HomeSports et loisirs transfrontaliers : action publique, pratiques et usages en Europe et dans le monde

HomeSports et loisirs transfrontaliers : action publique, pratiques et usages en Europe et dans le monde

*  *  *

Published on Wednesday, February 16, 2022

Abstract

Ce colloque a pour objet de faire un état des lieux des recherches existantes sur les sports et les loisirs transfrontaliers au sein de l’Union européenne et, plus largement, dans d’autres régions du monde. La dimension européenne est au centre du colloque, mais des communications relatives à d’autres régions du monde, notamment dans une visée comparative, sont également possibles. Se voulant ouvert à différentes approches, le colloque a une vocation interdisciplinaire.

Announcement

Dans le cadre du projet TranSPORT(S) financé par le Réseau national de Maison des Sciences de l’Homme (RnMSH), en partenariat avec la MISHA Strasbourg et la MSH-Alpes, ainsi que par l’Eurorégion Nouvelle-Aquitaine Euskadi Navarre, en partenariat avec l’Université du Pays Basque (UPV/EHU) et l’Université Publique de la Navarre, la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine / Bordeaux organise un colloque international « Sports et loisirs transfrontaliers : action publique, pratiques et usages en Europe et dans le monde ».

Argumentaire

Instaurées depuis le XVIIe siècle en Europe, les limites des frontières divisent desespaces voisins à partir d’une organisation internationale qui se structure autour d’États-nations souverains. Les travaux pluridisciplinaires, voire interdisciplinaires, dans le cadre des border studies, démontrent une re-configuration importante des frontières dans le monde vers les années 1980 et 19901. S’agissant de l’Union européenne (UE) deux politiques essentielles sont soulevées par les european studies sur les frontières2 : celle du marché intérieur européen permettant la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux (Traité de Rome, 1957), puis celle de coopération territoriale européenne avec des structures dédiées à une échelle régionale censées contribuer à renforcer l’intégration européenne. Ces transformations conséquentes permettent d’interroger les enjeux politiques, sociaux, économiques et culturels des frontières à l’intérieur d’une « UE qui cherche à construire un sentiment d’appartenance à une communauté supranationale » (p. 84)3. Dans ce contexte, les espaces frontaliers en Europe sont envisagés comme des espaces modèles pour une politique de cohésion territoriale et comme des « laboratoires de l’intégration européenne »4

Parmi les activités transnationales susceptibles de créer une « citoyenneté européenne » et une communauté imaginée5, le sport est souvent présenté comme l’un des principaux vecteurs d’européanisation des citoyens6. Comment cet objectif se concrétise-t-il dans des espaces transfrontaliers construits par l’action publique pour favoriser l’échange et le lien culturel à travers le sport ? Le sport relevant d’organisations, de compétences et de législations nationales, comment s’organisent ces échanges et dans quel cadre juridique et politique ? Au-delà d’une définition restreinte et institutionnelle du sport, il convient de considérer les activités physiques, sportives et de loisirs au sens large (en incluant les pratiques physiques,sportives, récréatives, touristiques, ludiques ou corporelles), pratiquées dans un cadre organisé en club et/ou dans les équipements sportifs (football, tennis, judo, etc.) ou de manière auto-organisée dans des espaces transfrontaliers aménagés ou non pour la pratique (surf, randonnée, plaisance, etc.).

Les enquêtes européennes ne permettent pas d’identifier précisément les pratiques sportives et de loisirs transfrontalières, ni leurs enjeux dans différents espaces et structures transfrontaliers 7. Or, elles révèlent que la langue s’avère l’obstacle le plus important 8. Dès lors,quelle est la réalité de ces pratiques transfrontalières ? Les mobilités sportives et de loisirs transfrontalières dépendent-elles de l’échelle géographique des territoires que les pratiquants traversent, d’une structuration ou gouvernance européenne précise ou alors des représentations ou rapports des pratiquants à la frontière et/ou aux pays voisins ? La coopération sportive et de loisir de part et d’autre de la frontière est-elle facilitée en se passant de compétences linguistiques ? In fine, ces pratiques contribuent-elles au processus de re-territorialisation et à une forme d’européanisation singulière ?

Thématiques et axes du colloque

Les communications proposées pourront autant traiter des pratiques, usages et objectifs du transfrontalier (par exemple la citoyenneté transfrontalière, transnationale, eurorégionale, européenne, mondiale) que des représentations de la frontière et des catégories de penser le transfrontalier diffusées par les acteurs institutionnels ou non institutionnels.

Axe 1

Action publique transfrontalière dans le domaine des sports et des loisirs. Il s’agira danscet axe d’analyser les structures, les acteurs et les systèmes d’offre sportive transfrontalière (dont les Groupements Européens de Coopération Territoriale dans l’UE) avec les règlements, la coopération institutionnelle, la gestion des ressources et les financements. Comment se caractérise la gouvernance du sport transfrontalier dans ces structures européennes et, éventuellement, dans celles d’autres régions du monde ? Nous considérons l’action publique comme l’ensemble des relations, des pratiques et desreprésentations qui concourent à la production politiquement légitimée de modes derégulation des rapports sociaux9. Comme tout objet social, l’action publique dans les domaines des sports et des loisirs doit ainsi être analysée comme le produit de relations entre espaces distincts (associations, collectivités, États, structures transfrontalières, entreprises, etc.). L’espace sportif transfrontalier peut ainsi être analysé comme un double espace : de coopération institutionnelle, d’une part, et transnational, d’autre part, c’est-à-dire, comme un espace qui fonctionne par-delà les frontières nationales sans être organisé par une instance.

Axe 2

Usages des espaces, équipements et aménagements sportifs ouverts aux citoyens depart et d’autre de la frontière (clubs, équipements, sites, itinéraires) et participation à desactions sportives et de loisirs portées ou soutenues par les structures de coopérationterritoriale transnationale avec une intention de développement transfrontalier. Qui sont ces pratiquants (habitants de voisinage, élèves d’établissement scolaire ou sportifs affiliés aux clubsde part et d’autre de la frontière, touristes, travailleurs transfrontaliers, etc.) ? Comment se saisissent-ils des dispositifs programmés par les structures de coopération territorialetransnationale (ex. les Groupements Européens de Coopération Territoriale en Europe) ? Quels sont les effets de ces derniers sur les populations ? Qu’en est-il dans d’autres régions transfrontalières du monde ? La mobilité transfrontalière pour le sport et les loisirs ne peut être uniquement analysée danssa dimension spatiale, mais doit également être ancrée dans le social en prenant en compte les caractéristiques des individus et leurs expériences socialisatrices10 pouvant être constitutives d’un « habitus mobilitaire »11. Les diverses et multiples socialisations à la mobilité augmentent donc « l’espace des possibles » des modalités de pratiques touristiques et de loisirs12.

Axe 3

Entrepreneurs transfrontaliers dans le domaine des sports et des loisirs. Qui sont lesacteurs « passeurs de frontière » qui « se jouent » des frontières étatiques pour initier desactivités et porter des projets sportifs de part et d’autre de celles-ci ? Quelles sont leurs ressources et leurs raisons de porter des projets qui dépassent les frontières ? Comment seconstruisent historiquement les échanges sportifs dans ces espaces ? Considérant l’importance des acteurs dans la fabrication des pratiques et des projetstransfrontaliers, dans l’histoire des organisations et des institutions en charge de la coopération transfrontalière, sinon plus largement dans la construction européenne à l’échelle locale13, c etroisième axe porte sur les porteurs de projet, parfois militants du transfrontalier, leaders politiques, économiques ou culturels du fait transfrontalier dans le domaine du sport, des loisirs et du tourisme. Les propositions pourront s’écarter de la terminologie littérale de l’entrepreneur « chef d'entreprise » pour élargir le concept à d’autres approches comme, par exemple, celle d’entrepreneur de morale chez Becker14. Il s’agit notamment soit d’acteurs disposant d’unecertaine expérience, que l’on peut nommer des « acteurs pionniers » qui ont été les premiersà mettre en place des coopérations transfrontalières sur un territoire donné, soit, parmi lesplus jeunes, ceux qui apparaissent comme des « acteurs-clefs » de la coopérationtransfrontalière pour le sport et les loisirs à une échelle locale ou nationale.

Les propositions de communication qui ne se retrouvent pas dans ces trois axes mais qui abordent une dimension des sports et des loisirs transfrontaliers en Europe ou dans le monde seront également expertisées. 

Modalités de soumission

Les propositions de communications orales devront comprendre 3 500 signesmaximum espaces compriset feront l’objet d’une double expertise par des membres du comité scientifique.

Elles devront intégrer les éléments suivants :

  • Un titre,
  • Le noms du / des auteur(s),
  • Le rattachement institutionnel
  • Les contacts du / des auteur(s) (e-mail et adresse postale)
  • Des mots-clés (en français, espagnol et anglais),
  • Un résumé  comprenant des références théoriques, la méthodologie, les résultats et une bibliographie).

Les résumés peuvent être envoyés en français ou en espagnol en respectant les éléments indiqués.

Le dépôt se fera en ligne via : transports.sciencesconf.org

Lors du colloque, les communications seront prioritairement en français. L’espagnol sera accepté avec un diaporama traduit en français. Un soutien à la traduction du diaporama est possible.

Deadline retour des propositions: 28 février 2022

Valorisation scientifique

Nous sommes en contact avec la revue Journal of Borderlands Studies (JBS) afin d’organiser un numéro spécial avec les meilleures communications du colloque après une sélection qui sera faite par le comité scientifique et sous réserve de l’acceptation de la revue suite aux expertises correspondantes de celle-ci. La revue est la principale publication de Association for Borderlands Studies, qui soutien ce colloque, elle est enregistrée avec les ISSN 08865655 et21591229, publiée par Taylor & Francis et indexée dans Scimago Journal Rank (Q2, SJR 2020 :0,4).

Comité scientifique

Toutes les propositions feront l’objet d’une double expertise par des membres du comité scientifique.

Personnalités (sollicitées à l’initiative du comité d’organisation) :

  • CAMIADE Martine Université de Perpignan Via Domitia, Institut d'Estudis Catalans, France
  • CHI Naomi Association for Borderlands Studies, Hokkaido University Sapporo, Japan
  • DURÀ GUIMERÀ, Antoni INTERFASE, RECOT, Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne
  • HAMEZ Grégory LOTERR UR7304, Université de Lorraine, France
  • HARGUINDEGUY, Jean-Baptiste PTyP, Universidad Pablo de Olavide, Espagne
  • LARA-VALENCIA Francisco Association for Borderlands Studies, School of TransborderStudies Arizona State University Tempe, AZ,
  • USAPEÑA Sergio Journal of Borderlands Studies, El Colegio de la Frontera Norte Ciudad Juárez, México
  • SOHN Christophe Journal of Borderlands Studies, Luxembourg Institute of Socio-EconomicResearch, Luxembourg
  • VELASCO GRACIET, Hélène Fondation Maison des sciences de l'homme, Passages UMR CNRS5319, Université Bordeaux Montaigne, France
  • WASSENBERG Birte Institut d’études politiques, Laboratoire interdisciplinaire en étudesculturelles (UMR 7367), Université de Strasbourg, France

Au titre du projet TranSPORT(S) :

  • ALDAZ ARREGUI Juan GICCAS-IVAC, Université du Pays Basque/Euskal HerrikoUnibertsitatea, Espagne
  • ALVES Carlos-Manuel CRDEI, Université de Bordeaux, France
  • AUGUSTIN Jean-Pierre Passages UMR CNRS 5319, Université Bordeaux Montaigne, France
  • GASPARINI William Sport et sciences sociales (E3S UR 1342), Université de Strasbourg, France
  • HAMMAN Philippe SAGE, UMR 7363, Université de Strasbourg, France
  • HERNANDEZ Yannick Passages UMR CNRS 5319, Université Bordeaux Montaigne, France
  • KOEBEL Michel Sport et sciences sociales (E3S UR 1342), Université de Strasbourg, France
  • KNOBE Sandrine Sport et sciences sociales (E3S UR 1342), Université de Strasbourg, France
  • LANGENBACH Marc PACTE (UMR CNRS 5194), Université Grenoble Alpes, France
  • LERA LOPEZ Fernando INARBE, Université Publique de Navarre, Espagne
  • MEGERLE Heidi Elisabeth Hochschule für Forstwirtschaft Rottenburg, Allemagne
  • PERRIN-MALTERRE, Clémence EDYTEM (UMR CNRS 5204), Université Savoie Mont Blanc, France
  • PIOLETTI Anna-Maria Département des sciences humaines et sociales, Université de laVallée dAoste, Italie
  • RAPÚN Manuel INARBE, Université Publique de Navarre, Espagne
  • REYNIER Véronique, PACTE (UMR CNRS 5194), Université Grenoble Alpes, France
  • SOULIER Pauline IRM - UR 7434, LACES UR 7437, Université de Bordeaux, France
  • STUMPP Sébastien Sport et sciences sociales (E3S UR 1342), Université de Strasbourg, France
  • SUCHET André LACES UR 7437, Université de Bordeaux, France

Comité d'organisation

  • HERNANDEZ Yannick Passages UMR CNRS 5319, Université Bordeaux Montaigne, France
  • ALDAZ ARREGUI Juan GICCAS-IVAC, Université du Pays Basque/Euskal HerrikoUnibertsitatea, Espagne
  • ALVES Carlos-Manuel CRDEI, Université de Bordeaux, France
  • ALFONSO IBARGUREN Udane Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea,Espagne et Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine/Bordeaux, France
  • DURAND Pierre, LACES UR 7437, Université de Bordeaux, France
  • GASPARINI William Sport et sciences sociales (E3S UR 1342), Université de Strasbourg, France
  • LERA LOPEZ Fernando INARBE, Université Publique de Navarre, Espagne
  • MOURGUY Renée-Evelyne IKER UMR CNRS 5478, Université Bordeaux Montaigne, France
  • PERRIN-MALTERRE, Clémence EDYTEM UMR CNRS 5204, Université Savoie Mont Blanc, France
  • RAPÚN Manuel INARBE, Université Publique de Navarre, Espagne
  • SOULIER Pauline IRM - UR 7434, LACES UR 7437, Université de Bordeaux, France
  • SUCHET André LACES UR 7437, Université de Bordeaux, France

Notes

1 Wilson, T.M. and Donnan, H.(2012). A Companion to Border Studies. Ville : Blackwell Publishing Ltd.

2 Exadaktylos, T., & Radaelli, C. (Eds.). (2012). Research design in European studies: establishing causality in Europeanization. Hampshire : Springer.

3 Wesley Scott, J. (2012). European Politics of Borders, Border Symbolism and Cross-Border Cooperation. InThomas M. Wilson and Hastings Donnan, A Companion to Border Studies. Ville : Blackwell Publishing Ltd.

4 Wassenberg B. (2010), Vivre et penser la cooperation transfrontaliere: Les Regions Frontalieres Francaises,Franz Steiner Verlag Wiesbaden GmbH.

5 Anderson, B. (1996). Imagined Communities. Reflections on the Origins and Spread of Nationalism. London : verso.

6 Gasparini, W. (2011). Un sport européen ? Savoir/agir, 1, 49-57 ; Gasparini W. (2017), L’Europe du football.Socio-histoire d’une construction européenne, Presses Universitaires de Strasbourg ; Gasparini, W. (2019), « LeConseil de l’Europe et le sport : genèse et circulation d’un modèle sportif européen », Encyclopédie pour unehistoire nouvelle de l'Europe, LabEx ENHE [en ligne], ISSN 2677-6588.

7 European Commission. (2018). Special Eurobarometer 472: Sport and Physical Activity Fieldwork. Report 2017.European Union : Publication Survey Report. doi:10.2766/4830478 European Union (2015). Flash Eurobarometer 422 “Cross-border cooperation in the EU”- Aggregate report,DOI : 10.2776/959925

8 European Union (2015). Flash Eurobarometer 422 “Cross-border cooperation in the EU”- Aggregate report,DOI : 10.2776/959925

9 Voir Dubois Vincent, « L'action publique », dans Cohen Antonin, Lacroix Bernard, Riutord Philippe (dir.),Nouveau manuel de science politique, La Découverte, 2009, p. 311-325.

10 Lahire, Bernard. 2012. Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales. Paris : Le Seuil.

11 Stock, Mathis. 2005. « Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ? » EspacesTemps.netRevue électronique des sciences humaines et sociales., mai. https://www.espacestemps.net/articles/societes-individus-mobiles/.

12 Guibert Christophe (2016), « Les déterminants dispositionnels du « touriste pluriel ».Expériences, socialisations et contextes », SociologieS. http://journals.openedition.org/sociologies/5688.

13 Amilhat-Szary, A.-L. & Fourny, M.-C. (Eds.). (2006). Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiquestransfrontalières en Europe. La Tour d'Aigues: L'Aube ; Camiade, M. & Wassenberg, B. (2017). La coopérationtransfrontalière en Europe : au-delà des cicatrices de l’Histoire. Numéro de la Revista RECERC, hors-série 1,http://recerc.eu/ ; Morata, F. (1995). L'Eurorégion et le réseau C-6 : l'émergence du suprarégionalisme enEurope du Sud ? Pôle Sud, 3(1), pp. 117-127 ; Scott, J. W. (1999). European and North American Contexts forCross-border Regionalism. Regional Studies, 33(7), pp. 605-617.

14 Becker H.S., [1963] 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié

Subjects

Places

  • Maison des Sciences de l’Homme Aquitaine/Bordeaux et Maison des Suds - 10 et 12, Esplanade des Antilles
    Pessac, France (33)

Date(s)

  • Monday, February 28, 2022

Keywords

  • transfrontalier, sport, loisir

Information source

  • Pauline Soulier
    courriel : pauline [dot] soulier [at] u-bordeaux [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Sports et loisirs transfrontaliers : action publique, pratiques et usages en Europe et dans le monde », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, February 16, 2022, https://doi.org/10.58079/189u

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search