HomeDémocratisation des savoirs propres et impropres : qui décide ?

HomeDémocratisation des savoirs propres et impropres : qui décide ?

*  *  *

Published on Monday, February 21, 2022

Abstract

Si l’on considère que les savoirs circulent davantage à notre siècle qu’aux précédents, il convient néanmoins de (se) poser la question de leur démocratisation. En effet, une meilleure accessibilité aux savoirs implique-t-elle leur démocratisation ? C’est tout l’enjeu de ce colloque.

Announcement

Argumentaire

On interrogera dans ce colloque les savoirs au pluriel, c’est-à-dire tant les savoirs académiques, officiels (universités, instituts de recherches, etc.), que les savoirs endogènes. Les savoirs endogènes incluent les savoirs considérés ou vécus comme traditionnels. Dans cet ordre d’idées, on envisage les rapports entre les savoirs. Mais qui décide de leur visibilité et de leur transmission à grande échelle ? Une indéniable concurrence idéologique existe entre des savoirs propres, c’est-à-dire à soi, et des savoirs majoritaires, souvent impropres, non pertinents, parce qu’imposés, trop généralisés (Deleuze & Guattari, 1980 et 1991). C’est également ce que montre le théoricien du contrôle culturel, l’anthropologue mexicain Guillermo Bonfil Batalla (1991) en proposant une catégorisation qui définit les éléments culturels selon que les décisions sont propres ou extérieures. Dans certains de ces cas, il y a résistance à l’absorption d’une culture par une autre.

On peut légitimement s’interroger sur ces conflits entre les savoirs : comment faire pour que la démocratisation n’empêche pas certains savoirs d’être reconnus à leur juste valeur ? Nous constatons pourtant que certains éléments culturels de sociétés données peuvent devenir des postulats universalisables (pharmacopées autochtones d’Amazonie, cas des savoirs féminins sur la pêche en Afrique de l’Ouest, etc.), mais sont cependant discrédités et/ou poussés vers l’invisibilité.

Pourtant si l’on accepte, avec certains philosophes, que des populations de cultures endogènes et/ou autochtones sont à même de créer des concepts nouveaux, de sens différents, on ne peut nier leur capacité à produire des néologismes ou des sens re-signifiés. C’est donc une question de catégorisation sociale ou raciale, y compris en ce qui concerne l’inégalité entre les sexes. Car la  « valence différentielle des sexes » (Héritier 1996) est en passe de devenir, non sans mal, un objet de recherches légitime avec l’acceptation progressive de l’axiome selon lequel « la question de l’inégalité des sexes est éminemment politique. Ce modèle inégal est la matrice de tous les autres régimes d’inégalité » (Héritier), comme le montre son corollaire, la notion de « sexage » (Guillaumin 1992).

Le fond de la question serait donc ici la position de subalternité imposée par les dominants dans la dynamique de coexistence des savoirs. Les dominé.e.s ont leur propre mode de certification et de validation des savoirs, reconnaissant ainsi avec Scott (1990) que les subalternes développent une politique souterraine et résistent, de façon plus ou moins dissimulée, aux discours et aux pouvoirs dominants. Ils/elles imaginent un ordre social différent

Axes de réflexion 

  • Philosophie et sciences humaines : différentes approches des savoirs
  • Savoirs endogènes et traditionnels face aux savoirs officiels (ou institués)
  • Vérité fondamentale de l'être humain, construction culturelle ou parcours individuel ?
  • Autonomie de pensée et décolonialité des savoirs et de l’être
  • Production et circulation des savoirs dans le monde : visibilité et invisibilité
  • La démocratisation des savoirs et ses implications éthiques

Modalités de soumission des propositions de communication 

Les chercheurs, les étudiants et les praticiens sont invités à soumettre une proposition de communication. Format attendu des propositions de communication : 

  • Titre de la communication.
  • Nom, prénom, fonction, affiliation et courrier électronique des auteurs.
  • Résumé détaillé de la communication de 1500 caractères et espaces au format Word qui présente la problématique, la méthodologie et les principaux résultats.
  • Trois à cinq mots-clés.

Critères à respecter :

  • Être en lien avec la thématique du colloque.
  • Contribuer à l’avancement des connaissances.
  • Être écrites en français, la langue officielle du Congrès de l’Acfas.
  • Être soumises avant le 28 février 2022 aux adresses suivantes : mtfito@yahoo.com et gerybaltus@gmail.com

Annonce des propositions acceptées au plus tard le 6 mars 2022.

Important : Selon les politiques de l’Acfas, l'inscription au congrès est obligatoire pour toute personne désirant participer ou assister au congrès (www.acfas.ca). 

Pour toute question 

  • Montserrat Fitó, EHESS Paris - CIRCACIA, Cayenne, chercheuse en sciences humaines, Courriel : mtfito@yahoo.com
  • Benoît Baltus, docteur en philosophie, Chargé de cours à l’université de Guyane, Courriel : gerybaltus@gmail.com

Comité scientifique et d’arbitrage du colloque

Les membres du comité organisateur du colloque agiront également comme membres du comité scientifique et d’arbitrage. Ils pourront s’adjoindre d’autres personnes selon les besoins.

Responsables :

  • Benoît Baltus, docteur en philosophie, Chargé de cours à l’université de Guyane
  • Montserrat Fitó, EHESS Paris - CIRCACIA, Cayenne, anthropologue, chercheuse et consultante en sciences humaines
  • Wellya Jean-Jacques, Ministère de l’Éducation nationale et praticienne de cultures autochtones du territoire (kali’na, wayana)

Dates importantes

  • 10 janvier 2022 Ouverture de l’inscription en ligne sur acfas.ca
  • 28 février 2022 Date limite d’envoi de votre proposition de communication 

  • 6 mars 2022 Communication de la décision d’acceptation ou du refus de la proposition aux auteurs
  • 31 mars 2022 Date limite pour bénéficier du tarif préférentiel d’inscription au congrès
  • 9 et 10 mai 2022 Tenue du colloque dans le cadre du 89e Congrès de l’Acfas 

Bibliographie et filmographie indicatives

BALTUS, B. (2012), Le philosophe artiste. La mise en surface de la philosophie : Panopticon, Amor fati, Être au monde, L’Éthique, thèse de doctorat en Epistémologie, Histoire des sciences et des techniques, Paris 10-Nanterre, École doctorale ‘Connaissance, langage et modélisation’.

BONFIL BATALLA, G. (1991), Pensar nuestra cultura, México, Alianza Editorial, cap. 2 : “Lo propio y lo ajeno. Una aproximación al problema del control cultural”.

DELEUZE, G., GUATTARI, F. (1980), Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille plateaux, Paris, Les éditions de Minuit, Collection Critique.

DELEUZE, G., GUATTARI, F. (1991), Qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Les éditions de Minuit.

DIAKITÉ, S. (2014), ''De la crise du savoir en Afrique : du soupçon au dévoilement'', Les Cahiers de l’IRDA n° 001, pp. 1-20.

DOS SANTOS, J. T. (2005), O poder da cultura e a cultura no poder. A disputa simbólica da herança cultural negra no Brasil, Salvador, Edufba.

FITó, M. (2001), La brousse de La Havane (El monte de La Habana ; Série ''Cuba en blanc''), 42 mn, film anthropologique n° 0381/C, Paris, Centre de documentation audiovisuelle “Santé, Maladie, Malheur”, UMR 7206 Éco-anthropologie (EA), CNRS-MNHN.

FITó M. (18-22 sept. 2002), “La rationalisation de l’irrationnel : les phénotypes énergétiques de la civilisation afro-ibéro-américaine”, communication présentée au colloque La rencontre des rationalités, organisé par le Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines (CIPSH), le Centre Africain des Hautes Études (AFCAS) et le programme de l’UNESCO “Chemins de la pensée”, Porto-Novo, Bénin.

FOUCAULT, M. (1969), Archéologie du savoir, Paris, Gallimard

GRAEBER, D. (2001) Toward an Anthropological Theory of Value: The False Coin of Our Own Dreams, London, Palgrave.

GUILLAUMIN, C. (1992) Sexe, race et pratique du pouvoir : l'idée de nature, Paris, Éditions iXe

HÉRITIER, F. (1996), Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Paris, Éditions Odile Jacob.

SANTOS, E. F. (2009), O poder dos candomblés. Perseguição e Resistência no Recôncavo da Bahia, Salvador, Edufba.

SCOTT, James C. (2009) [1990], La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam.

Places

  • Quebec City, Canada

Event attendance modalities

Full online event


Date(s)

  • Monday, February 28, 2022

Keywords

  • démocratisation, savoir, inclusion, subalternité, résistance

Contact(s)

  • Montserrat Fitó
    courriel : mtfito [at] yahoo [dot] com
  • Benoît Baltus
    courriel : gerybaltus [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Montserrat Fitó
    courriel : mtfito [at] yahoo [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Démocratisation des savoirs propres et impropres : qui décide ? », Call for papers, Calenda, Published on Monday, February 21, 2022, https://doi.org/10.58079/1895

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search