HomeDémocratie par temps sombre : autoritarismes, participations, expérimentations

HomeDémocratie par temps sombre : autoritarismes, participations, expérimentations

*  *  *

Published on Tuesday, March 22, 2022

Abstract

Depuis la création du groupement d’intérêt scientifique (GIS) Démocratie et participation en 2009, des enjeux majeurs ont été nouvellement posés au travers de diverses transitions (écologique, énergétique, numérique…) et de leurs effets sur le et la politique, qui redessinent les contours de la citoyenneté et de ses pratiques et les enjeux de l’égalité et de la justice sociale. En considérant à la fois les temps sombres et les possibles éclaircies, entre reculs démocratiques et expérimentations citoyennes, ce congrès invite des communications autour des cinq axes transversaux suivants : institutions, écologie, savoirs, capitalisme et autoritarisme.

Announcement

Présentation

Depuis la création du groupement d’intérêt scientifique (GIS) Démocratie et participation en 2009, des enjeux majeurs ont été nouvellement posés au travers de diverses transitions (écologique, énergétique, numérique…) et de leurs effets sur le et la politique, qui redessinent les contours de la citoyenneté et de ses pratiques et les enjeux de l’égalité et de la justice sociale.

Aujourd’hui, poser le diagnostic que la démocratie est à refaire ne suffit plus : il s’agit de penser les réponses démocratiques que les membres de la société peuvent-elles et eux-mêmes se donner. Le GIS fait le pari que l’analyse de ces expérimentations démocratiques, de ces dispositifs institués et de leurs articulations, même paradoxales, demeure indispensable pour comprendre comment, et à quelles conditions, elles peuvent transformer les formes traditionnelles de domination politique. Ces journées visent à comprendre, par qui et comment se déploient du politique, du commun, du collaboratif, ou à l’inverse, voire en même temps, de l’autoritaire, de la répression ou de l’exclusion.

Argumentaire

L’actualité renouvelée des revendications démocratiques questionne les formes institutionnelles qui seraient aptes à les reconnaître. Ces développements impliquent pour les études sur la participation de saisir ces phénomènes de manière large, pour rendre compte des enjeux de l’interpellation citoyenne et du pouvoir d’agir. Ainsi, il faut maintenir une attention critique dans l’analyse d’instruments ou de dispositifs institutionnels, qui envisagent la démocratie participative et délibérative comme une réponse à la crise de la démocratie représentative ; avec ou sans tirage au sort et à différentes échelles (conventions citoyennes, mini-public délibératif, conseils citoyens, budgets participatifs...). Mais il convient tout autant de prêter attention aux multitudes de revendications, de mouvements sociaux et de collectifs multiformes (fonds d’interpellation citoyenne, droit d’initiative populaire, expertise solidaire, mouvements « des places » …) et à la diversité des formes de participation sociale et politique, d’interpellation citoyenne et de pouvoir d’agir. Une attention transversale oriente également le regard vers des initiatives qui interrogent la dimension économique ou écologique des processus démocratiques. Alors que les sciences humaines et sociales sont plus que jamais attaquées, il convient de défendre leur scientificité, tout en approfondissant les réflexions et les expérimentations interrogeant les conditions de production de la connaissance, et la place des citoyens et des citoyennes dans ces processus.

Il faut y voir d’un côté une accumulation de processus destructeurs et de franchissement de seuils qui bouleversent l’équilibre des sociétés et des communautés : changement climatique accéléré et perte massive de biodiversité ; chômage de masse et attaques sans précédents contre les droits sociaux et les services publics ; poussée des régimes autoritaires et des idées d’extrême-droite, mouvement auquel s’adjoint l’islamisme radical ; contrôle de l’internet par des firmes mondiales, et extension de la surveillance des populations et des individus par les Etats ; répression des mouvements sociaux et attaques contre les libertés associatives et académiques… Ces enjeux, dont la pandémie de Covid 19 souligne l’acuité, affectent l’ensemble des mondes sociaux et mettent à mal toutes les institutions qui régulent la vie sociale, y compris la recherche scientifique. Elles sapent les bases sociales et psychologiques de la vie démocratique. Mais d’un autre côté, ces mêmes processus nourrissent la revendication d’une « démocratie réelle maintenant ! ». Ainsi, il n’y a pas un pan de la vie politique, économique et sociale qui échappe aux conflits et luttes sur ce que « faire société » et « décider en démocratie » signifient. Dans ces interstices se déploient de multiples expérimentations pour donner sens et mettre l’accent sur la démocratie comme forme de vie commune.

En considérant à la fois les temps sombres et les possibles éclaircies, entre reculs démocratiques et expérimentations citoyennes, ce congrès invite des communications autour des 5 axes transversaux suivants : institutions, écologie, savoirs, capitalisme et autoritarisme.

  • (1) Institution(s) et pouvoir citoyen
  • (2) Écologiser la démocratie, démocratiser l’écologie
  • (3) Produire démocratiquement des savoirs
  • (4) Faire des économies démocratiques
  • (5) La participation, entre démocratisation et autoritarisme

Afin de donner à ce congrès 2022 sa dimension de refondation des axes de travail du GIS, seront privilégiées les propositions de communication qui proposeront des réflexions de portée générale résonnant avec les axes de l’appel. Si l’appui sur un matériau empirique original est bienvenu, nous attendons donc des propositions qu’elles contribuent à dépasser le compte rendu d’expériences et la restitution d’étude de cas, pour répondre aux enjeux généraux et transversaux de l’appel à contribution, sans renoncer à un appui empirique. Les recherches qui reposent sur des perspectives comparatives ou qui se décentrent par rapport à la seule étude des sociétés du Nord global ou uniquement de la période contemporaine, sont également encouragées.

Modalités de soumission

Les réponses attendues à cet appel à contributions peuvent émaner, séparément ou conjointement, de chercheurs, chercheuses et d’acteurs, actrices de la participation. Elles peuvent avoir un format académique, ou des formats plus divers permettant de rendre compte des leurs initiatives, de les partager et de les mettre en discussion (ateliers thématiques, coopératifs ou prospectifs, stand, performance, affichage…)

Les propositions de contributions devront faire entre 3 000 et 5 000 signes. Elles indiqueront l’axe principal dans lequel elles s’inscrivent, 5 mots clés et le format retenu. Elles préciseront également le nom des auteurs-autrices ou contributeurs-contributrices et leurs affiliations ou organisations.

Les propositions devront être déposées, au plus tard le 23 mai 2022 (inclus), via la plateforme sciences-conf.  L’accès à la plateforme nécessite de créer un compte.

Pour toute question concernant l’AAC, le dépôt de votre proposition ou le colloque, merci d’écrire à : congresgis2022@sciencesconf.org et gis-dep@mshparisnord.fr.

Le colloque aura lieu à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, du 23 au 25 novembre 2022. 20, avenue George Sand 93210 La Plaine Saint-Denis Métro : Front Populaire (terminus ligne 12)

Comité d’organisation

Marion Carrel, Blandine Charrier, Jean-Michel Fourniau, Catherine Neveu, Guillaume Petit, Julien Talpin, Solène Tournus

Comité scientifique

Simone Abram, Marie-Hélène Bacqué, Romain Badouard, Rémi Barbier, Loïc Blondiaux, Mathieu Brugidou, Francis Chateauraynaud, Marie-Anne Cohendet, Paula Cossart, Agnès Deboulet, Valérie Deldrève, Patrice Duran, Joan Font, Mario Gauthier, Guillaume Gourgues, Maria Inés Fernandez Alvarez, Corinne Larrue, Sylvain Lavelle, Rémi Lefebvre, Martine Legris Revel, Eeva Luhtakallio, Clément Mabi, Noortje Marres, Alice Mazeaud, Patrice Melé, Catherine Neveu, Heloïse Nez, Marion Paoletti, Emmanuel Picavet, Fabrice Ripoll, Sandrine Rui, Yves Sintomer, Marie-Gabrielle Suraud, Stéphanie Tawa Lama-Rewal, Sophie Wahnich, Stéphanie Wojcik, Joëlle Zask.

Places

  • MSH Paris Nord - 90 avenue Georges Sand
    La Plaine-Saint-Denis, France (93)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Monday, May 23, 2022

Keywords

  • démocratie, participation, citoyennenté, autoritarisme

Contact(s)

  • Blandine Charrier
    courriel : gis-dep [at] mshparisnord [dot] fr

Information source

  • Guillaume Petit
    courriel : petit [dot] guillaume [at] mshparisnord [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Démocratie par temps sombre : autoritarismes, participations, expérimentations », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, March 22, 2022, https://doi.org/10.58079/18jp

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search