HomeÀ l’ombre des métropoles : habiter, travailler, gouverner, innover...

HomeÀ l’ombre des métropoles : habiter, travailler, gouverner, innover...

À l’ombre des métropoles : habiter, travailler, gouverner, innover...

Festival international de sociologie (quatrième édition)

*  *  *

Published on Monday, January 31, 2022

Summary

Co-organisé par le laboratoire lorrain de sciences sociales de l’université de Lorraine et par la société d’émulation du département des Vosges, le festival international de sociologie (FISO) se centrera, pour sa quatrième édition, sur les dynamiques socio-spatiales à l’œuvre dans nos sociétés. Il interrogera le rôle et la place des villes petites et moyennes, questionnera la manière dont les dynamiques territoriales, étudiées le plus souvent à l’échelle métropolitaine, se déclinent sur des territoires aux contours diversifiés.

Announcement

Argumentaire

Co-organisé par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), le Festival International de Sociologie (FISO), après s’être intéressé aux figures de l’engagement, à la fabrication des corps au XXIe siècle et à l’éducation[1], se centrera pour sa quatrième édition sur les dynamiques socio-spatiales à l’œuvre dans nos sociétés.

Les fondateurs de la sociologie française se sont intéressés tardivement au contexte urbain comme variable discriminante des processus sociaux, à l’exception peut-être de Maurice Halbwachs (1938), particulièrement attentif à la morphologie sociale, et à « la façon dont la population se distribue à la surface du sol ». Plus tard, la sociologie urbaine en plein développement se constitue en prenant principalement comme champ d’études les métropoles, laissant de côté les petites et moyennes villes (Pribetich, 2017). Lorsque ces dernières sont étudiées, la question de la taille n’est pas toujours interrogée.

C’est plus spécifiquement les géographes et les démographes, les premiers à avoir questionné le rôle et la place des villes petites et moyennes, qui ont insisté sur la difficulté à définir cet « objet réel non identifié » (Brunet, 1997).

Plus globalement, les travaux qui portent sur ces villes ne mettent pas en exergue la taille comme variable explicative ; en définitive elles paraissent être des villes « dont on ne parle pas » (Authier, Bidou-Zachariasen, 2017), notamment en sociologie.

Pourtant, les confinements successifs mis en place lors de la crise sanitaire du Covid-19 n’ont-ils pas placé sur le devant de la scène ces villes jusqu’alors peu valorisées, tant dans les médias qu’auprès de la communauté scientifique ? Par exemple, Yan Gauchard, Claire Meyer et al. notent dans le quotidien Le Monde du 26 septembre 2021 que les Français plébiscitent de plus en plus les petites et moyennes villes, « ces communes à échelle humaine » comme ils disent. Ainsi, et peut-être de manière paradoxale, de nouvelles questions émergent, en témoigne le sujet de l’émission « Le débat de midi » du 23 août 2021 intitulé « faut-il quitter les grandes villes ? », en même temps que les petites et moyennes villes continuent d’être décrites par l’oubli, la perte et le manque. Depuis quelques années déjà, les médias dressent régulièrement le portrait de ces villes en souffrance, et questionnent même leur utilité. Force est de constater que leurs trajectoires de développement ont été bien souvent oubliées, voire complètement ignorées des agendas politiques, agendas essentiellement centrés sur les métropoles et leur attractivité ; car il est difficile localement pour les gestionnaires de reconnaître et de formaliser par le biais de programmes singuliers les difficultés que traverse leur ville (Wolff et al., 2013). Et pourtant, les imperfections pointées sont nombreuses : une population davantage captive en direction des villes petites et moyennes et victime d’un environnement urbain en mal de développement ; des communes périphériques occupées par les franges les plus modestes de la population ; une réorganisation des services – notamment publics – et leur retrait pouvant tendre vers « l’agonie de l’aménagement du territoire » (Dupuy, 2017, p. 245). Dès lors, comment alerter collectivement sur la « déprise » que connaissent les villes petites et moyennes alors même que leurs définitions demeurent floues et constamment débattues ? Si les villes moyennes ont en commun de constituer les pôles urbains de « l’espace non métropolisé » (Kayser, 1969), la définition demeure peu figée en raison de la variété des contextes territoriaux dans lesquels on les trouve.

Même si les médias semblent (re)découvrir ces entités urbaines, de nombreux chercheurs contemporains se sont pourtant attachés à mener des études empiriques dans des espaces plus ou moins urbanisés, situés à l’ombre des métropoles. Dans les petites agglomérations, les chercheurs ont montré que les habitants disposaient de ressources pour trouver un emploi, activer des relations sociales, dynamiser la vie culturelle…, en mobilisant leur capital d’autochtonie (Renahy, 2010 ; Coquard, 2019). De même, alors que certains travaux opposent parfois de manière un peu caricaturale centres et périphéries (Guilluy, 2015), ne peut-on pas dire que les espaces périphériques, tour à tour considérés comme urbains, périurbains, voire ruraux, sont plus diversifiés qu’il n’y parait tant sur le plan social que spatial (Cartier et al., 2008 ; Lambert, 2015 ; Marchal et Stébé, 2018) ? 

Ce n’est donc pas tant la question de la « bonne taille » des villes (Paquot, 2020) qui est ici posée, mais celle de savoir ce qui se joue dans ces territoires non métropolitains. Et surtout, il importe de comprendre comment les territoires communiquent et de quelle manière s’opèrent des hybridations sociales, culturelles, économiques… entre les différents lieux de vie : entre villes moyennes et métropoles, entre villages et petites villes, entre centralité urbaine et espaces périurbains.

Ainsi, à l’occasion de cette édition du FISO nous souhaitons questionner comment les dynamiques urbaines, étudiées le plus souvent à l’échelle métropolitaine, se déclinent sur des territoires aux contours diversifiés. Les propositions de communication pourront interroger les dynamiques qui traversent ces territoires : sont-ils soumis aux mêmes dynamiques territoriales ou sont-ils seulement caractérisés par l’absence (en termes de fragmentation urbaine, d’inégalités, d’attractivité, etc.) ? Dans quelle mesure interrogent-elles sous un prisme nouveau les rapports sociaux qu’ils soient de classe, de genre, etc. ? Outre la manière dont les chercheurs en sociologie les considèrent, ces villes ne sont-elles pas de véritables laboratoires sociaux pour les acteurs politiques, les techniciens en charge de l’aménagement ou encore pour les habitants soucieux de s’y installer durablement ? Parce qu’une définition figée n’est pas retenue, les propositions de communication pourront contribuer à définir ces territoires non métropolitains encore mal connus. Nous nous attacherons à discuter de ces éléments au prisme de quatre axes.

Axe 1 : Habiter… à l’ombre des métropoles

Si les métropoles se présentent comme les grandes gagnantes de la concurrence interurbaine, en témoignent les « villes-globales » (Sassen, 1991), du fait notamment de l’attrait des ménages les plus dotés en capitaux (économiques, culturels, etc.) pour ces espaces, cela signifie-t-il que les villes de moindre importance sont occupées par des ménages inévitablement déshérités ? Leurs habitants sont-ils nécessairement des individus captifs, contraints de résider dans des espaces urbains qui leur sont économiquement accessibles ? De fait, assiste-t-on à une mixité sociale plus grande, voire à une uniformisation des profils socio-économiques des habitants des villes petites et moyennes ? En d’autres termes, comment les populations se répartissent-elles dans ces espaces intermédiaires, au vu de leurs caractéristiques socio-économiques ?

Dans les nombreuses définitions qui ont été proposées, les villes moyennes sont aussi celles considérées comme « facilement appréhendables [desquelles] on en a vite fait le tour, leur structure est facile à comprendre » (Taulelle, 2010). Cette aisance redessine-t-elle les traditionnels contours urbains et la distinction qui peut être faite entre centre et périphérie ? La description d’une « ville à trois vitesses » proposée par Jacques Donzelot (2009) fait-elle sens dans ces espaces urbains de moindre importance, souvent situés à proximité immédiate de l’espace rural ? N’assiste-t-on pas à des tendances inversées comparativement à celles des métropoles, où la périphérie devient plus désirable que le centre-ville ? Si Éric Charmes (2019) insiste sur la « revanche des villages » - qui attirent aménités urbaines et lots de pavillonnaires – les centres-villes des villes moyennes désignés comme des espaces « en souffrance » par certains commentateurs (Razemon, 2016) sont-ils en proie à la gentrification, phénomène bien connu de la sociologie urbaine et décrite presque dans toutes les grandes villes du Nord (Chabrol et al., 2016 ; Tissot, 2011 ; Bidou-Zachariasen, Poltorak, 2008) ? La mobilité généralisée prêtée aux habitants des villes se joue-t-elle de la même manière dès lors que l’on s’intéresse aux habitants d’une ville petite ou moyenne ? D’autres travaux mettent l’accent sur les transferts économiques, les hybridations culturelles qui existent entre les différentes entités territoriales, et tout particulièrement entre les petites et moyennes villes et les grandes métropoles (Davezies, 2021 ; Stébé, Marchal, 2015).

Outre la manière dont sont investies ces villes, que savons-nous des manières d’y vivre ? Donnent-ils la liberté escomptée ? Car moins que la taille de la ville, certains travaux insistent sur la distance au réseau d’interconnaissance pour s’émanciper du contrôle social « invit[ant] donc à repenser la question de la liberté et de l’émancipation non pas tant au regard de la taille de la ville qu’à une échelle plus fine » (Blidon, 2008). Les appartenances sociales (de genre, de classe, culturelles) ne sont-elles pas aussi vectrices d’un contrôle social plus ou moins fort ? Car comme le montre Yaëlle Amsellem-Mainguy (2021) être « une fille du coin » suppose aussi « être connue de tous » (p. 69). Les rapports sociaux se recomposent-ils dès lors qu’ils sont saisis dans des espaces urbains de moindre importance, dans des villes intermédiaires ? Plus largement, moins que la qualité de la ville, ne faut-il pas questionner le rapport qu’ont les habitants à ces espaces intermédiaires (Lajugie, 1974) ?

Enfin, en resserrant la focale, la question de l’habiter se pose au prisme du logement : en raison d’un marché immobilier supposé moins tendu, comment se joue l’appropriation du domicile ? L’accès à des logements plus spacieux, à des pavillons, caractérise-t-il les modes de vie de ces espaces urbains ? Au contraire, du fait de l’offre, peut-être moindre, observe-t-on, plus qu’ailleurs, des difficultés à se loger ? Les logements répondent-ils aux besoins des différents âges de la vie ? Comment les jeunes, les séniors, appréhendent-ils leur trajectoire résidentielle au regard de l’avancée en âge ? Les services proposés permettent-ils de « rester chez soi » au moment de la perte d’autonomie (Dreyer, 2017) ? Pour les plus jeunes, est-il facile de s’émanciper de la tutelle parentale ? Comment la pandémie transforme-t-elle les modes d’habiter et les pratiques de travail ?

Axe 2 : Travailler… à l’ombre des métropoles

La désindustrialisation apparait comme une caractéristique qui va souvent de pair avec les territoires non métropolitains. D’ailleurs, faute d’industries et d’emplois directs issus de ces industries, des solutions alternatives sont trouvées pour se distinguer. L’offre de formation compte parmi elles, en témoigne le travail de Julien Barrier (2014) à propos du territoire Lorrain : « […] dans ces discours [notamment politiques], la création d’une université unique est une étape nécessaire sur le chemin conduisant à la revitalisation d’une région durement touchée par des restructurations industrielles ». Pourtant, l’offre de formation suffit-elle à maintenir sur place les jeunes générations localement diplômées ? Déjà les travaux de Nicole Commerçon et Pierre Goujon (1997) mettaient en exergue la difficulté à retenir les jeunes diplômés, formés localement. Les travaux sociologiques qui s’intéressent à ces territoires ont d’ailleurs insisté sur le profil de « ceux qui restent » (Coquard, 2019) et leur difficulté à trouver un emploi (Rénahy, 2010). Néanmoins, ne faut-il pas relativiser ces résultats au regard des villes moins dotées encore ? Par ailleurs, n’assiste-t-on pas au « retour qualifié » (Guéraut, 2017) de certains individus qui sont exclus du marché du travail dans les métropoles ? Plus récemment, et avec le déploiement du télétravail, n’observe-t-on pas un attrait nouveau pour les petites et moyennes villes au détriment des métropoles ? Plus encore, au regard de la recomposition des espaces de production, au prisme notamment des enjeux écologiques, ces villes ne peuvent-elles pas devenir des espaces d’expérimentations pour repenser le développement local ? Sont-elles davantage propices au déploiement d’une agriculture locale et urbaine du fait d’une disponibilité foncière plus importante ? Car l’innovation n’est pas réservée au milieu métropolitain et peut essaimer plus largement sur le territoire (Tallec, 2014).

Outre la vitalité économique de ces territoires et les opportunités qui s’y trouvent, la question du « travail » en ville moyenne interroge aussi les emplois qui fleurissent spécifiquement dans ces territoires et qui dans un même temps participent à les façonner. Nous pensons typiquement aux « managers de centre-ville » (Daniau, 2019) sollicités pour accompagner – voire le plus souvent relancer – l’attractivité des centres-villes, notamment sur le plan commercial.

Axe 3 : Gouverner les territoires… à l’ombre des métropoles

Si certaines villes moyennes briguent parfois le statut de métropoles, elles font tout de même face aux charges de centralité liées à la fréquentation des équipements qu’elles hébergent. Pour autant, comment y faire face si les habitants les plus dotés économiquement résident dans les communes périurbaines et profitent des aménités urbaines de ces centres (Charmes, 2019) ? Alors que les équipements urbains, le patrimoine, la qualité de vie de ces pôles intermédiaires sont le plus souvent présentés comme des arguments pour attirer de nouveaux habitants, ne sont-ils pas en même temps des contraintes de taille pour les élus locaux en charge de gouverner ces espaces ? L’invite à des agglomérations toujours plus importantes, comptant de plus en plus de communes ne conduit-elle pas à faire émerger localement des concurrences pour l’attractivité à l’intérieur même des collectivités territoriales ? La transversalité des modes de gouvernance qui implique le plus souvent les maires des communes les plus modestes produit-elle les effets attendus en termes de développement des transports, par exemple, de l’aménagement urbain, ou encore de la gestion des déchets ?

Bien que le mode de gouvernement de ces villes moyennes tende à se transformer, au profit d’une technicisation plus forte des services (Mabileau et Sorbets, 1989), n’assiste-t-on pas dans ces villes moyennes, plus qu’ailleurs, au maintien du rôle des notables locaux, plus disposés que d’autres à détenir des fonctions de pouvoir ? Dans un même temps, n’observe-t-on pas des modes de gouvernance empruntés aux grandes villes, qui plaident pour davantage de participation et d’ouverture ? Comment les instances participatives fonctionnent-elles ? Reposent-elles plus qu’ailleurs sur d’autres réseaux d’interconnaissance (associatifs, militants, de proximité, etc.) ?

Malgré les programmes gouvernementaux récents qui visent particulièrement les villes moyennes (par exemple le programme « Action cœur de ville » en 2018) ou les crédits qui visent à mieux accompagner les initiatives menées localement dans les villes petites et moyennes – à l’image des programmes de la Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines (POPSU) –, que savons-nous des manières de penser l’action publique sur ces territoires ? S’agit-il d’appliquer un mimétisme métropolitain (Roudier, 2019) ou au contraire d’inventer des modes de gouvernance propres à cette échelle de ville ?

De même, comment des rapports sociaux relatifs à l’âge ou à la classe sociale sont-ils pris en compte dans les modes de gouvernement ? Ces caractéristiques contribuent-elles à qualifier ou à disqualifier ces espaces caractérisés comme vieillissant, paupérisés, etc. ? La faible croissance démographique dans les cœurs de villes de ces espaces urbains intermédiaires qui tendent à être vieillissants (Léger, 2011), le déclin de la présence marchande (Madry, 2016), leur passé industriel (Luxembourg, 2010), peuvent-ils être des arguments pour penser un nouveau mode de gouvernement, visant autre chose que l’attractivité (Léger, 2020) ?

Axe 4 : Inventer de nouveaux modèles urbains… à l’ombre des métropoles 

Eu égard aux questionnements précédents et aux dynamiques urbaines décrites, quels leviers peuvent-ils être saisis pour relancer l’attractivité d’un territoire ? L’implantation d’un équipement culturel singulier, l’appel à un architecte de renom, la mise en valeur du patrimoine, sont-ils des leviers suffisants pour nourrir et asseoir l’attractivité des territoires ?

Bien que la décroissance semble effectivement caractériser bon nombre de villes petites et moyennes, cette décroissance est-elle nécessairement combattue par les acteurs du territoire ? Ne peut-elle pas être une aubaine (Morel Journel, Sala Pala, 2021) pour les élus locaux, les habitants et les collectifs militants pour impulser un nouveau modèle urbain ? Même s’il s’agit d’une très grande métropole, le cas de Détroit aux États-Unis, rendu célèbre dans la littérature, illustre particulièrement bien la capacité de certaines villes à rebondir suite à la déprise économique : agriculture urbaine en essor du fait de la reconversion de certaines friches ; réappropriation du foncier disponible par les habitants restés sur place non sans conséquence sur leur qualité de vie ; verdissement de l’espace urbain, etc. (Paddeu, 2017). Naissent ainsi des stratégies dites de « smart shrinkage ». Ces stratégies de décroissance planifiée, bien que diversifiées dans leur essence et leurs objectifs, interrogent : les retrouve-t-on dans le contexte français ? Sous quelles formes ? Par quels acteurs sont-elles portées ? Contribuent-elles au désir d’une ville « durable » (Hamman, 2012), pouvant tour à tour – mais jamais de manière concomitante – être : une ville « recyclable » en ce sens qu’elle parvient à renouveler la fonction de ces espaces ? Une ville « compacte » sensible aux enjeux de densité et à une attractivité limitée ? Une ville « mixte » car moins sujette aux ségrégations socio-spatiales ? Une ville « participative » du fait d’une proximité supposée entre édiles et populations ?

Ces quatre axes ne sont pas exhaustifs. Les propositions de communication qui n’entreraient pas dans un de ces axes seront tout de même étudiées par le comité scientifique.

Le FISO souhaite accorder une large place aux doctorant.e.s et aux jeunes chercheur.e.s. Dans cette perspective, outre la soumission de contributions dans les axes précités, les doctorant.e.s pourront participer à un atelier doctoral animé par les doctorant.e.s du 2L2S. Cet atelier se déroulera sur une demi-journée. Il a pour objectif de donner un espace d’expression informel aux doctorant.e.s travaillant sur les villes petites et moyennes. La parole y est co-construite, libre, spontanée et sans public. Les discussions, accompagnées d’un.e enseignant.e, d’un.e chercheur.e ou d’un.e docteur.e, pourront concerner des points théoriques, méthodologiques, épistémologiques, ou éthiques. Par exemple, un projet d'article ou des difficultés rédactionnelles peuvent tout à fait être partagés dans ce cadre. Celles et ceux souhaitant s'inscrire à l'atelier sont invité.e.s à envoyer un mail à l'adresse suivante : atelierdoctoralfiso2022@gmail.com; en précisant leur discipline, leur établissement, leur année de thèse, leur sujet de thèse, leur méthodologie, ainsi que leurs besoins / attentes par rapport à l'atelier (3000 signes maximum, espaces compris). Les sessions de cet atelier doctoral seront ensuite construites en fonction des demandes par axes/thèmes/types de questionnements, permettant à chacun.e d'enrichir ses réflexions, de trouver des réponses à ses questions, et d'alimenter son réseau.

Pour toute éventuelle question, vous pouvez nous contacter à cette même adresse.

Modalités de soumission

Les propositions de communication prendront la forme d’un résumé de 3 000 signes maximum (espaces compris, hors bibliographie). Devront figurer le titre de la communication, vos nom et prénom, votre statut, votre appartenance institutionnelle, votre adresse e-mail et l’axe dans lequel la proposition pourrait s’inscrire. Les propositions sont à envoyer à fiso2022-contact@univ-lorraine.fr avant le vendredi 8 avril 2022.

Le texte final de la communication, d’une longueur maximale de 35 000 signes (espaces compris, hors bibliographie), devra nous parvenir au plus tard le 9 septembre 2022 (les consignes de présentation vous seront adressées avec le retour de la réponse du comité scientifique) en vue d’une éventuelle publication scientifique.

Il ne sera pas possible de communiquer ni de figurer dans le programme sans s’être inscrit.e et sans s’être acquitté des frais d’inscription fixés à 66 € TTC (60€ hors taxe) pour les personnes titulaires (enseignant.e.s-chercheur.e.s, chercheur.e.s, autres salarié.e.s titulaires…) et à 33 € TTC (30 € hors taxe) pour les personnes non titulaires (doctorant.e.s, ATER, vacataires, chômeurs et chômeuses…). Ces frais couvriront une partie des dépenses liées à l’organisation du festival, dont les frais de restauration du midi qui aura lieu sur place.

Calendrier

  • Dépôt des résumés (3 000 signes) 8 avril 2022
  • Réponse du comité scientifique 13 mai 2022
  • Bulletin d’inscription + règlement à retourner 9 septembre 2022
  • Envoi des communications (35 000 signes) 9 septembre 2022
  • Dates du colloque scientifique 18, 19, 20, 21 octobre 2022
  • Dates du Festival International de Sociologie 17 au 22 octobre 2022

Comité d’organisation

  • Frédéric Balard, MCF en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Mathieu Béraud, MCF en économie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Océane Bougel, doctorante en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Arthur Boulet, doctorant en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Jean-Baptiste Daubeuf, Ingénieur du social, Métropole du Grand Nancy, Chercheur associé 2L2S
  • Vulca Fidolini, MCF en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Cécile Friès, MCF en Sciences humaines et Sociales et en Architecture, ENSA Nancy, LHAC
  • Alissia Gouju, docteure en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Lionel Jacquot, PU en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S, membre de la Société d’Émulation du département des Vosges
  • Charles Kraemer, archéologue, Université de Lorraine, HISCANT, Président de la Société d’Émulation du département des Vosges
  • Chrystelle Laurain, gestionnaire administrative et financière, Université de Lorraine, 2L2S
  • Elsa Martin, MCF en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Hélène Milet, Responsable du programme POPSU Territoires.
  • Simon Paye, MCF en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Romain Rousseaux-Perin, doctorant en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Jean-Marc Stébé, PU en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Albena Tcholakova, MCF en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Virginie Vathelet, chargée de valorisation de la recherche, Université de Lorraine, 2L2S
  • Guillaume Villers, doctorant en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
  • Ingrid Volery, PU en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S

Comité scientifique

  • Yaëlle Amsellem-Manguy, chargée d'études et de recherche à l'Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire, sociologue. 
  • Jean-Yves Authier, PU en sociologie, Université de Lyon 2
  • Florence Bouillon, MCF en socio-anthropologue, Université Paris 8
  • Lise Bourdeau- Lepage, PU en géographie, Université Lyon 3 
  • Kevin Charras, docteur en psychologie environnementale, directeur du Living Lab Vieillissement et Vulnérabilités, CHU de Rennes
  • Benoit Coquard, Chercheur INRAE, CESAER, sociologue 
  • Emeline Currien, MCF en architecture, ENSA Nancy
  • Catherine Deschamps, Professeur d’anthropologie, ENSA Nancy
  • Jean-Luc Deshayes, PU en sociologie, Université de Tours
  • Philippe Hamman, PU en sociologie, Université de Strasbourg 
  • Lydie Launay, MCF en sociologie, Institut National Universitaire Champollion 
  • Jean-François Léger, MCF en sociologie, démographie, Université Paris 1 
  • Hervé Marchal, PU en sociologie, Université de Dijon 
  • Elsa Martin, MCF en sociologie, Université de Lorraine
  • Christelle Morel Journel, MCF en géographie, Université Saint Etienne
  • Thierry Paquot, Professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), Philosophe et urbaniste
  • Luca Pattaroni, PU en sociologie, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
  • Hélène Reignier, Professeure, Institut d'Urbanisme et d'Aménagement Régional, Aix-Marseille Université, Responsable scientifique POPSU Territoires
  • Valérie Sala Pala, MCF en sciences politiques, Université Saint Etienne
  • Mariette Sibertin Blanc, MCF en urbanisme – aménagement, Université de Toulouse
  • Jean-Marc Stébé, PU en sociologie, Université de Lorraine
  • Florian Weber, professeur de géographie, Université des Saarlandes, Sarrebruck

Bibliographie

Amsellem-Mainguy Yaëlle, 2021, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Authier Jean-Yves, Bidou-Zachariasen Catherine, 2017, « Éditorial. Ces villes dont on ne parle pas », Espaces et sociétés, vol°1-2 (n° 168-169), pp. 9-16.

Barrier Julien, 2014, « Fusionner les universités pour revitaliser la Lorraine ? » Les Annales de la recherche urbaine, n°109, « Territoires et universités », pp. 44-59.

Benoît Coquard, 2019, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte.

Bidou-Zachariasen Catherine, Poltorak Jean-François, 2008, « Le "travail" de gentrification : les transformations sociologiques d'un quartier parisien populaire », Espaces et sociétés, vol°1-2, n° 132-133, pp. 107-124.

Blidon Marianne, 2008, « La casuistique du baiser », EchoGéo [En ligne], mis en ligne le 13 juin 2008, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/5383

Brunet Roger, 1997, Territoires de France et d’Europe. Raisons de géographe, Paris, Belin.

Cartier Marie, Coutant Isabelle, Siblot Yasmine, Masclet Olivier, 2008, La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Chabrol Marie, Collet Anaïs, Giroud Matthieu, Launay Lydie, Rousseau Max, Ter Minassian Hovig, 2016, Gentrifications, Paris, Amsterdam Éditions.

Charmes Eric, 2019, La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine, Paris, Seuil.

Commerçon Nicole, Goujon Pierre (dir.), 1997, Villes moyennes. Espace, société, patrimoine, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Daniau Anaïs, 2019, L'animation politique des marchés : le management commercial au service de la gestion des centres urbains, Thèse de sociologie, Université de Toulouse Jean-Jaurès.

Davezies Laurent, 2021, L’État a toujours soutenu ses territoires, Paris, Seuil.

Donzelot Jacques, 2009, La ville à trois vitesses, Paris, La Villette Editions.

Dreyer Pascal, 2017, « Habiter chez soi jusqu’au bout de sa vie », Gérontologie et société, (vol. 39 / n° 152), pp. 9-23.

Dupuy Gabriel, 2017, « Postface », in T. Courcelle, Y. Fijalkow, F. Taulelle (dir.), Services publics et territoires – Adaptations, innovations et réactions, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Guéraut Élie, 2017, « Mobiliser ses capitaux d’un espace à l’autre. Le retour qualifié dans les villes moyennes », Espaces et sociétés, vol°1-2 (n° 168-169), pp. 51-68.

Guilly Christophe, 2015, La France périphérique : Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion.

Halbwachs Maurice, 1938, Morphologie sociale, Paris, A. Colin.

Hamman Philippe, 2012, Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, De Boeck Supérieur.

Kayser Bernard, 1969, « L’espace non métropolisé du territoire français », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 4, pp. 371‑37

Lajugie Joseph, 1974, Les Villes moyennes, Paris, Cujas.

Lambert Anne, 2015, « Tous propriétaires ! ». L'envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil.

Léger Jean-François, 2011, « L’évolution sociodémographique des villes moyennes de 1968 à 2006 », Espace populations sociétés, n° 3, pp. 557-576.

Léger Jean-François, 2020, « Décroître pour rebondir : le déclassement des villes moyennes, une opportunité pour repenser la ville », Populations vulnérables, n° 5, mis en ligne le 26 mai 2020, disponible sur : populations-vulnerables.fr.

Luxembourg Corinne, 2010, « Des villes moyennes industrielles entre permanence et transition économiques (Le Creusot, Gennevilliers, Valenciennes) », Communication colloque « Villes petites et moyennes : un regard renouvelé », 10 décembre, Tours.

Mabileau Albert, Sorbets Claude (dir.), 1989, Gouverner les villes moyennes, Paris, Pedone.

Madry Pascal, 2016, « Ville et commerce à l’épreuve de la déterritorialisation », Thèse de géographie, Université de Bretagne occidentale – Brest.

Marchal Hervé, Stébé Jean-Marc, 2018, La France périurbaine, Paris, Presses Universitaires de France.

Morel Journel Christelle, Sala Pala Valérie, 2021, « La décroissance urbaine comme opportunité de (re)faire la ville avec et pour les habitant·es ? Expériences stéphanoises », in Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Max Rousseau (dir.), Déclin urbain. La France dans une perspective internationale, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant.

Paddeu Flaminia, 2017, « Sortir du mythe de la panacée. Les ambiguïtés de l’agriculture urbaine à Détroit », Métropolitiques, 13 avril 2017 [en ligne :] https://metropolitiques.eu/Sortir-du-mythe-de-la-panacee-Les-ambiguites-de-l-agriculture-urbaine-a-Detroit.html

Paquot Thierry, 2020, Mesure et démesure des villes, Paris, CNRS Editions.

Pribetich Justine, 2017, « Explorer la ville moyenne à Auxerre et à Vienne. Retour sur deux études fondatrices de la sociologie urbaine française », Espaces et sociétés, 2017/1-2, n° 168-169, pp. 33-50.

Razemon Olivier, 2016, Comment la France a tué ses villes, Paris, Editions Rue de l'Echiquier.

Renahy Nicolas, 2010, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

Roudier Emilie, 2019, « Quand la ville moyenne entre en gare : des projets entre mimétisme métropolitain et recompositions territoriales », Thèse de géographie, Université Paris-Est.

Sassen Saskia, 1991, The Global city : New York, London, Tokyo, Princeton University press et réédité en 2001 (traduit en français en 1996 aux éditions La découverte).

Stébé Jean-Marc et Marcahl Hervé, 2015, « Le “pré-urbain” : un territoire entre urbain et rural théâtre de transferts culturels », p. 553-567, in E. Chaarani-Lesourd, C. Delesse et L. Denooz (dir.), Passeurs de culture et transferts culturels, Nancy, Presses universitaires de Nancy – Éditions Universitaires de Lorraine.

Tallec Josselin, 2014, « La construction socio-spatiale de l’innovation en ville moyenne face aux objectifs de compétitivité et d’attractivité des politiques d’aménagement : les cas des agglomérations d’Albi (Midi-Pyrénées), Alès (Languedoc-Roussillon), Fougères et Quimper (Bretagne) », Thèse de doctorat en géographie, Université de Toulouse Jean-Jaurès.

Taulelle François, 2010, « La France des villes petites et moyennes », in L. Cailly (dir), La France, une géographie urbaine, Paris, Armand Colin, pp. 149-168.

Tissot Sylvie, 2011, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d'agir.

Wolff Manuel, Sylvie Fol, Hélène Roth and Emmanuèle Cunningham-Sabot, 2013, « Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], mis en ligne le 08 décembre 2013, consulté le 05 septembre 2021: http://journals.openedition.org/cybergeo/26136

Note

[1] La première édition en octobre 2015 a porté sur Les figures de l’engagement. L’engagement en temps de crise. Cf. http://festival.sociologie.event.univ-lorraine.fr/socio_accueil.php ; la deuxième édition en octobre 2017 sur La fabrication des corps au XXIe siècle. Éduquer, soigner, augmenter, identifier. Cf. https://fiso2017.event.univ-lorraine.fr/; la troisième édition en octobre 2019 sur L’éducation dans et hors la classe : structures, acteurs et pratiques" Cf. https://2l2s.univ-lorraine.fr/manifestations-scientifiques/festival/fiso-2019-leducation-dans-et-hors-la-classe-structures-acteurs

Places

  • Centre des congrès - 7 avenue de Saint-Dié
    Épinal, France (88)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Friday, April 08, 2022

Keywords

  • sociologie, ville, territoire, périurbain, habitant, travail, gouvernance, innovation

Contact(s)

  • Lionel Jacquot
    courriel : lionel [dot] jacquot [at] univ-lorraine [dot] fr

Information source

  • Lionel Jacquot
    courriel : lionel [dot] jacquot [at] univ-lorraine [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« À l’ombre des métropoles : habiter, travailler, gouverner, innover... », Call for papers, Calenda, Published on Monday, January 31, 2022, https://calenda.org/960636

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search