HomeLittérature, histoires, histoire

HomeLittérature, histoires, histoire

*  *  *

Published on Tuesday, March 22, 2022

Abstract

Parce que toute production littéraire ne prend vie qu’avec l’époque qui l’enfante, les liens entre littérature, fiction et histoire n’ont de cesse d’être interrogés par les auteur·ices, les critiques, les chercheur·ses en littérature et même les historien·nes. Les Doctorales de l’école doctorale III de Sorbonne Université (Littératures françaises et comparée) organisent une journée d’étude consacrée aux liens entre littérature, histoires et histoire.

Announcement

Argumentaire

Parce que toute production littéraire ne prend vie qu’avec l’époque qui l’enfante, les liens entre littérature, fiction et Histoire n'ont de cesse d’être interrogés par les auteur.ice.s, les critiques, les chercheur.se.s en littérature et même les historien.ne.s. Après quelques décennies dominées par des préoccupations poétiques et théoriques, le champ des études littéraires renoue avec ces interrogations. Un tel basculement conceptuel permet de réinterroger l’historicité de l’écriture : les formes et les genres littéraires que l’on lie le plus volontiers à l’Histoire – romans ou drames historiques, esthétique réaliste ou naturaliste – sont souvent perçus comme autant de tableaux ou de transcriptions de l’Histoire. Il en résulte, pour les chercheur.se.s, de nouveaux questionnements sur la porosité des liens entre la « subjectivité » littéraire et « l’objectivité » historienne, entre la fiction et la vérité : loin de s’affronter, les deux disciplines semblent bien davantage se compléter, et la réaffirmation du rôle de la subjectivité face à l’Histoire offre un nouveau dynamisme à la lecture des mémoires, autobiographies et exofictions.

Dès lors, la littérature peut-elle faire l’Histoire ? La refaire ? Du fait des failles de la mémoire, du mensonge volontaire ou accidentel, du regard esthétisé d’un narrateur fictionnel, la littérature est-elle vouée à ne proposer de l’Histoire qu’une interprétation erronée, à ne porter sur elle qu’un regard déformant ou incertain ? Est-il possible de peindre l’Histoire par la fiction ? De réconcilier l’objectivité et la subjectivité qui distinguent ces deux disciplines ? La littérature ne peut-elle absolument agir sur l’Histoire ? Ces différents axes de réflexion seront ceux qui guideront notre seconde journée d’étude. 

Quand la littérature fait l’Histoire 

Les modes d’inscription de la fiction sur un arrière-plan historique sont multiples. Dans La Princesse de Clèves, le cadre spatio-temporel est constitué par une époque historique, celle de la cour d’Henri II et de François II en France. Le roman peut également prendre pour sujet un événement historique, comme dans Quatrevingt-treize de Victor Hugo, ou bien traiter un événement historique, à l’instar de Guerre et Paix. Aussi voit-on émerger, en particulier depuis le XVIIIe siècle, des figures d’auteur.rice.s-chercheur.se.s qui multiplient les enquêtes, étudient le passé, observent le présent, dans une double ambition d’authenticité et de véracité. Si la fiction conserve son sens premier de « mensonge », elle s’inspire pourtant de faits réels, ce qui pose la question des liens méthodologiques et de l’ambition de véracité que la littérature et l’histoire ont alors en commun. Par exemple, la polémique[1] suscitée par la façon dont Yannick Haenel[2] utilise, pour son roman Jan Karski, le témoignage du résistant polonais apparu dans Shoah, de Claude Lanzmann, illustre les problèmes épistémologiques que soulève le recours à une méthodologie historique dans l’écriture romanesque. Les communications pourront porter sur les regards qu’offre la fiction sur les événements historiques. 

Demeure la question des autobiographies et autofictions : dans quelles mesures ces formes peuvent-elles se faire documents historiques fiables ? Avant même que les sciences cognitives n’étudient le fonctionnement de la mémoire, les écrivains s’interrogeaient déjà sur ses failles et sa capacité à reconstruire malgré elle les souvenirs du passé. Certes, l’autobiographie a valeur de témoignage à dimension historique mais l’écriture de soi présente l’écueil d’une vision orientée du réel. De la reconstruction d’un événement historique à l’écriture volontaire de mythes et de légendes, il n’y a qu’un pas : quelle valeur historique accorder aux mémoires de Gautier sur les romantiques ? En quoi la plume de l’écrivain.e est-elle en mesure de créer une légende qui influe à la fois sur la mémoire collective et les travaux des historien.ne.s ?

La littérature : matière première des sciences humaines ?

Les historien.ne.s peuvent se servir de la littérature pour nourrir leurs réflexions scientifiques. Jules Michelet soulève cette porosité des liens entre Histoire et littérature : selon lui, la fiction d’un roman national permettrait d’infléchir l’Histoire vers une dimension intime. Dans le champ universitaire contemporain, les historien.ne.s étudient la réception de certaines productions littéraires pour mieux sonder l’opinion publique à l’égard d’une situation politique donnée. Telle est, précisément, la démarche de Sylvie Aprile lorsqu’elle étudie les créations et la réception du Tartuffe pour évaluer l’anticléricalisme du premier XIXee siècle. 

Par ailleurs, le linguistic turn des années 1970 tend à considérer le discours historique comme un récit : l’historien en vient lui-même à prendre sa production comme objet d’étude. Bien que cette démarche soit contestée dans les sciences humaines, de Roger Chartier à Christian Jouhaud, nombreux.ses sont les historien.ne.s qui s’intéressent au rôle de la littérature dans leurs recherches. Aujourd’hui, alors qu’une réconciliation entre la supposée objectivité historienne et la prétendue subjectivité littéraire semble impossible, les humanités numériques facilitent l’accès à des écrits inédits, diversifiant les sources et les regards qui s’offrent aux chercheur.se.s - à l’instar des lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo, dont l’université de Rouen propose une édition intégrale, scientifique et numérique.

La journée d’étude propose de s’interroger sur la façon dont la littérature peut servir les réflexions philosophiques sur l’Histoire, et l’image que la littérature peut donner des mécanismes historiques.

Réécrire l’Histoire

La littérature engagée veut-elle agir sur l’Histoire ? En est-elle simplement capable ? Pour surmonter l’expérience traumatique de certains évènements historiques, les auteur.ice.s font parfois le choix de l’esthétisation. La fiction acquiert alors le double pouvoir cathartique de sublimer et de révéler la cruauté de l’Histoire par son potentiel esthétique. Scholastique Mukasonga s’inscrit dans cette démarche, lorsqu’elle retrace, dans Notre-Dame-du-Nil, les violences exercées dans une institution pour jeunes filles au Rwanda. Témoigner de l’horreur, c’est ainsi, par la littérature, permettre au lecteur et à sa société d’offrir une réponse - émotionnelle et psychique - à la violence des événements historiques.

La fiction se caractérise notamment par sa capacité à prendre en charge une version alternative de l’Histoire : dans la lignée de Gayatri Chakravorty Spivak[3], qui s’interrogeait sur la possibilité pour les subalternes d’accéder à la parole, certains écrivains se sont donné pour mission d’écrire une Histoire mineure, celle des vaincu.e.s ou des oublié.e.s. La littérature postcoloniale intervient ainsi pour combler les silences de l’Histoire officielle grâce au droit de réponse qu’offre le writing back, comme dans Sartorius d’Edouard Glissant. Mais au-delà de ses vertus cathartiques, la littérature ne permet-elle pas aussi de rejouer l’Histoire, de réexprimer les déceptions ou au contraire les exaltations du passé ? En ce sens, en 1966, la bataille des Paravents n’a-t-elle pas permis aux partisans de l’Algérie française privés d’une belle guerre de rejouer le conflit ? Ainsi la réception d’un ouvrage pourra être analysée comme un fait historique pour réévaluer la porosité des liens entre littérature et Histoire.

Enfin, la liberté de création inhérente au récit et à la fiction peut (dé)jouer la linéarité de l’Histoire. Analepses, prolepses, ellipses… nombreux sont les procédés qui permettent à la littérature de rompre avec l’écriture chronologique de l’Histoire. La littérature contemporaine qui réfléchit aux époques révolues les envisage généralement d’un point de vue présent : par exemple, W. G. Sebald, dans ses récits, imagine une sorte de temps arrêté et vide, auquel seule l’action de la mémoire peut offrir une alternative. Plus largement, le récit jouit de la liberté de mettre en scène des configurations originales du passé, du présent et du futur dans des genres tels que l’uchronie, la dystopie et l’utopie. 

Modalités de soumission

Date limite d’envoi des propositions de communication : 18 avril 2022

Longueur des propositions de communication : 250 mots au plus

Date de la journée d’étude : 21 mai 2022

Durée des communications : 15 minutes

Adresse d’envoi doctorales : doctoralesED3@gmail.com

Comité scientifique

  • Emilie Gauthier (doctorante contractuelle, CELLF, Sorbonne Université),
  • Lucas Kervegan (doctorant contractuel, CELLF, Sorbonne Université),
  • Marie Lecrosnier–Wittkowsky (doctorante contractuelle, CELLF/CIEF, Sorbonne Université),
  • Cécile Meunier (doctorante contractuelle, CELLF, Sorbonne Université),
  • Cassandre Martigny (doctorante contractuelle, CRLC, Sorbonne Université),
  • Apolline Ponthieux (doctorante contractuelle, CELLF, Sorbonne Université),
  • Typhaine Sacchi (doctorante, CELLF, Sorbonne Université).

Notes

[1] Voir Claude Lanzmann, « Jan Karski de Yannick Haenel : un faux roman », Marianne, 23 janvier 2010, https://www.marianne.net/societe/jan-karski-de-yannick-haenel-un-faux-roman [consulté le 20 février 2022] et Annette Wieviorka, « Faux témoignage », L’Histoire, n° 349, janvier 2010, p. 30-31.

[2] Yannick Haenel, « Le recours à la fiction n'est pas seulement un droit, il est nécessaire », Le Monde, 25 janvier 2010, https://www.lemonde.fr/idees/article/2010/01/25/le-recours-a-la-fiction-n-est-pas-seulement-un-droit-il-est-necessaire-par-yannick-haenel_1296378_3232.html#ens_id=1296450 [consulté le 20 février 2022].

[3] Gayatri Chakravorty Spivak, « Can subaltern speak ? », in Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interprétation of Culture, Champaign, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.

Bibliographie indicative sommaire

Dossier critique « L’Aire du témoin », n° 29, juin-juillet 2013, coordonné par Matthieu Vernet,  http://www.fabula.org/revue/sommaire7840.php

Dossier « Littérature et histoire », Les Annales. Histoire, sciences sociales, 49ème année, n° 2, mars-avril 1994

BENJAMIN Walter, Sur le concept d’histoire [1940], traduction d’Olivier Mannoni, Paris, Payot et Rivages, 2008

BOUJU Emmanuel, La Transcription de l’histoire, essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006

COQUIO Catherine, KOVRIGINA Assia, PENNANECH Florian, ZENETTI Marie-Jeanne (éd.), « Littérature et histoire en débats », actes du du colloque tenu à Paris du 10 au 12 janvier 2012, Fabula, https://www.fabula.org/colloques/sommaire2076.php

DE CERTEAU Michel, L'Écriture de l’histoire [1975], Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2011

DESPRET Vinciane et STENGERS Isabelle (dir.), Les Faiseuses d'histoires. Que font les femmes à la pensée ?, Paris, La Découverte, Les Empêcheurs de penser en rond, 2011

DEMANZE Laurent et VIART Dominique, Fins de la littérature, historicité de la littérature contemporaine, tome 2, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2013

GEFEN Alexandre, Inventer une vie, La Fabrique littéraire de l’individu, Paris, Les Impressions nouvelles, 2015

HARTOG François, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Editions du Seuil, 2003

JEANNELLE Jean-Louis, Écrire ses Mémoires au XXe siècle : déclin et renouveau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 2008

LYON-CAEN Judith, La Griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature, Paris, Gallimard, coll. “NRF Essais”, 2019

RICŒUR Paul, Histoire et vérité [1952-1966], Paris, Editions du Seuil, coll. « Points », 2001

RICŒUR Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points », 2003

RUBINO Gianfranco et VIART Dominique (dir.), Le Roman français contemporain face à l’histoire, Macerata, Quodlibet, coll. « Quodlibet studio », 2014

VEYNE Paul, Comment on écrit l’histoire [1979], Paris, Editions du Seuil, coll. « Points », 1988

Subjects

Places

  • Sorbonne Université, amphithéâtre Guizot - 17, rue de la Sorbonne
    Paris, France (75005)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Monday, April 18, 2022

Keywords

  • littérature, fiction, histoire

Contact(s)

  • Doctorales ED III
    courriel : doctoralesed3 [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Lucas Kervegan
    courriel : lucaskervegan [at] hotmail [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Littérature, histoires, histoire », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, March 22, 2022, https://doi.org/10.58079/18jm

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search