paradoxaux, entre destitution du savoir scientifique, prolifération de savoirs experts, développement d’idéologies et d’excès de certitude. Quand Freud défend les apports de la psychanalyse, il ne rejoint pas un discours scientifique qui promeut l’accès à la maîtrise des expériences de vie et au plaisir sans faille, mais soutient une science qui affronte ses limites et refuse de s’enfermer dans l’illusion. M. Mannoni considérait que « savoir exige le renoncement de la certitude du su ». Comment la filiation familiale s’articule-t-elle avec l’affiliation des enfants au savoir dans notre société ? Considérant que l’enfant est pris dans le désir des adultes, quelles voies possibles pour s’émanciper ? Comment les professionnels travaillent-ils auprès des familles, des enfants, avec leurs certitudes ou leurs incertitudes ? Quels sont les impacts des discours politico-éducatifs sur les positions subjectives des protagonistes ?

Thématique 2 : Identification et liens de filiation et d’affiliation dans les groupes et les institutions

L’incertitude vient brouiller le processus identificatoire du sujet. Elle le met face à un non-savoir quant à ce que sera son environnement et quant à ce qu’il sera dans le futur. Sur le plan de ses liens, les filiations et affiliations du sujet peuvent être touchées par l’incertitude. Filiations anthropologiques puisque dans certaines circonstances l’incertitude peut concerner le sujet en tant que compris dans l’ensemble humain ou dans celui plus vaste du vivant. Filiations groupales et/ou institutionnelles, lorsque les significations symboliques partagées et les modes de transmission des alliances inconscientes et des pactes collectifs (Kaës) scellant le lien à l’autre sont altérés. Filiations épistémologiques lorsque ses outils théoriques ne permettent plus au sujet de répondre aux questions qui se posent à lui. Quels effets de fragilisation ou de redéfinition de soi pour le sujet ? Si la filiation suppose toujours une part d’assujettissement, quelle inscription possible pour le sujet dans les groupes et les institutions ? Comment l’affiliation peut-elle s’articuler avec la filiation ? Comment les phénomènes de désaffiliation peuvent-ils se déployer dans l’incertitude ? Comment le groupe et les dispositifs groupaux, notamment dans le travail socio-éducatif ou dans la formation extrascolaire, la formation d’adultes, l’enseignement, contribuent-ils à fragiliser ou à soutenir les liens filiatifs et leurs remaniements ?

Thématique 3 : Filiations professionnelles, formation, transformations contemporaines de la professionnalité

La psychanalyse, notamment des groupes et des institutions, a apporté un éclairage particulier sur le rapport entre filiation et affiliation ; les sujets rejouant quelque chose de leur roman familial dans leurs liens affiliatifs aux institutions, sont amenés à y déposer des affects non élaborés, qui s’enkystent dans les collectifs, parfois depuis leur origine (mythe de la fondation). Cette thématique 3 invite à questionner les phénomènes groupaux lorsque ceux-ci se déploient au sein des dispositifs de formation des professionnels de l'éducation, de la formation, du travail social, du soin, etc. Comment la formation des professionnels peut-elle soutenir la professionnalité de groupes, collectifs, équipes, dans les dynamiques inter-psychiques qui leur sont singulières, face aux nouveaux cadres qui infiltrent les conceptions du travail éducatif et formatif au fil des réformes successives depuis ces dernières décennies ? La question de la professionnalité engage une multiplicité de domaines simultanés : savoirs professionnels, tâche primaire et ancrages institutionnels, histoire du métier, de l'institution éducative, du collectif, du sujet à travers sa trajectoire professionnelle... Comment la formation des professionnels se retrouve-t-elle au carrefour de ces mouvements ? Dans quelles conditions et comment peut-elle les mettre au travail, restaurer du lien et du sens ? Faut-il penser de nouveaux savoirs professionnels pour mieux faire face aux incertitudes qui pèsent sur ce qui relie les sujet-professionnels à leur pratique ? Les transformations contemporaines aboutissent-elles à des formes inédites du rapport filiatif-affiliatif en formation ?

Thématique 4 : Filiations, affiliations et recherches cliniques d’orientation psychanalytique en éducation et formation

Sur le plan des savoirs, l’incertitude va de pair avec le doute que l’on peut opposer à la foi ou à la certitude. Qu’il soit sceptique, pour combattre le dogmatisme, ou méthodique pour servir la quête de certitudes, le doute peut ouvrir la voie vers de nouveaux savoirs ou enfermer dans des croyances. La démarche clinique en sciences humaines et sociales, référée à Georges Devereux et à Revault d’Allonnes, à la suite de Freud dont les constructions théoriques de la psychanalyse se sont développées contre, parfois tout contre, la Science, au sens positiviste, reconnaît à la fois le rôle de la subjectivité du sujet-chercheur et son opacité à lui-même dans le processus de construction des savoirs, qui doit alors tolérer l’incertitude. Dans le domaine de l’éducation et de la formation, la tradition clinique et son souci épistémologique ne peuvent-ils pas participer à une réflexion plus ample sur ce qu’on peut attendre de la science ? Les savoirs incertains ne sont-ils pas pourvoyeurs d’autres apports que ceux promis par le positivisme ? Pour les chercheurs s’inscrivant dans le courant clinique d’orientation psychanalytique en éducation et formation, la filiation est le plus souvent double : filiation envers ceux auprès desquels ils se sont formés à la recherche et envers ceux avec lesquels ils font — ou ont fait — l’expérience de la psychanalyse. Comment s’opère le tissage entre ces deux formes de filiations ? Comment est-il réinventé quand le doute lié aux savoirs psychanalytiques avec lequel ils travaillent est redoublé par celui qui touche, dans les discours contemporains, la psychanalyse et l’éducation ? Quels en sont les effets sur les dispositifs de formation et de recherche qui s’en inspirent ? Comment ces filiations produisent-elles des effets sur nos recherches et sur les liens entre chercheurs ?

Modalités de soumission

La proposition de communication comportera :

  • un titre ;
  • un texte en langue française résumant la communication orale (2500 signes maximum, espaces comprises) ;
  • 4 références bibliographiques au maximum (normes APA) ;
  • 5 mots clés.

La plateforme de dépôt vous demandera également de renseigner vos nom, qualité et appartenance institutionnelle, adresse électronique et adresse postale complète du ou des auteur(s).

Devront être précisés : le questionnement, la perspective théorique, les modalités de constitution du corpus et de son analyse.

Les communications retenues alimenteront des ateliers et porteront sur des travaux issus de recherches et/ou d’élaborations théoriques à partir de vignettes cliniques dans le champ de l’éducation et de la formation. Leur présentation orale d’une durée de 20 minutes sera suivie d’un temps de discussion.

Les propositions de communication seront déposées sur la plateforme en ligne Cliopsy

(Il est nécessaire d’y créer un compte pour déposer)

au plus tard le 15 mars 2022

Le congrès donnera lieu à une publication des actes en ligne.

Informations pratiques

Le congrès se déroulera à : Université Paris 8:  2 rue de la Liberté – 93200 Saint-Denis

Les informations complémentaires sont consultables sur la plateforme du congrès et le site congrès Cliopsy

Comité d’organisation

Claudine Blanchard-Laville, Université Paris Nanterre Louis Marie Bossard, Université Paris Nanterre Francoise Breant, Université Paris Nanterre, Arnaud Dubois, Université de Rouen, Laurence Gavarini, Université Paris 8 Patrick Geffard, Universiteé Paris 8 Narjes Guetat-Calabrese, Université Paris Nanterre, Marc Guignard, Université Lyon 2, Mej Hilbold, Université Paris 8 Veronique Kannengiesser, Université de Picardie,  Antoine Kattar, Université de Picardie, Laure Lafage, Université Paris Nanterre Leandro de Lajonquiere, Universiteé Paris 8 Francois Le Clere, Université Paris 8 Sophie Lerner-Sei, Université Paris Descartes, Caroline Le Roy, Université Paris 8, Dominique Meloni, Université de Picardie, Bernard Pechberty, Université Paris Descartes, Ilaria Pirone, Université Paris 8,  Alexandre Ploye, Inspe-Université Paris Est Créteil

Comité scientifique

Claudine Blanchard-Laville, Université Paris Nanterre, Francoise Breant, Université Paris Nanterre, Deborah Britzman, Faculty of Education, York University, Canada, Sylvie Canat, Université de Montpellier, Sandra Conte de Almeida, Université catholique de Brasilia, Brésil,  Mireille Cifali, Université de Genève, Pierre Delion, Université de Lille II, Arnaud Dubois, Université de Rouen, Georges Gaillard, Université Lumiere Lyon 2,  Charles Gardou, Université Lumiere Lyon 2, Laurence Gavarini, Université Paris 8, Patrick Geffard, Université Paris 8,  Florian Houssier, Université Sorbonne-Paris- Nord, Antoine Kattar, Université de Picardie,  Magadalena Kohut-Diaz, Université de Bordeaux, Maria Cristina Machado Kupfer, Université de São Paulo, Bresil, Leandro de Lajonquiere, Université Paris 8,  Patricia Mercader, Université Lumiere Lyon 2,  Viviana Mancovsky, Université nationale de San Martin et Université nationale de Lanus, Argentine,  Jole Orsenigo, Università Milano-Bicocca, Italie,  Dominique Ottavi, Université Paris Nanterre, Bernard Pechberty, Université Paris Descartes, Marcelo Ricardo Peirera, Université federale du Minas Gerais, Brésil, Jean-Pierre Pinel, Université Paris 13,  Jean-Luc Rinaudo, Université de Rouen,  Maria Grazia Riva, Università Milano-Bicocca, Italie,  Philippe Robert, Université Paris Descartes,  Andre Sirota, Université Paris Nanterre , Marta Souto, Université de Buenos Aires, Argentine,  Stefania Ulivieri Stiozzi Redolfi, Università Milano-Bicocca, Italie,  Rinaldo Voltolini, Université de São Paulo, Bresil,  Jean-Marie Weber, Université du Luxembourg,  Linden West, Christ Church University Canterbury, Royaume-Uni.

Places

  • Batiment de la Recherche - 2, rue de la Liberté
    Saint Denis, France (93526 CEDEX)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Tuesday, March 15, 2022

Keywords

  • filiation, affiliation, incertitude, psychanalyse, clinique, éducation, formation, subjectivité, contemporain, institution, groupe

Contact(s)

  • Laurence Gavarini
    courriel : laurence [dot] gavarini [at] free [dot] fr
  • Claudine Blanchard-Laville
    courriel : claudine [dot] blanchardlaville [at] gmail [dot] com
  • Patrick Geffard
    courriel : patrick [dot] geffard [at] univ-paris8 [dot] fr

Information source

  • Laurence Gavarini
    courriel : laurence [dot] gavarini [at] free [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Éducation et formation : filiations et affiliations à l’épreuve de l’incertitude », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, January 26, 2022, https://doi.org/10.58079/184n

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search