HomePenser la « fabrique » des savoirs scolaires

HomePenser la « fabrique » des savoirs scolaires

Penser la « fabrique » des savoirs scolaires

Le regard croisé des didactiques et des disciplines

*  *  *

Published on Wednesday, January 26, 2022

Abstract

La revue Didactiques & Disciplines est une revue à comité de lecture international. Créée par la faculté des sciences de l’éducation de l’université Mohammed V de Rabat (Maroc), elle est dédiée à la promotion et à la diffusion de l’actualité des recherches en didactiques des disciplines, et ce aussi bien au plan national qu’international. Pour son premier numéro, Didactiques & Disciplines propose un retour à l’une des questions nodales dans le champ des didactiques, celle de la « fabrique » des savoirs scolaires.

Announcement

Présentation de la revue

La revue Didactiques & Disciplines est une revue à comité de lecture international. Créée par la Faculté des Sciences de l’Éducation de l’Université Mohammed V de Rabat (Maroc), elle est dédiée à la promotion et à la diffusion de l’actualité des recherches en didactiques des disciplines, et ce aussi bien au plan national qu’international.

En souhaitant trouver une place importante parmi les publications francophones de recherche en éducation, la revue se donne pour objet fondamental de repenser les relations et/ou tensions entre les didactiques et les disciplines, en suscitant réflexions et questionnements concernant des faits d’enseignement et d’apprentissage spécifiques au cœur des diverses disciplines scolaires. Dans cette perspective, cette revue produite au Maroc,  s’attache à accueillir des contributions provenant de différentes didactiques, à établir un lieu d’échanges féconds entre praticiens, chercheurs et jeunes chercheurs, et à tisser de nouveaux liens entre une pluralité de traditions nationales de recherche en éducation, en prolongeant la dynamique collaborative enclenchée entre les didactien.ne.s des disciplines et en plaçant l’articulation entre didactiques et disciplines au cœur des débats.

Didactiques & Disciplines livrera deux numéros par an (décembre et juin), chaque numéro pouvant contenir :

  • des articles originaux s’appuyant sur l’analyse approfondie et contextualisée de corpus clairement définis, et repensant les liens, implicites ou explicites, entre didactique(s) et discipline(s) ;
  • des travaux théoriques exigeants qui identifient, historicisent, décrivent et élaborent les contenus des disciplines scolaires, en interrogeant leurs fondements scientifiques, leurs contextes d’évolution et leur(s) progression(s) curriculaire(s) ;
  • une rubrique « Varia » ouverte expressément à de jeunes chercheurs en fin de thèse ou venant de la soutenir, dont les recherches sont en étroite relation avec les problématiques de recherche fondatrices de la revue.
  • une rubrique « Notes de lecture » consacrée à des recensions d’ouvrages et des notes de lecture d’articles susceptibles d’intéresser la communauté des didactien.ne.s des disciplines et d’enrichir leurs travaux de recherche.

Présentation du dossier 

Les raisons d’une thématique

Didactiques & Disciplines lance un appel à contribution pour son tout premier numéro qui propose un retour à l’une des questions nodales dans le champ des didactiques, celle de la « fabrique » des savoirs scolaires. Ce dernier reprend des discussions scientifiques engagées de longue date autour des travaux de recherche dans le champ des didactiques et de leurs effets sur la construction, l’organisation et/ou la circulation des contenus d’enseignement et d’apprentissage référés/référables aux différentes disciplines scolaires : qu’il s’agisse de pratiques, de valeurs, de « rapports à » ou de comportements ancrés, par effet de sédimentation, dans l’histoire des disciplines, de savoirs prescrits et désignés, sur le plan institutionnel, comme étant « à enseigner », ou de savoirs réellement enseignés et/ou appris dans des situations d’interaction didactique spécifiques en classe.

Quoi de plus incontournable d’emblée, en matière de recherche en didactiques des disciplines, que la question des savoirs scolaires et les différents débats qu’elle permet de susciter ? La réflexion sur les contenus disciplinaires, sous le double angle de leur transversalité et de leur spécificité, est sans conteste la condition fondamentale du développement du champ des didactiques et de son enrichissement, car il n’est absolument pas de didactique qui ne s’attache à se prendre elle-même pour objet, par le prisme de l’interrogation des savoirs et de leurs évolutions au sein des curriculums (Audigier, 1986 ; Rey, 2007 ; Daunay, 2010 ; Daunay et Reuter, 2013 ; Reuter et al., 2013, p. 43-48 ; Reuter, 2014 ; Denizot, 2021a). Peut-on caractériser précisément les enjeux de cette question inhérente aux didactiques et consubstantiellement liée à leur projets de recherche et à leurs programmes de formation, si plurivoques et si évolutifs soient-ils ?

En effet, la plupart des chercheurs s’accordent aujourd’hui pour dire que les didactiques, en se distinguant des pédagogies, se sont construites autour de disciplines scolaires et d’espaces socioprofessionnels déjà institués, selon des traditions nationales bien différentes les unes des autres (voir, par exemple, Jonnaert et Laurin, dir., 2001 ; Hofstetter et Schneuwly, 1998/2001 ; Hofstetter et Schneuwy, dir. 2007 ; Dorier, Leutenegger et Schneuwly, dir., 2013 ; Ligozat, Coquidé et Sensevy, dir., 2014 ; Reuter, 2019). Leur disciplinarisation progressive, résultant d’une métamorphose profonde des systèmes scolaires et des formations des enseignants, peut être vite reconnue à l’essor exponentiel de structures, laboratoires et/ou équipes de recherche, à l’ « universitarisation » de la formation initiale et/ou continuée des enseignants, à la prolifération accrue de publications, d’événements et de corporations ou associations scientifiques, ainsi qu’à l’évolution notable des disciplines scolaires dont les frontières, devenues poreuses, sont de plus en plus enclines à la circulation des savoirs (Daunay, 2017; Hofstetter & Schneuwly, 2019).

Et, si, par ailleurs, le champ des didactique apparait de manière significative comme un champ scientifique « consistant » et relativement hétérogène, aux questions théoriques fécondes et aux observations empiriques sans cesse renouvelées (Schneuwly, 2020 ; Lenoir, 2020), c’est parce que la réflexion épistémologique sur la fabrique de l’ « enseignable » (Chervel, 1988 ; 1998, d’un point de vue proprement historique ; ou, dans une perspective sociologique, Forquin, 1996 ; 2008) y est devenue, à différents degrés, un « horizon indépassable » (Schneuwly, 2014), à travers un déplacement de focale des contenus en tant que tels vers les processus de leur construction interne et de leur progression curriculaire, au fil des différents niveaux de scolarité (voir, par exemple, Thevenaz et al., 2011 ; De Kesel, Dufays et Meurant, dir., 2011 ; Carlier et al., 2012 ; ou encore, Harle, 2021, pour approche croisée du curriculum scolaire des points de vue sociologiques, didactiques et historiques).

Pour autant, est-il sûr que cette dynamique, ainsi sommairement décrite, soit identique dans les différentes didactiques ? Il semble bien que la multiplicité et la prévalence croissante des recherches sur les contenus disciplinaires, qui peuvent se lire également à la diversité des questionnements qu’elles autorisent,  ne se pose pas avec la même teneur, ni avec la même ampleur, en fonction non seulement des différents didactiques, mais aussi, et surtout, des pays dans lesquels s’ancre leur évolution sociohistorique. Par exemple, la tendance actuelle de certains systèmes scolaires au fractionnement et à l’émiettement des savoirs, en référence trop étroite au concept de « compétence » dans les curriculums (Audigier et Tutiaux-Guillon, 2008, dans Daunay & Reuter, 2013, p. 24), est trop problématique. Elle semble engendrer des « tensions séparatistes » ou des « communautarismes didacticiens », pour reprendre de manière nuancée les propos d’Y Chevallard (2010). Ces dérives aboutissent éventuellement à l’enfermement des disciplines sur elles-mêmes et se constituent, en même temps, en obstacles à la légitimation des didactiques auprès des instances décisionnaires liées aux réseaux scolaires, en rendant inopérantes leurs interventions dans les débats sur l’école.  

Au-delà de ces contingences contextuelles, qui ne concernent pas immédiatement ce numéro de la revue Didactiques & Disciplines, une autre question se pose légitimement : pourquoi est-il si crucial de réinterroger la question de l’origine et de la nature des contenus disciplinaires, alors qu’elle a été amplement (re)travaillée et soigneusement (re)discutée autour d’une pléthore de réélaborations du concept de « transposition didactique » (Petijean, 1998 ; Mercier, 2002 ; Ronveaux & Schneuwly, 2007 ; Lebeaume, Martinand et Reuter, 2007 ; Sensevy et Mercier, dir., 2007 ; Sensevy, 2011 ; Boyer et Reuter, dir., 2012 ; Daunay, Reuter et Thépaut, dir., 2013 ; Daunay, Fluckiger et Hassan, dir., 2015 ; Cohen-Azria et Souplet, dir., 2016 ; Daunay, 2017 ; Souplet et Zaid, dir., 2016 ; Gruson, 2019 ; Fejzo et Laplante, dir., 2020 ; Peretti,  et Dias-Chiaruttini, dir., 2020 ; Schneuwly & Ronveaux, 2021 ; Denizot, 2021a/2021b)?

En tenant compte de la vivacité, sinon de la « ténacité », du concept dans le champ des didactiques (Reuter et al., 2007/2013, 221-226), il est important de souligner que la « transposition didactique » a considérablement évolué depuis les premières définitions fournies par Y. Chevallard (1985/1991), à la suite des travaux sociologiques de M. Verret (1975), celles caractérisant « le travail qui, d’un objet de savoir, fait un objet d’enseignement », ou encore « le passage d’un contenu de savoir précis à une version didactique de cet objet de savoir » (Chevallard, 1985/1991, p. 38) étant les plus conventionnellement reconnues, notamment dans les lieux de formation initiale et/ou continuée des enseignants.

Ces définitions, provenant de la didactique des mathématiques, sont ancrées dans la « théorie anthropologique du didactique » (TAD) et ses principes d’universalité et d’unité de la Didactique (Chevallard, 2010), mais elles font l’objet de réélaborations significatives, plus ou moins importantes selon les didactiques elles-mêmes et leurs conditions d’évolution. Il est tout à fait légitime de penser que le concept de transposition didactique connait actuellement des spécifications importantes dans le champ des didactiques, justifiant dans une grande mesure des revendications internes, plus ou moins avérées, d’autonomisation par rapport à la didactique des mathématiques (voir, par exemple, Halté, 1992 ; Romian, 1995 ; Petitjean, 1998, en didactique du français langue maternelle), ou encore vis-à-vis de certains modèles applicationnistes hérités des sciences du langage (voir aussi Margaret, Defays et Meunier, dir., 2014, qui interrogent le traitement des savoirs enseignables/enseignés en classe de FLE/FLS ; ou Blanchet et Chardenet, 2013, p. 197-202, qui proposent une conception étendue des « transpositions », au pluriel).   

Bien que beaucoup de recherches semblent y référer sans cesse (Reuter et al., 2007/2013, 221-226), fût-ce implicitement, en lien étroit avec la TAD, le concept est significativement reconstruit à travers de nombreuses typologies se substituant aux « savoirs savants » saturant jusque-là le champ de référence des disciplines scolaires et tenant compte, à l’inverse, du caractère irréductiblement complexe et hétérogène des savoirs transposés dans le système scolaire : que l’on pense , par exemple, aux « pratiques sociales de référence » (Martinand, 1989), aux « savoirs de sens commun » (Perrenoud, 1997), aux « savoir-faire sociaux » (Puren, 1993), aux « savoirs experts » (Joshua, 1996), aux « savoirs propositionnels » (Astolfi, 2008), aux « complexes d’objets » (Halté, 1998), aux « connaissances-en-acte » Vergnaud, 1996),  aux « éducations à » (Audigier, 2012), aux savoirs de « référence » (Audigier & Tutiaux-Guillon, 2008), ou encore aux « savoirs » tout court « Schneuwly, 1995). La diversité des acceptions de la notion de « savoir » elle-même, les catégorisations conceptuelles et les flottements terminologiques qu’elles recèlent, témoignent des multiples références mobilisées dans le champ des didactiques en vue de rendre compte de la question de la transposition et de ses enjeux tant pour penser les contenus d’enseignement et d’apprentissage que pour éclairer le champ actuel des didactiques (voir notamment Denizot, 2021a, pour une courte synthèse et discussion).

Il ne s’agit pas ici d’explorer à nouveaux frais le concept de transposition didactique, mais de remettre à l’ordre du jour les problèmes que soulève encore le concept pour les différentes didactiques, les savoirs scolaires étant en transformation perpétuelle. L’enjeu est d’identifier les différentes réélaborations de la transposition didactique et d’en évaluer la pertinence et la force critique, tout en contribuant à affiner, sinon à réinventer, la (les) relation(s) structurelle(s) entre didactiques et disciplines. La question de la « fabrique » des savoirs scolaires, longtemps abordée par les didacticiens, dans un contexte de modernisation incessante des systèmes scolaires, intéressent aussi l’histoire qui conçoit les disciplines comme des productions culturelles de l’école, mais aussi la sociologie qui analyse les disciplines comme le produit d’enjeux et de processus sociaux. Par conséquent, ce numéro veut contribuer à cette « forme de re-création » (Denizot, 2019) dont fait l’objet déjà le concept de transposition didactique, en invitant à croiser ces différents « regards » portés sur les savoirs et en prenant le parti de faire dialoguer les dimensions didactiques, historiques et sociologiques de leur « fabrique » (Harlé, 2009). Cette « re-création », pensée ici sous l’angle de la « disciplinarisation » des savoirs, c’est-à-dire de leur constitution en disciplines, souligne le caractère nécessairement didactique et sociohistorique par lesquels ces savoirs en viennent à « se scolariser » et à voir leur(s) forme(s) se transformer continûment (Denizot, 2021b). 

De la « transposition didactique »…

Ce numéro de la revue Didactiques & Disciplines, rappelons-le, prend acte de la nécessité de repenser la problématique nodale des contenus d’enseignement et de leur apprentissage, en l’arrimant à des reformulations, conceptuellement significatives, de la transposition didactique, dont il importe de préciser l’intérêt pour l’évolution scientifique des didactiques des disciplines. La transposition didactique réinventée implique de reconsidérer et de mettre en question la genèse et la nature des savoirs construits et privilégiés dans les systèmes scolaires. Ces savoirs, pluriels et indéfiniment évolutifs, ne sont plus envisagés comme de simples projections des formes de production et de diffusion de savoirs savants produits à/par l’université. L’idée des savoirs, même les plus institués, comme un décalque des disciplines universitaires a été mise en cause dès le départ par les didactiques elles-mêmes (voir, dans ce sens, la théorie de la « structure-of-knowledge », chez Gardner, 1975, dans Hasni, Lenoir et Lebeaume, dir., 2006). En rupture avec cette « illusion lyrique », comme l’entendent S. Johsua et J.-J. Dupin (1993), les savoirs scolaires sont appréhendées, de plus en plus dans le champ des didactiques, comme le fruit d’un travail constant et progressif de « disciplinarisation », médié par des dispositifs et des ingénieries, issus de strates historiques différentes, des plus anciennes aux plus nouvelles, et servant essentiellement à « rendre présent, présentifier l’objet à enseigner dans la classe, à créer les conditions d’une rencontre de l’élève avec celui-ci » (Ronveaux et Schneuwly, dir., 2018, p. 239).   

En mettant au point la solidarité des différents niveaux de la transposition didactique, cette « approche instrumentale » de la transposition didactique a le mérite d’associer la réflexion épistémologique sur la construction, l’organisation et la circulation des savoirs dans le système scolaire, à l’analyse empirique du travail enseignant et, dans une perspective vygotskienne, de ses effets réels sur les apprentissages dans leur progression à travers le système (Schneuwly & Ronveaux, 2021). Initialement centrée sur les savoirs, puis sur les pratiques enseignantes et celles d’apprentissage, la focale se déplace, plus crucialement, vers l’ « action conjointe » des enseignants et des élèves, qui donne du sens aux savoirs et renouvèle puissamment les questionnements et/ou pratiques didactiques (Sensevy, 2011). Les savoirs, eux, sans cesses reconfigurés, finissent par arborer de nouvelles significations d’ordre proprement anthropologique : n’étant plus de l’ordre de l’ « avoir », ils se constituent en un ensemble de « faire » (Chartier, 2003, dans Denizot et Ronveaux, 2019), et se transforment continuellement en se faisant, c’est-à-dire en se travaillant à travers leur « exercice intellectuel» (Chervel, 1988, p. 64), voire par « la pensée, le discours et l’action des protagonistes en présence, enseignants et élèves » (Hofstetter et Schneuwly, 2019, p. 50).

…à ses différentes réélaborations : l’entrée par la « discipline »

En reconnaissant à la fois l’historicité des contenus d’enseignement et d’apprentissage, et le rôle crucial des didactiques dans leur (re)construction, en dialogue avec des injonctions sociétales et/ou institutionnelles, les didactiques envisagent les disciplines, de par les façons dont elles se structurent, s’organisent et évoluent, comme des constructions spécifiques, originales et mouvantes, ancrés dans des « cultures scolaires » (Chervel, 2005 ; Pagoni, 2014) (ou des « formes scolaires », voir Vincent, Courtebras et Reuter, 2012 ; Schneuwly et Hofstetter, 2017) productrices et créatrices elles-mêmes de contenus disciplinaires (Denizot, 2019), au travers de négociations, de compromis, de ruptures, de luttes, et d’adaptations revêtant des aspects différents selon les sphères dans lesquelles se situent ces constructions (Reuter et Lahanier-Reuter, 2007 ; Reuter, 2004, 2014).

Les disciplines ont pour fonction globale de « disciplinariser pour discipliner », en liant, à travers leurs contenus propres, des « visées générales, quasi universelles [...], à des finalités régionales, sinon locales » (Hofstetter et Schneuwly, 2019, p. 51-52). En effet, elles constituent, pour l’école, un moyen des plus importants pour transmettre  l’outillage relatif à la culture dans laquelle elle est ancrée, en permettant à ses acteurs de s’approprier  « les outils d'élaboration de la signification et de la construction de la réalité » (Bruner, 1996, p. 36, dans Detroz, Henry et Jadoulle, 2018, p. 9). Elles se définissent, à un moment donnée de leur histoire et de leur existence sociale, comme une synthèse temporaire at articulée d’objets didactiques particuliers et de finalités éducatives générales. En cela, elles servent avant à tout à « discipliner » (Hosftetter et Schneuwly, dir., 1998/2001 ; Hofstetter et Schneuwly, 2014 ; Schneuwly, 2015 ; Ronveaux & Schneuwly, dir., 2018 ; Schneuwly et Ronveaux, 2021), non pas dans le sens de l’imposition et du maintien de l’ordre scolaire, ou de la « police des établissements » (cf. Chervel, 1988 ; Gasparini, 1998, pour une histoire du mot « discipline »), mais dans le sens de s’approprier des manières de penser, d’agir et de voir le monde, et de produire, ce faisant,  des « effets de socialisation durables »  (Vincent, Lahire & Thin, 1994, p. 30-32). 

Ces manières de penser, d’agir et de voir le monde, qu’incarnent et reproduisent précisément les disciplines, s’établissent fondamentalement « sur la base d’un consensus social toujours perceptible d’être remis en question au vu de l’évolution des rapports sociaux », ou encore « d’être mis en crise par l’avancée des savoirs » (Thevenaz-Christen, 2004, p. 3). Mais elles cessent d’être diffuses, quand elles sont médiées par des pratiques d’enseignement et d’apprentissages, régulées par des politiques éducatives normatives (Lahire, 2008), sans cesse réélaborées par les didactiques elles-mêmes.  C’est pour cela précisément que les didactiques renvoient, elles aussi, à des réalités plurielles et complexes, sujettes à redéfinition, leurs formes cognitives et socioprofessionnelles étant en constante transformation (Schneuwly, 2020). La construction et la diffusion des savoirs sont étroitement liés non seulement aux disciplines scientifiques de référence, mais aussi, de manière plus cruciale, à des demandes sociales puissantes autour desquelles s’élabore de manière évolutive la profession enseignante (Hofstetter et Schneuwly, 2009), à tel point que les didactiques et les disciplines se projettent constamment les unes dans les autres et se trouvent négociées les unes en référence aux autres (Reuter, 2013 ; 2014).

Cette vision, inspirée des travaux en histoire des disciplines et en  sociologie du curriculum, fournit à ce numéro un cadre de réflexion fécond et dynamique, en invitant les différentes contributions à penser les contenus disciplinaires non comme objets transposés (imposés ?) de l’extérieur des disciplines elles-mêmes, mais comme construits de l’intérieur même des institutions, en lien avec leurs particularités sociohistoriques, et n’ayant donc de sens que par les processus même de leur transposition, voire de leur « scolarisation » (Denizot, 2021b). Outre ce changement de paradigme dans l’approche des savoirs scolaires, ce cadre ainsi construit aide à surmonter les débats sur les possibilités d’une méta-didactique, insensible aux disciplines et à leurs contenus, construite autour d’un socle  conceptuel hyperonymique applicable aux diverses didactiques des disciplines (Germain, 2000). 

De là, en tenant compte de toutes ces reformulations conceptuelles de la question de la transposition didactique, la réflexion sur la disciplinarité des contenus permet non seulement de réinterroger leurs sources de légitimité théorique, les dispositifs sémiotiques par lesquels ils se matérialisent et leurs sphères d’actualisation possibles, mais plus fondamentalement encore de spécifier les didactiques et d’en construire les singularités les unes par rapport aux autres. De par son caractère pluriel et multifocal, la réflexion rend possible également une saisie métathéorique des enjeux actuels des didactiques, de leur évolution dans les lieux institués et/ou formels d’enseignement, formation et de recherche, et de leurs définitions partagées ou non des notions même de « savoir », de « contenu » et de « discipline ». Les didactiques des disciplines peuvent, par le retour sur la question des contenus, se saisir de ces notions, à partir de questionnements théoriques communs et d’approches convergentes rendant plus pertinent et plus rigoureux le comparatisme (Mercier, Schubauer-Leoni et Sensevy, 2002 ; Ligozat, 2016 ; Mercier, 2017) dont sont présentés ici, du moins implicitement, quelques présupposés théoriques, en conformité avec la ligne éditoriale de la revue Didactiques & Disciplines.

Les axes de travail

Ce numéro de la revue Didactiques & Disciplines se propose d’aborder la question de l’analyse et de l’élaboration des savoirs des et/ou pour les disciplines, dans une perspective à la fois diachronique et synchronique. Les contributions peuvent s’inscrire dans les axes de travail suivants :

Axe 1 : questionner le statut de la question de la transposition didactique dans les travaux de recherche en didactiques, mais aussi dans les lieux de formation initiale et/ou continuée des enseignants :

  • La question de la transposition didactique est-elle explicitement posée dans les recherches didactiques actuelles ? Comment ? Selon quelle(s) approche(s) ? Avec quels effets sur les avancées scientifiques des didactiques des disciplines ?
  • Quelle place les réflexions sur les processus de transposition occupent-elles dans le cadre des formations des enseignants ? Comment ces différentes y sont-elles abordées, (re)problématisées, (re)discutées ou réélaborées ? Par quel(s) traitement(s) ces réflexions sont-elles transformées en objets de formation et, éventuellement, d’action ? Quel est le point de vue des formateurs eux-mêmes ? Comment s’en saisissent-ils ? Quelles difficultés rencontrent-ils ?

Axe 2 : interroger l’histoire des disciplines scolaires, de leurs évolutions, notamment à travers les changements des programmes, des plans d’études, des supports, des référentiels, des modèles ou des savoirs sur/pour l’enseignement, et les effets de cette histoire et de ces évolutions sur les choix théoriques et pratiques des didactiques :  

  • Comment les problématiques didactiques s’articulent-elles aux réformes des disciplines et, plus largement, aux transformations des contextes institutionnels et des demandes sociales ?
  • En quoi les didactiques des disciplines évoluent-elles en fonction des poids attribués, à différents niveaux, aux différents savoirs disciplinaires ?
  • Quelle(s) influence(s) les didactiques exercent-ils sur les disciplines ? Quelle est, , plus précisément, la part impartie aux recherches didactiques dans le questionnement, l’élaboration et la refonte des contenus d’enseignement et d’apprentissage ?

Axe 3 : analyser la nature des savoirs « à enseigner » et/ou « enseignés » au sein des disciplines scolaires, leurs conditions d’émergence, de construction et de transformation, les sources de leur légitimité théorique et leurs modes d’organisation et de progression curriculaire :

  • Par quels contenus, les disciplines se définissent-elles ? Comment ces contenus s’élémentarisent-ils ou se complexifient-ils au fil des différents niveaux de scolarité ? Comment les savoirs scolaires spécifient-ils et/ou sont-ils spécifiés par les sphères disciplinaires dans lesquelles ils sont prescrits, recommandés, représentés, enseignés et/ou appris ?
  • Dans quelle(s) forme(s) de progression curriculaire s’insèrent-ils ? De quelles significations cette (ces) forme(s) de progression curriculaire sont-elles porteuses?
  • Quelles relations, tensions et/ou distorsions peut-on particulièrement observer entre prescriptions institutionnelles et théories de référence, entre finalités affichées et objets d’enseignement, entre curriculums et pratiques observées ? Dans ce même sens, quels rôles les enseignants et/ou les élèves jouent-ils dans les différents processus de transposition ?

Axe 4 : aborder la circulation des savoirs entre différentes disciplines

  • Comment l’existence des disciplines est-elle bousculée, voire remise en question par la montée en puissance de l’interdisciplinarité ?
  • Si les disciplines circonscrivent des savoirs clairement délimités, quelle (im)perméabilité peut-on repérer entre les différentes disciplines? En quoi les savoirs disciplinaires sont-ils d’ailleurs susceptibles de migrations d’une discipline à l’autre ? Quels effets ces migrations peuvent-elles avoir sur les disciplines elles-mêmes ?

Ces quelques questions n’ont rien d’exhaustif. Elle visent à susciter des propositions aussi riches que plurielles autour la question de la transposition didactique, sans épuiser l’empan des enrichissements qui pourront être apportés aux questionnements didactiques sir la « fabrique » des savoirs scolaires, quelles que soient les disciplines considérées, et quels que soient les positionnements par rapport à la question en elle-même. Ce numéro rassemblera des contributions diverses et variées, représentant, autant que faire se peut, de différentes écoles de pensée au sein desquelles évoluent les didactiques des disciplines et à travers lesquelles les processus de transposition revêtent des significations toujours différentes.

Ceci étant, cette pluralité revendiquée ou souhaitée ne doit pas occulter la nécessité d’une élaboration commune du champ des didactiques des disciplines, à partir de questionnements épistémologiques fédérateurs portant sur les notions de « savoir », de « contenu » et/ou de « discipline », qui leur sont donc constitutives.

Coordination scientifique du numéro 

  • Anass EL Gousairi, Université Mohammed V, Faculté des Sciences de l’Éducation, Rabat. Courriel : a.elgousairi@um5r.ac.ma
  • Mohammed Bouchekourte, Université Mohammed V, Faculté des Sciences de l’Éducation, Rabat. Courriel : m.bouchekourte@um5r.ac.ma

Directeur de publication

Abdelatif KIDAI, Doyen de la Faculté des Sciences de l’Éducation, Rabat

Modalités de soumission

Les propositions d’article sont à transmettre sous la forme d’un document Word comportant les éléments ci-dessous :

  • Nom(s) et prénom(s) de l’auteur ou des auteurs
  • Rattachement institutionnel et scientifique de l’auteur ou des auteurs
  • Adresse courriel de l’auteur ou des auteurs
  • Un titre explicite
  • Un résumé de 500 mots (hors bibliographie) avec 5 mots-clés
  • Une bibliographie sélective

Les propositions sont à envoyer aux adresses :

  • a.elgousairi@um5r.ac.ma
  • m.bouchekourte@um5r.ac.ma

avant le 15 mars 2022.

Échéancier

24 janvier

Lancement de l’appel à contribution

15 mars

Réception des résumés des contributions

a.elgousairi@um5r.ac.ma ; a.bouchekourte.um5r.ac.ma    

30 mars

Réponse aux auteurs/trices

30 juin

Première version des articles

1er septembre

Retour des expert.es et envoi aux auteurs/trices

30 octobre

Réception des textes finaux

Décembre 2022

Parution du 1er numéro de la revue Didactiques & Disciplines

Références bibliographiques

Astolfi, J.-P. (2008). La Saveur des savoirs. Disciplines et plaisir d’apprendre. Paris : ESF. 

Audigier, F. (1986). Des multiples dimensions de la réflexion didactique. Dans Rencontre nationale sur la didactique de l’histoire et de la géographie.

Audigier, F. et Tutiaux-Guillon, N. (2008). Compétences et contenus. Les curriculums en question. Bruxelles: De Boeck.

Audigier, F. (2012). « Les Éducation à...: Quels significations et enjeux théoriques et pratiques ? Esquisse d »une analyse. Recherches en didactiques, 13(1), 25-38. 

Blanchet, P. et Chardenet, P. (dir.), (2013 [première édition 2011]). Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures. Approches contextualisées. Paris : Éditions des Archives contemporaines.

Bourdoncle, R. (2007). Universitarisation, Recherche et formation, 54, 135-149

Carlier, G., De Kesel, M., Dufays, J.-L. et Wiame, B. (dir.) (2012). Progression et transversalité. Comment (mieux) articulier les apprentissages dans les disciplines scolaires. Presses universitaires de Louvain : Louvain-la-Neuve (Belgique).

Chervel, A. (1988). L’histoire des disciplines scolaires. Réflexions sur un domaine de recherche. Histoire de léducation, 38, 59-119.

Chervel, A. (1998). La culture scolaire. Une approche historique. Paris : Belin.

Chervel, A. (2005). En quoi une culture peut-elle être scolaire ?, dans Jacquet-Francillon F. et Kambouchner D. (dir.), La crise de la culture scolaire (pp. 77-85), Paris : PUF.

Chevallard, Y. (1985/1991). La transposition didactique : du savoir savant au savoir enseigné (2e éd. Revue et aug.). Grenoble : La Pensée Sauvage

Chevallard, Y. (2010). La didactique, dites-vous ?, Éducation & Didactique, 4, 139-147 

Daunay, B. (2010). Contenus et disciplines. Communication inaugurale du programme de recherche au séminaire de Théodile du 1er octobre 2010.  

Daunay, B. et Reuter, Y. (2013). Penser et problématiser les contenus disciplinaires : un enjeu fondamental pour les didactiques (pp.21-34). Dans B. Daunay, Y. Reuter & A. Thépaut (dir.). Les contenus disciplinaires. Approches comparatistes. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Daunay, B., Fluckiger, C. et Hassan, R. (dir.) (2015). Les contenus denseignement et dapprentissage. Approches didactiques. Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux.

Daunay, B. (2017). Didactique du français et didactiques des disciplines : une interdisciplinarité contrainte. Dans A. Reguigui, H. El Amrani et H. Bendahmane. Pluridisciplinarité en sciences humaines. Hommage à Leila Messaoudi (pp. 189-204). Ontario : Série monographique en sciences humaines.

De Kesel, M., Dufays, J.-L. et Meurant, A. (dir.) (2011). Le curriculum en questions. La progression et les ruptures des apprentissages disciplinaires de la maternelle à l’université. Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain. 

Denizot, N. et Ronveaux, C. (2019). Scolarisation et transposition. Constructions de points de vue notionnels et méthodologiques. Conférence d’introduction au 14e colloque de l’AIRDF, Lyon (France), 27-29 aout 2019.

Denizot, N. (2019). La culture scolaire : un concept didactique ? Dans S. Aeby Daghé et al., Didactique du français et construction dune discipline scientifique. Dialogues avec Bernard Schneuwly (pp. 53-66). Genève : Presses universitaires du Septentrion, coll. « Éducation et didactique»

Denizot, N. (2021a). Transposition, scolarisation et culture scolaire : la question de la construction des savoirs scolaires. Pratiques, 189-190 

Denizot, N. (2021b). La culture scolaire : perspectives didactiques. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux.

Dezutter, O. et Pastré, P. (2008). Didactiques des disciplines scolaires et didactique professionnelle : de l’émergence à l’institutionnalisation, histoires croisées. Dans Y. Lenoir et P. Pastré (dir.), Didactique professionnelle et didactiques disciplinaires en débat (pp. 269-284). Octarès.

Dorier, J.-L., Leutenegger, F., et Schneuwly, B. (dir.). (2013). Didactique en construction Construction des didactiques. Bruxelles : De Boeck.

Elalouf, M.-L., Robert, A., Belhadjin, A. et Bishop, M.-F.(2012). Les didactiques en question(s). État des lieux et perspectives pour la recherche et la formation. Bruxelles : De Boeck.

Forquin, J.-C. (1996). École et culture. Le point de vue des sociologues britanniques (2e édition). Paris/Bruxelles : De Boeck et Larcier.

Forquin, J.-C. (2008). Sociologie du curriculum. Rennes : PUR.

Gasparini, R. (1998. La discipline à l’école : une interprétation sociologique des modalités d’imposition de l’ordre scolaire moderne. Thèse de doctorat non publiée. Lyon : Université Lumière- Lyon 2. Faculté d’anthropologie et de sociologie.

Germain, C., (2000), Didactique du français et épistémologie : de la nécessité d’expliciter ses présupposés, dans Marquilló-Larruy, M. (dir.), Questions dépistémologie en didactique du français, DFLM/Cahiers du FORELL, MSHS, Poitiers,  297-300.

Gruson, B. (2019). L’action conjointe en didactique des langues. Élaborations conceptuelles et méthodologiques. PUR.

Halté, J.-F. (1998). L’espace didactique et la transposition. Pratiques, 97-98, 171-192 

Harlé, I. (2009). La fabrique des savoirs scolaires, La Dispute, col. « L'enjeu scolaire ».

Harle, H. (2021). Penser le curriculum scolaire. Le regard croisé de la sociologie, des didactiques et de l’histoire. Grenoble : Presses Universitaires Grenoble

Hasni, A. (2000). Penser les disciplines de formation à l’enseignement primaire, c’est d’abord penser les disciplines scolaires. Education et Francophonie, Volume XXVIII,  2, 100-120

Hasni, A., Lenoir, Y. et Lebeaume, J. (2006). La formation à lenseignement des sciences et des technologies au secondaire : dans le contexte des réformes par compétences. Québec, Québec : Presses de l‟Université du Québec

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (dir.) (1998/2001). Le pari des sciences de léducation. Bruxelles: De Boeck (Série Raisons éducatives, A, Section des Sciences de l’éducation).

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (1998/2001). Sciences de l’éducation entre champs disciplinaires et champs professionnels. Dans R. Hofstetter et B. Schneuwly, (dir.). Le pari des sciences de l’éducation (pp. 7-25). Bruxelles: De Boeck (Série Raisons éducatives, A, Section des Sciences de l’éducation).

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (dir.) (2007). Émergence des sciences de léducation en Suisse à la croisée de traditions académiques contrastées. Fin du 19e - première moitié du 20e siècle. Berne : Peter Lang.

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (2009). Introduction. Savoirs en (trans) formation. Au cœur des professions de l’enseignement et de la formation. Dans, R. Hofstetter & B. Schneuwly (dir.), Transformations des savoirs de référence des formations aux professions enseignantes (pp. 7-40). Bruxelles: De Boeck

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (2014). Disciplinarisation et disciplination consubstantiellement liées. Deux exemples prototypiques sous la loupe : Les sciences de l’éducation et les didactiques des disciplines. Dans B. Engler (dir.), Disziplin - discipline (pp. 27-46). Fribourg : Academic Press.

Hofestetter, R. et Schneuwly, B. (2019). Du concert des disciplines scolaires à l’interdisciplinarité. Fonctions et contradictions. Didactiques en pratique, 5, 49-58

Johsua, S. et Dupin, J.-J. (1993) Introduction à la didactique des sciences et des mathématiques. Paris : Presses Universitaires de France.

Jonnaert, P. et Laurin, S. (dir.) (2001). Les didactiques des disciplines. Un débat contemporain. Montréal : Presses de l'Université du Québec.

Lahire, B. (2008). La forme scolaire dans tous ses états. Revue suisse des sciences de léducation, 30(2), 229-258

Lebeaume, J., Martinand, J.-L. et Reuter, Y. (2007). Contenus, didactiques, disciplines, formation. Recherche et formation, 55, 107-117

Lenoir, Y. (2020). Didactique: une approche sociohistorique du concept. Didactique, 1(1), 12-39.

Ligozat, F. et Coquidé, M. et  Gérard, S . (2014). Didactiques et/ou Didactique ? D’une question polémique à la construction d’un espace de problématisation scientifique. Présentation du dossier thématique. Éducation et didactique, 8-1,  10-11.

Ligozat, F. (2016), Didactique comparée : quels enjeux pour la construction d’un champ de recherches en didactique ? Une étude de cas en classe de français. Dans Y. Matheron et al. (dir.). Enjeux et débats en didactique des mathématiques (pp. 277-310), Grenoble : La Pensée Sauvage.

Margaret, B., Defays, J.-M. et Meunier, D. (dir.), (2014). La transposition en didactique du FLE et du FLS. Recherches et applications - Le français dans le monde, 55. Paris : Clé International. 

Martinand, J.-L. (1989). Pratiques de référence, transposition didactique et savoirs professionnels en sciences et techniques. Les Sciences de léducation  Pour lère nouvelle, 2, 23-29. 

Mercier, A., Schubauer-Leoni, M.-L., Sensevy, G. (dir.) (2002). Vers une didactique comparée. Revue française de pédagogie, 141, 5-16.

Mercier, A. (2002). La transposition des objets d'enseignement et la définition de l'espace didactique, en mathématiques. in Revue Française de Pédagogie, 141, 135-171

Mercier, A. (2017). Questions comparatistes sur les analyses didactiques des situations d’enseignement et d’apprentissage de divers savoirs. Recherches en éducation, 29

Pagoni, M. (dir.), 2014, École(s) et culture(s). Savoirs scolaires, pratiques sociales et significations. Berne, Suisse : Peter Lang.

Peretti, I. et Dias-Chiaruttini, (dir.) (2020). Diversité des questionnements didactiques. Recherches en didactiques. Les cahiers de Théodile, 29 (3). Lille : Université de Lille.

Perrenoud, P. (1997). Vers des pratiques pédagogiques favorisant le transfert des acquis scolaires hors de l’école. Pédagogie collégiale, 10 (3), 5-16.

Petitjean, A. (1998) La transposition didactique en français. Pratiques, 97-98, 7-34.

Puren, C. (2003). Pour une didactique comparée des langues-cultures. Éla. Études de linguistique appliquée, 129 (1), 121-126.

Reuter Y. (2004). Analyser les problèmes de l’écriture de recherche en formation. Pratiques, 121-122,. 9-17.. 

Reuter Y. et Lahanier-Reuter, D. (2004/2007). L’analyse de la discipline : quelques problèmes pour la recherche en didactique. Communication au 9e colloque de l’AIRDF, Québec, août 2004, reprise dans E. Falardeau, C. Fisher, C. Simard, N. Sorin (dir.). La didactique du français. Les voies actuelles de la recherche (p. 27-42). Québec : Presses de l’université Laval.

Reuter, Y. (2013). Didactiques et disciplines : les raisons d’un pluriel et les recherches en cours., Communication à la journée ARCD, Didactique et/ou Didactiques? D'une question polémique à la construction d'un espace de problématisation, le10 juin 2013. 

Reuter, Y. (2014). Didactiques et disciplines : une relation structurelle. Éducation et didactique, 8-1, 53-64.

Reuter, Y. (2019). Un débat fondamental pour les didactiques : la construction de la notion de discipline scolaire. Dans S.Aeby Daghé et al., (dir.). Didactique du français et construction dune discipline scientifique. Dialogues avec Bernard Schneuwly (pp. 69-82),. Genève: Presses universitaires du Septentrion, coll. « Éducation et didactique». 

Rey, B. (2007). Autour du mot « contenu ». Recherche et formation, 55, 119-133.

Ronveaux, C. et Schneuwly, B (2007). Approches de l’objet enseigné. Quelques prolégomènes à une recherche didactique et illustration par de premiers résultats. Éducation et didactique, 1-1, 55-72.

Ronveaux, C. et Schneuwly, B. (dir.) (2018). Lire des textes réputés littéraires: disciplination et sédimentation. Enquête au fil des degrés scolaires en Suisse romande (ThéoCrit). Bern : Peter Lang.

Sensevy, G., & Mercier, A. (dir.). (2007). Agir ensemble: L’action didactique conjointe du professeur et des élèves. PUR

Sensevy, G. (2011). Le sens du savoir. Éléments pour une théorie de l’action conjointe en didactique. Bruxelles : De Boeck.

Schneuwly, B., (1995). De l’utilité de la «transposition didactique ». Dans J.-L. Chiss, J. David & Y. Reuter, Didactique du français (pp. 47-62). Paris: Nathan.

Schneuwly, B. et Hofstetter, R. (2006). Les didactiques des disciplines: entre logiques disciplinaire et professionnelle Réflexions à partir de l’histoire de la formation des enseignants du secondaire à Genève. VSH-Bulletin Nr. 1

Schneuwly, B. (2014). Didactique : construction d’un champ disciplinaire. Éducation et didactique, 8-1, 13-22.

Schneuwly, B. (2012). Didactique des disciplines et profession des enseignants : transformations récentes d’un duo ancien de la professionnalisation. Dans M. Mellouki & B. Wentzel (dir.), Que faut-il penser de la professionnalisation de la formation des enseignants aujourdhui ? (pp. 29-52). Nancy : Presses universitaires de Nancy.

Schneuwly, B. et Hofstetter, R (2017). Forme scolaire, un concept trop séduisant ?, Dans A. Dias Chiaruttini et C. Cohen-Azria (dir.), Théories-didactiques de la lecture et de l’écriture (pp. 153-167. Villeneuve-d'Ascq : PUS.

Schneuwly, B. (2019). La didactique disciplinaire. Moteurs de son développement, concepts fondateurs, comparaison de deux cultures. Dans Actes du 4e colloque de didactiques disciplinaires (pp. 19-29). Swissuniversities.

Schneuwly, B. (2020). « Didactique » ?, Didactique, 1(1), 40-60.

Schneuwly, B. et Ronveaux, C. (dir.) (2021). Une approche instrumentale de la transposition didactique. Pratiques, 189-190

Sensevy, G. et Ligozat, F. (2017). Didactique comparée et générale. Dans A. Van Zanten et P. Rayou (dir.), Dictionnaire de l'éducation (pp. 173-176). Presses universitaires de France.

Thevenaz-Christen, T. (2004). La discipline scolaire sous les feux de la rampe. La Lettre de l'AIRDF, 35,  22-25.

Thevenaz-Christen, T., Schneuwly, B., Soussi, A., Ronveaux, C., Aeby Daghe, S., Jacquin, M., Leopoldoff, I., Sales Cordeiro, G., & Wirthner, M. (2011). Progression : un concept fondateur de la didactique. L'exemple de la lecture à travers l'école obligatoire. Dans B. Daunay, Y. Reuter et B. Schneuwly (dir.). Les concepts et les méthodes en didactique du français (pp. 85-115). Presses universitaires de Namur.

Verret, M. (1975). Le temps des études, Paris : Honoré Champion.

Vincent, G., Lahire, B. et Thin, D. (1994). Sur l’histoire et la théorie de la forme scolaire. Dans G. Vincent (dir.). Léducation prisonnière de la forme scolaire. Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles (pp.11-48). Lyon : Presses universitaires de Lyon

Vincent, G., Courtebras, B., et Reuter, Y. (2012). La forme scolaire : débats et mises au point. Second entretien de G. Vincent avec B. Courtebras et Y. Reuter. Recherches en didactiques, 14(2), 127-143.

Places

  • Faculté des Sciences de l'Education, Université Mohammed V
    Rabat, Kingdom of Morocco

Date(s)

  • Tuesday, March 15, 2022

Keywords

  • transposition, didactique, fabrique, scolaire, savoir, discipline, disciplinarisation, disciplination, culture scolaire, didactique comparée

Contact(s)

  • Anass El Gousairi
    courriel : a [dot] elgousairi [at] um5r [dot] ac [dot] ma

Information source

  • Anass El Gousairi
    courriel : a [dot] elgousairi [at] um5r [dot] ac [dot] ma

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Penser la « fabrique » des savoirs scolaires », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, January 26, 2022, https://doi.org/10.58079/184s

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search