HomeSpectres précoloniaux et résurgences autochtones dans les arts et la littérature : regards croisés Canaries / Caraïbes

HomeSpectres précoloniaux et résurgences autochtones dans les arts et la littérature : regards croisés Canaries / Caraïbes

Spectres précoloniaux et résurgences autochtones dans les arts et la littérature : regards croisés Canaries / Caraïbes

Espectros precoloniales y resurgimientos autóctonos en las artes y la literatura: miradas cruzadas Canarias/Caribe

*  *  *

Published on Wednesday, March 16, 2022

Abstract

Ce colloque international vise à interroger les résurgences, dans la littérature et les arts, des mythes et figures des peuples précoloniaux de l’archipel canarien (benahoaritas, bimbaches, canari, gomeritas, guanches, mahos, etc.) et de l’archipel caribéen (arawaks, kalinagos, karibs, taïnos, etc.), depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il s’agit notamment de comprendre dans quelle mesure l’hantologie, « une ontologie assiégée par des fantômes » (Derrida, 2012 : 24), et la spectralité peuvent devenir des prismes pour penser la présence du précolonial dans les arts et la littérature des Canaries et des Caraïbes.

Announcement

Argumentaire

Ce colloque international vise à interroger les résurgences, dans la littérature et les arts, des mythes et figures des peuples précoloniaux de l’archipel canarien (benahoaritas, bimbaches, canari, gomeritas, guanches, mahos, etc.) et de l’archipel caribéen (arawaks, kalinagos, karibs, taïnos, etc.), depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il s’agit notamment de comprendre dans quelle mesure l’hantologie, « une ontologie assiégée par des fantômes » (Derrida, 2012 : 24), et la spectralité peuvent devenir des prismes pour penser la présence du précolonial dans les arts et la littérature des Canaries et des Caraïbes.

La perspective transatlantique adoptée pour interroger les arts de ces deux archipels s’inscrit dans une volonté de renouveler les épistémologies, à la suite des travaux récents d’historiens et anthropologues. Les liens entre la conquête des Canaries et celle des Caraïbes sont multiples : les deux archipels ont été envahis par un même colonisateur, la Couronne de Castille, à une décennie d’écart. Les voyages vers les « Indes » faisaient escale dans l’archipel canarien et la colonisation des Caraïbes a suivi le modèle expérimenté quelques années auparavant dans les îles Canaries, notamment dans son rapport aux peuples autochtones, à leur extermination ou acculturation, mais aussi pour la mise en place de l’économie esclavagiste et plantationnaire. L’ampleur et le retentissement de ladite « Découverte du Nouveau Monde », qui allait bouleverser les équilibres à l’échelle planétaire et inaugurer la Modernité, fondée sur la division entre centre et périphéries, entre le Soi et l’Autre (Dussel, 1994 : 11-12), a invisibilisé le caractère avant-coureur de l’entreprise coloniale canarienne et ses liens très étroits avec la conquête et la colonisation des Caraïbes puis, plus largement, des Amériques (Viera y Clavijo, 1982 [1772] : 13).

Malgré des différences de statut, l’histoire des Caraïbes (archipel plurinational) et celle des Canaries (appartenant actuellement à l’État espagnol) s’éclairent mutuellement, tant elles partagent, notamment, une expérience commune de décimation, d’acculturation, et de troubles identitaires liés aux vagues de re-peuplement. Les réflexions décoloniales actuelles qui tentent de relire le passé colonial s’inscrivent dans le cadre transnational des transferts culturels ; elles justifient par conséquent que l’on interroge selon une perspective comparatiste transatlantique les résurgences des fantômes du passé précolonial dans les créations.

Tant dans les Caraïbes qu’aux Canaries, les peuples précoloniaux ont fait l’objet d’un oubli organisé, en raison de l’extermination de partie ou totalité des peuples originaires, ainsi que de leurs langues, mais aussi en raison de la réécriture de l’Histoire de la part des États‑Nation. La grande majorité de ces peuples a seulement pu laisser des traces dont on ne peut déchiffrer les représentations qu’à travers un prisme ethnocentré, laissant de la sorte un silence mémoriel assourdissant. Cependant, on observe depuis le XIXe siècle une tendance à l’exhumation de ces traces dans les arts et la littérature des deux archipels, tendance qui se poursuit et s’intensifie au cours de ces dernières décennies. Cet essor relève de l’hantologie, en ce qu’il procède du vide identitaire et historique béant qu’expérimentent les Caraïbes et les Canaries à la suite de la disparition des peuples précoloniaux, de leurs langues et leurs cultures. C’est ce vide que les artistes essayent (en vain ?) de combler ou de nommer par la création, vue comme seule voie pour une possible réparation face au « troumatisme » (Lacan, 1974).

Ce colloque se propose d’interroger la présence inégale des spectres précoloniaux dans la littérature et les arts caribéens et canariens, puisque les Canaries ont tendance à investir la mémoire guanche aux dépens de celle des esclaves morisques et subsahariens, alors que les Caraïbes semblent présenter un schéma inverse quant à la prépondérance de la question afrodescendante aux dépens des populations autochtones. Dans la lignée de la réflexion derridienne, nous considérerons non seulement les processus de visibilisation/invisibilisation des figures fantomatiques précoloniales, lesquelles font l’objet de fantasmes, et la façon dont elles agissent au présent, mais également la dimension spectrale des diverses mythologies, cosmovisions, manifestations et pratiques culturelles associées à ces peuples. Il s’agira ainsi d’envisager la façon dont émergent, se reconfigurent ou restent invisibles, dans les expressions artistiques du XIXe au XXIe siècle, les figures héroïques nécessaires à l’avènement d’une conscience historique (Glissant, 1997 [1981] : 231-234). Cette réflexion interrogera la place des mythologies dans ces œuvres qui, dans la grande majorité des cas, ne peuvent pas s’appuyer sur des traces historiques concrètes ou doivent, pour les plus récentes, rendre compte des errances et du morcellement identitaires caractéristiques de la postmodernité.

On pourrait ainsi se demander quelles sont les revendications conscientes et assumées (quelles figures, par exemple, sont « surinvesties » ou, à l’inverse, oubliées et/ou niées), et quelles sont les manifestations plus « spectrales ». De la même manière, on pourra interroger les possibilités pour un ou une artiste de s’affranchir de la vision coloniale et eurocentrée des chroniques, souvent principale source d’information sur les peuples précoloniaux et leurs cultures, aux côtés des travaux des archéologues. Concernant l’hypotexte que constituent les chroniques, la dimension linguistique sera déterminante, tant l’emploi de l’espagnol, langue coloniale, peut constituer un frein à la compréhension et à la récupération de ces récits. Le colloque tentera ainsi de déterminer les stratégies mises en place par les différents langages artistiques pour remédier à ces difficultés linguistiques.

De façon plus générale, il s’agira de considérer tout autant les « fantasmes » que les « réalités » des mondes autochtones dans les arts caribéens et canariens, et leurs évolutions dans les représentations depuis le XIXe siècle, au cours duquel naissent une vingtaine de nations indépendantes (alors que, dans le même temps, l’archipel canarien maintenait et renforçait son statut de territoire espagnol).

La période envisagée court ainsi du XIXe siècle, qui marque le début de l’ère « post-coloniale », au présent, qui correspond à un moment d’essor des expressions artistiques faisant retour sur les peuples précoloniaux. Les contributions pourront porter sur toute forme de représentation, dans les créations produites entre le XIXe et le XXIe siècle, des figures et/ou des cultures précoloniales. Ces œuvres apparues dans la période ainsi délimitée, pourront cependant évoquer tant le moment du choc de la conquête, de la mise en place de la société coloniale et l’acculturation des populations autochtones, que les spectres errant à des époques postérieures voire futuristes.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans les axes suivants (liste non-exhaustive) :

  • Réflexions épistémologiques (approche artistique et littéraire de l’hantologie postcoloniale/décoloniale, « épistémicide indigène » (Gil Hernández, 2019), place du genre dans la question mémorielle...) ;
  • Place des chroniques et des travaux historiques dans les réécritures actuelles (histoire/fiction, hybridité, « vision des vaincu·es », cultures populaires, ...) ;
  • Exploitation et transformation des figures historiques et de leur statut (mythification, héroïsation, individualisation, exotisation, homogénéisation, instrumentalisation, revivalisme...) ;
  • Écrasement, exaltation ou récupération du passé par une lecture du présent, superposition des couches historiques dans les créations, vision d’un futur révolutionnaire (colonisation/Indépendances latino-américaines, colonisation/guerre civile espagnole, colonisation/migrations contemporaines, cosmovisions circulaires/linéaires, etc.) ;
  • Représentations des liens et hiérarchies entre les populations autochtones et africaines (intériorisation des hiérarchies supposées entre les peuples autochtones, rôle de l’esclavage dans l’invisibilisation/visibilisation des peuples précoloniaux, définitions croisées de l’indianité et l’afrodescendance, créolité, mythification du métissage...) ;
  • Points communs et divergences entre les deux archipels (poids de l’insularité et de l’archipélité dans les représentations, atlanticité, transferts culturels, phénoménologie des corps précoloniaux dans les arts, ...) ;
  • Problème des langues utilisées dans les œuvres (disparition des langues autochtones, situations de diglossie et/ou de bilinguisme, langues créoles, langues des personnages fictionnels...).

Les comparaisons entre Canaries et Caraïbes seront les bienvenues, mais ne sont pas obligatoires, puisque le colloque en tant que tel permettra de faire émerger cette dimension comparatiste par la mise en regard des travaux respectifs des caribéanistes et des spécialistes d’études canariennes. De même, les perspectives comparatistes entre la sphère hispanophone caribéenne et d’autres espaces caribéens (francophone, anglophone, néerlandophone) seront acceptées.

Les arts (que ce soit littérature, cinéma, street art, peinture, photographie, danse, sculpture, musique, installations, performances, culture populaire, etc.) et toute perspective intermédiale sont les bienvenues afin de saisir les créations dans leur multiplicité.

À titre d’exemple, nous pouvons penser aux spectres précoloniaux errant dans le roman Sab de Gertrudis Gómez de Avellaneda au XIXe siècle, dans les peintures d’Óscar Domínguez ou le cabaret fictionnel d’Elfidio Alonso, tous deux appartenant au mouvement surréaliste, en passant par les graffitis des rues de San Juan à Porto Rico ou la photographie avec la série en noir et blanc de Héctor Méndez Caratini Petroglifos de Boriquén 1975-1995.

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le vendredi 20 mai 2022 à l’adresse suivante : espectros2022@gmail.com

Elles doivent inclure :

  • Titre provisoire ;
  • Résumé (300 à 500 mots) ;
  • Bref CV (une page maximum) ;
  • Adresse électronique de contact

La langue de travail privilégiée sera l’espagnol, mais d’autres langues pourront être incluses en cas de propositions comparatistes.

Le comité annoncera sa décision avant juillet 2022.

La participation au colloque n’est pas soumise à des droits d’inscription, en revanche les frais de voyage et d’hébergement restent à la charge des personnes dont les communications seront sélectionnées.

Selon le nombre de communications sélectionnées, le comité se réserve la possibilité d’ajouter une troisième journée de colloque.

Si les conditions sanitaires d’une réunion en présentiel à Paris et Tours (France) ne sont pas réunies, la réunion se déroulera en mode hybride (présentiel et distanciel).

Le comité examinera la possibilité de publier les textes extraits des articles, après un processus d’évaluation éditoriale.

Comité d’organisation

  • Claire Laguian (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, LER EA4385)
  • Sophie Large (Université de Tours, ICD EA6297)
  • Joséphine Marie (Université Gustave Eiffel, LISAA EA4120)
  • Pascale Thibaudeau (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, LER EA4385)

Coordination et contact : espectros2022@gmail.com

Bibliographie indicative et non exhaustive

Abad, Ángeles, La identidad canaria en el arte, Santa Cruz de Tenerife, Centro de la Cultura Popular Canaria, 2001.

Arrom, Juan José, Mitología y arte prehispánico de las Antillas, México, Ed. Siglo XX, 1975.

Baucells Mesa, Sergio, Los aborígenes canarios y la reconstrucción de la identidad. De la antítesis a la síntesis. Canarias, Fundación canaria Centro de Estudios Canarios S. XXI, 2012.

Blanco, María Pilar; Peeren, Esther (eds.), The Spectralities Reader. Ghosts and Haunting in Contemporary Cultural Theory, New York, Bloomsbury, 2013.

Bouffartigue, Sylvie, « Héroes de la identidad nacional cubana : Hatuey y el Mambí », dans Manuel de Paz et Consuelo Naranjo Orovio (ed.), Identidades e Independencias, División e integración en las dos orillas, 1808-2008, Ediciones Ideas, 2009, p. 101-142.

Cadenas Cañón, Isabel, Poética de la ausencia. Formas subversivas de la memoria en la cultura visual contemporánea, [Madrid], Cátedra, 2019.

Cassá, Roberto, Los Indios de las Antillas, Madrid, Colecciones Mafpre 1492, Editorial Mafpre, colección Indios de América, 1992.

Castro Borrego, Fernando, « Canarias y Latinoamérica. Relaciones artísticas durante el siglo XX y problemas de una alternativa cultural », in I Jornadas Canarias-América, Santa Cruz de Tenerife, Caja de Ahorros de Santa Cruz de Tenerife, 1989, p. 139-176.

Curbelo, Daniasa, « Los bucios mudos y las esculturas bisexuadas : trans-gredir el pasado precolonial canario », Clepsydra : Revista Internacional de Estudios Feministas y Teoría del Género, Universidad de La Laguna, 2021.

De Santa Ana, Mariano, « En busca de la canariedad perdida », La Provincia, Las Palmas de Gran Canaria, 05/09/1996, p. 30-31.

Derrida, Jacques, Spectres de Marx. L’État de la dette, le travail du deuil et la nouvelle Internationale, Paris, Galilée, 2006.

Didi-Huberman, Georges, L’image survivante, Paris, Éditions de Minuit, 2002.

Dussel, Enrique, 1492. El encubrimiento del otro : hacia el origen del mito de la modernidad, La Paz, Plural Editores, 1994.

Estévez González, Fernando, El pasado en el presente (ed.), Santa Cruz de Tenerife, Museo de Antropología de Tenerife, 2004.

Estévez González, Fernando, Museopatías, Lanzarote, Fundación César Manrique, 2019.

Estévez González, Fernando, Canarios en la jaula identitaria, Las Palmas de Gran Canaria : Ediciones Mercurio, 2019.

Farrujia De La Rosa, José, « Indigenous Remains, Colonialism and Ethical Dilemmas. A Case Study in the Canary Islands », Journal of Contemporary Archaeology, vol. 7, 2, 2021, p. 243-257, en ligne: https://journal.equinoxpub.com/JCA/article/view/20618

Garcia-Talavera Casañas, Francisco, Guanches ayer, hoy Canarios. Apuntes de la historia e identidad de un pueblo macaronesio, Santa Cruz, Ediciones Idea, 2016.

Gil Hernández, Roberto, Los fantasmas de los guanches. Fantología en las crónicas de la Conquista y la Anticonquista de Canarias, Santa Cruz de Tenerife / Las Palmas de Gran Canaria, Ediciones Idea, 2019.

Gil Hernández, Roberto, « Epistemicidio indígena, identidad fantasma. Los guanches en el arte y la literatura de vanguardia en Canarias », Revista de Estudios Globales & Arte Contemporáneo, vol. 7, no1, 2020, en ligne : https://revistes.ub.edu/index.php/REGAC/article/view/30066

Glissant, Édouard, Le discours antillais, Paris, Gallimard, 1997 [1981].

Kerchache, Jacques, L’art des sculpteurs Tainos des Grandes Antilles Précolombiennes, Ed. Paris Musée, 1998.

Lacan, Jacques, Le Séminaire, Les non-dupes errent, séance du 19 février 1974, inédit.

Laguian, Claire, « Logofagias en la escritura de Andrés Sánchez Robayna : búsquedas ontolingüísticas y fantasmas de la historia colonial canaria », in « La escritura como estuario de la crítica. Textos in honorem Túa Blesa », Tropelías : Revista de Teoría de la Literatura y Literatura Comparada, Universidad de Zaragoza, no7 Extraordinario, 2020, p. 464-481, en ligne : https://papiro.unizar.es/ojs/index.php/tropelias/article/view/4789

Laguian, Claire, « À la recherche des fantômes guanches. Les pétroglyphes et le geste d’écriture chez Andrés Sánchez Robayna », in Elseneur, Centre de recherche LASLAR/Presses Universitaires de Caen, 2021, p. 81-98, en ligne : https://www.archives-ouvertes.fr/hal-03574838/

Lucien, Renée-Clémentine, « Ego et alter dans l’œuvre de l’artiste cubano-étasunienne Ana Mendieta : le retour aux Taïnos », La représentation de l’Indien dans les Arts et la Littérature d’Amérique, Université Paul Verlaine, 2008, p. 75-86.

Marie, Joséphine, « Le voyage à Cubitas dans Sab de Gertrudis Gómez de Avellaneda. Paysages-traces, espaces de l’exhumation et paroles nouvelles d’une mémoire coloniale », L’âge d’or, no10, 2017, https://journals.openedition.org/agedor/1462

Martínez-San Miguel, Yolanda, From Lack to Excess: ‘Minor’ Readings of Latin American Colonial Discourse, Lewisburg, Bucknell University Press, 2008.

Martínez-San Miguel, Yolanda, « Taíno Warriors?: Strategies for Recovering Indigenous Voices in Colonial and Contemporary Hispanic Caribbean Discourses », Centro Journal, vol. 23, no1, 2011, p. 196-215.

Mencé Caster, Corinne, « De l’être caribéen comme vecteur d’une esthétique de l’ineffable », Portulan, Châteauneuf-le-Rouge, Vents des îles, 2000, p. 67-80.

Mezilas, Glodel, El Trauma Colonial entre la Memoria y el Discurso : Pensar (desde) el Caribe, Florida, Educa Visión, 2015.

Mignolo, Walter, Desobediencia epistémica. Retórica de la modernidad, lógica de la colonialidad, gramática de la descolonialidad, Buenos Aires, Ediciones del Signo, 2010.

Núñez Rodríguez, Xiomara, « Las otras islas del Caribe : una revisión del concepto de meta-archipiélago a través de los discursos identitarios de las islas Canarias y el archipiélago Antillano », in Anuario de Estudios Atlánticos, nº66, 2019, en ligne : http://anuariosatlanticos.casadecolon.com/index.php/aea/article/view/10541/9910

Ortiz, Fernando, Contrapunteo del tabaco y el azúcar (1940), Ed. Cátedra, 2002.

Peeren, Esther, The Spectral Metaphor. Living Ghosts and the Agency of Invisibility, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2014.

Peretti, Cristina, Espectografías (desde Marx y Derrida), Madrid, Trotta, 2003.

Perera, José Miguel, Literatura canaria con identidad (y más allá), Santa Cruz de Tenerife, Fundación canaria Tamaimos, 2017.

Pérez Flores, Larisa, Islas, cuerpos y desplazamientos. Las Antillas, Canarias y la descolonización del conocimiento. Santa Cruz de Tenerife, 2017.

Rodríguez, Ileana ; Martínez Gutierrez, Josebe, Estudios transatlánticos postcoloniales, México, Anthropos, 2010.

ROSA-VÉLEZ, Sonia Migdalia, Los mitos taínos : Espejo de los mitos de América, Denver, Outskirts Press, 2007.

Tejera Gaspar, Antonio, Para una historia atlántica. El contacto de los europeos con las sociedades canarias y caribeñas, Santa Cruz de Tenerife, Centro de la cultura popular canaria, 2011.

Thibaudeau, Pascale (dir.), Spectres de la guérilla dans les cinémas hispaniques, Revue en ligne HispanismeS, 7, 1er semestre 2016, 135 p. Mis en ligne le 29/01/2017 : http://www.hispanistes.fr/index.php/31-hispanismes/1045-hispanismes-n-7

Thibaudeau, Pascale, « Umbrales, franqueamientos y flujos espectrales en La Llorona de Jayro Bustamante », in J. Amiot-Guillouet, M. Boch-Robin, S. Ramos Alquezar, P. Thibaudeau (dir.), Fantasmas, justicia y reparación en Guatemala (La Llorona de Jayro Bustamante), Pandora, 16, Saint-Denis, Université Paris 8, 2021, p. 135-147, URL : https://etudes-romanes.univ-paris8.fr/IMG/pdf/pandora_web_final.pdf

Places

  • Paris, France (75)
  • Tours, France (37)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Friday, May 20, 2022

Keywords

  • spectre, précolonial, résurgence autochtone, art, littérature, Canaries, Caraïbes

Contact(s)

  • Claire Laguian
    courriel : claire [dot] laguian [at] univ-paris8 [dot] fr
  • Pascale Thibaudeau
    courriel : pascale [dot] thibaudeau [at] univ-paris8 [dot] fr
  • Sophie Large
    courriel : illes [dot] coloquio24 [at] etik [dot] com
  • Joséphine Marie
    courriel : espectros2022 [at] gmail [dot] com

Information source

  • Sophie Large
    courriel : illes [dot] coloquio24 [at] etik [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Spectres précoloniaux et résurgences autochtones dans les arts et la littérature : regards croisés Canaries / Caraïbes », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, March 16, 2022, https://doi.org/10.58079/18h3

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search