HomeSecrets et magie(s) au féminin de la Renaissance au XIXe siècle

HomeSecrets et magie(s) au féminin de la Renaissance au XIXe siècle

*  *  *

Published on Wednesday, March 23, 2022

Abstract

À travers le présent appel à contributions, la revue Arcana Naturae vise à mettre en lumière le rôle joué par les femmes dans les circulations entre sciences officielles et sciences secrètes (magie, astrologie, alchimie, illusionnisme, divination, médecine ésotérique, etc.). Praticiennes, théoriciennes ou lectrices, nombreuses furent-elles à participer à la constitution de ces savoirs. Cet apport méconnu reste à étudier. Dans cette optique, les contributions s’attacheront tout particulièrement à faire émerger de nouvelles figures.

Announcement

Argumentaire

Hanté par l’image d’Epinal du magicien érudit penché sur son grimoire, la recherche en sciences des secrets (magie, astrologie, alchimie, illusionnisme, divination, médecine ésotérique, etc.) a longtemps négligé l’étude de la place des femmes en leur sein. Praticiennes, théoriciennes ou lectrices, elles ont pourtant joué un rôle tout à fait important dans la constitution de ces savoirs. Plus largement, elles ont également facilité liens, passages, réappropriations et hybridations entre science des secrets et sciences officielles.

Parmi elles, l’italienne Caterina Sforza (c.1463-1509), femme de pouvoir qui n’hésite pas à revêtir l’armure, se passionne pour l’alchimie et consigne diverses recettes dans son Liber de experimentiis Catherinae Sfortiae manuscrit. À sa suite, toujours en Italie, sont publiés les Secrets attribués à Isabelle Cortese (I secreti della signora Isabelle Cortese, Venise, 1561). Ce véritable best-seller de la seconde moitié du XVIe siècle, réédité au moins une quinzaine de fois, présente, entre autres, de nombreuses recettes de cosmétologie, de médecine et d’alchimie. En Angleterre, l’aristocrate et philosophe Margaret Cavendish (1623 -1673) se penche sur la sorcellerie et l’alchimie pour les repenser dans le cadre de sa philosophie matérialiste complexe. Tandis qu’en France la marquise d’Urfé (1705-1775), riche veuve férue d’occultisme et d’alchimie, subventionne largement les recherches des “aventuriers des lumières” comme le comte de Saint Germain, de Cagliostro ou de Casanova. Ces femmes hautes en couleur jettent chacune un éclairage singulier sur la manière de vivre et de pratiquer les multiples sciences des secrets.

Outre l’étude de ces personnages célèbres, le volume 4 (2023) de la revue Arcana Naturae se consacrera tout particulièrement à l’étude et à la valorisation de femmes moins connues des recherches en sciences secrètes.

Bien qu’étant particulièrement conscient du caractère collectif et impersonnel propre à la production des sciences, la recherche historique a besoin d’incarner ses idées pour les rendre accessibles. Cette exigence est accrue par l'invisibilisation des femmes dans ces domaines. Les contributions s’attacheront donc à faire émerger de nouvelles figures, en présentant des femmes de chair et de sang (qui ne soient pas figures littéraires ou archétypales), qui pourront être :

  • Praticiennes : magiciennes, alchimistes, ésotéristes, illusionnistes, charlatanes, professeure de secrets, médiums, spirites, visionnaires, sorcières, guérisseuses, médecins, artistes, etc.
  • Théoriciennes : savantes, écrivaines, illustratrices, etc.
  • Lectrices ou spectatrices : destinataires de textes ou d’œuvres ésotériques, magiques, alchimiques, etc.

Conformément aux enjeux du champ de recherche ouvert par Arcana Naturae, une attention particulière sera portée à la nécessité d’inscrire ces figures dans l’histoire des idées, des sciences et des techniques.

Sur cette base, les contributions pourront étudier, sur une période allant de la Renaissance au XIXe siècle :

  • le rôle des femmes dans les circulations entre les sciences officielles et les sciences et pratiques secrètes ;
  • le rôle des femmes, et leur spécificité, dans la constitution, la pratique des sciences secrètes et de leur diffusion ;
  • les circulations entre les différentes figures (praticiennes, théoriciennes, lectrices) ;
  • les stratégies d’utilisation (ou d’occultation) de leur statut de femme.

Donato Verardi & Thibaut Rioult

Modalités de soumission

Les articles d’une quinzaine de pages (autour de 30 000 caractères, espaces inclus, max. 40 000) seront préférentiellement rédigés en français. En fonction du sujet, des propositions en anglais sont également les bienvenues.

Les propositions détaillées d’articles (300 mots), accompagnées d’un court CV et des informations de contact, doivent être envoyées avant le 30 juillet 2022 (en fichier .doc ou .pdf) à l’adresse arcana.revue@gmail.com. La notification d’acceptation des propositions sera envoyée le 30 août 2022. Les articles devront être soumis avant le 28 février 2023 pour évaluation en double blind peer review.

Les articles proposés à la revue sont soumis anonymement pour évaluation à deux lecteurs pour avis (double blind peer review). En fonction de ces avis et des recommandations faites, le comité de rédaction prend la décision de : 1) publier l’article ; 2) demander à l’auteur d’effectuer des révisions pour se conformer aux attentes de la revue ; 3) refuser l’article. L’auteur sera averti de la décision finale dans un délai de 1 à 2 mois après soumission. Après acceptation, il lui sera demandé de procéder aux corrections ou révisions de son texte dans le délai indiqué, avant relecture pour correction finale.

Périodisation

Renaissance - XIXe siècle.

Agenda

  • Date limite d’envoi des propositions : 30 juillet 2022.
  • Notification d’acceptation des propositions : 30 août 2022.
  • Date limite d’envoi des articles (pour peer review) : 28 février 2023.

Équipe de rédaction

Directeur

Donato Verardi

Secrétaire de Rédaction

Thibaut Rioult

Comité de Rédaction

Ovanes Akopyan (Innsbruck) – Léo Bernard (Paris) – Manuel De Carli (Tours) – Tom Fischer (Paris) – Laetitia Marcucci (Nice) – Christophe Poncet (Paris) – Thibaut Rioult (Paris) – Luana Rizzo (Lecce) – Jérôme Rousse-Lacordaire (Paris)

Comité Scientifique

  • Jean-Pierre Brach (EPHE, Paris, France)
  • Jean Céard (Université Paris X-Nanterre, France) 
  • Rebekah Compton (College of Charleston, Charleston, USA)
  • Brian P. Copenhaver (University of California, Los Angeles, USA)
  • William Eamon (New-Mexico State University, USA) 
  • Jeremiah Hackett (University of South Carolina, USA) 
  • Didier Kahn (CNRS, Paris, France) 
  • Alfredo Perifano (Université de Franche-Comté, Besançon, France) 
  • Roshdi Rashed (CNRS, Paris, France) 
  • Antonella Sannino (Università di Napoli – L’Orientale, Italia) 
  • Marco Sgarbi (Università di Venezia, Italia)
  • Valeria Sorge † (Università di Napoli – Federico II, Italia) 
  • Julien Véronèse (Université d’Orléans, France) 
  • Nicolas Weill-Parot (EPHE, Paris, France)

Date(s)

  • Saturday, July 30, 2022

Keywords

  • femme, science, secret, histoire, science et technique, magie, illusionnisme, alchimie, médecine, ésotérisme, divination, littérature

Contact(s)

  • Thibaut Rioult
    courriel : rioult [dot] thibaut [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Thibaut Rioult
    courriel : rioult [dot] thibaut [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Secrets et magie(s) au féminin de la Renaissance au XIXe siècle », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, March 23, 2022, https://doi.org/10.58079/18k2

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search