HomeAnti-œdipe ?

HomeAnti-œdipe ?

*  *  *

Published on Tuesday, March 29, 2022

Abstract

In Analysis, revue transdisciplinaire de psychanalyse et de science dont le but est de réunir des universitaires et des cliniciens de différentes disciplines autour d’un objectif commun : explorer l’inconscient du sujet par le biais d’un dialogue interdisciplinaire, propose prochainement un numéro thématique sur le thème « anti-oedipe ? ». Nous diffusons un appel à contribution, à destination de chercheurs en sciences humaines et sociales intéressés par cette thématique. Nous souhaitons plus particulièrement re-explorer la complexité de ce mythe, la manière dont la psychanalyse s'en est saisi et questionner si le « complexe d'oedipe » est toujours une notion opérante dans notre société contemporaine, en lien notamment aux bouleversement des liens familieux, des questions de genre, mais aussi du rapport au social et au politique.

Announcement

Argument

Œdipe, personnage central d'un mythe antique, est devenu, avec Freud, un marqueur de la scène théâtrale familiale et la figure emblématique d'un complexe central de la métapsychologie. Si le mythe s'inscrit comme référence incontournable de l’histoire des idées, le complexe, interroge sur la nature et l'ampleur des organisations psychiques qui en dépendent.

Au niveau du développement individuel, il est souvent rabattu à sa forme dite « positive » où aimer un de ses parents et s’identifier à l’autre devenu modèle et rival est la trame d’un scénario inconscient supposé rejoué par chaque vie psychique. Au niveau collectif, la portée politique et guerrière du mythe est, dans ce modèle freudien historique, émoussée par cette limitation au cadre familial et à l’intrapsychique.

Pensé d’emblée comme universel, et comme moment essentiel à la structuration de la personnalité du petit d’homme, le complexe d’œdipe peut aussi se voir comme contingent, relatif à l’observation et à l’interprétation par Freud des angoisses d’un petit garçon (« le petit Hans ») de la Vienne des années 1900. Car ensuite, l'universalité du complexe d'œdipe a longuement été contestée par des historiens (Vernant ; Borch-Jacobsen ; Mazurel), des anthropologues (Malinowski ; Lévi-Strauss ; Godelier ; Héritier), des philosophes (Popper, Wittgenstein), tous auteurs qui réfutèrent la constance de cette étape du développement psychique dans le temps et l’espace culturels. Elle fut aussi relativisée par des psychanalystes (Klein, Bowlby, Spitz, Erikson, Kernberg, Mahler, Kohut, Baranger), surtout celles et ceux impliqué(e)s dans la recherche sur les psychoses, les fonctionnements limites et les troubles du spectre de l’autisme.

Des critiques sévères ont ensuite pointé un usage aliénant de l’Œdipe dans les cures, comme outil théorique conservateur de l’ordre politique établi et déni des rapports de domination (Zalkind, Reich, Fromm, Marcuse, Adorno, Habermas, Binswanger, mais aussi Deleuze et Guattari dans l’Anti- Œdipe)

Plus récemment, les chercheurs et chercheuses des Gender studies, des courants féministes, de la communauté LGBTQI+, ont opéré une remise en cause plus radicale du complexe d’œdipe, niant parfois même son existence en regard des reconfigurations familiales actuelles. L’identité est devenue mouvante, fluctuante, et « l’identité sexuelle », trop souvent entendue comme consolidée et fixée à la sortie de la période œdipienne, n’en est plus une composante, ni un repère fixe, y compris à travers ses remaniements adolescents. Toute l’importance classique du poids civilisateur rattachée en psychanalyse autour du complexe d’Œdipe ; à savoir, l’intériorisation de l’interdit de l’inceste et du parricide, la construction symbolique de la différence des sexes et des générations, est ainsi à débattre et questionner de manière trans-disciplinaire.Ainsi, en reprenant la complexité du mythe en lui-même, ce nouveau numéro d’In Analysis veut interroger les bases anthropologiques, politiques, économiques, sociétales sur lesquelles la psychanalyse se réclamant de l'œdipe s'est construite. Il se demandera ce qui reste de sa version freudienne originelle dans une société occidentale en mutation accélérée, qui ne cesse de générer de nouvelles configurations familiales (composites, monoparentales, homoparentales, recomposées, etc ...), de nouvelles formes de sexualités, d’identités de genre, de relations de couple, de rapports parents-enfants, de modalités de reproduction. Les métamorphoses profondes observées au décours de ces évolutions sociétales sont-elles une preuve de l’obsolescence d’une certaine psychanalyse agrippée à une lecture ultra-œdipienne du développement individuel ? Une interprétation différente de l’œdipe est- elle possible, plus en appui sur la dimension politique de ce mythe, l’exfiltrant du seul cadre familial pour en faire une composante des rapports de forces dans les liens interindividuels, collectifs ? D’un autre côté, au-delà de la vulgate, quels psychanalystes axent encore aujourd’hui à ce point leur pratique autour du complexe d’Œdipe, dans quels cas, avec quel tact et dans quel but ?

Ce sont là autant de questions que ce numéro se propose de mettre au travail de la réflexion collective, en donnant la parole à des psychanalyses, philosophes, lettrés, anthropologues, chercheurs en étude de genre et sur la famille...

Informations sur la revue

In Analysis, revue transdisciplinaire de psychanalyse et sciences a l’intention de réunir des chercheurs et des cliniciens de différentes disciplines autour d’un objectif commun : explorer l’inconscient du sujet grâce au dialogue interdisciplinaire.

La revue publie en français et en anglais : 

  • des articles originaux, résultats de recherche et revues de la littérature ;
  • des entretiens ;
  • des dialogues entre spécialistes de diverses disciplines ;
  • de brèves présentations de thèses de doctorat et de travaux de recherche en cours ;
  • des recherches hors-champs (permettant d'alimenter la discussion concernant les fondements épistémologiques de la psychanalyse);
  • des actes de colloques et congrès;
  • des réflexions épistémologiques et philosophiques présentant un intérêt manifeste pour l'articulation sciences-psychanalyse.

In Analysis publie également, au sein de sa rubrique Après-coup, des réactions aux parutions précédentes afin de permettre un dialogue constructif entre spécialistes.

Les articles publiés répondent aux critères d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur.

Conditions de publication

La soumission d’un article implique que ce dernier n’a jamais été soumis précédemment dans la revue et n’est pas dans un processus de soumission concomitant ailleurs ; que sa publication est approuvée par l’ensemble de ses auteurs et que, s’il est accepté, il ne sera pas publié ailleurs, y compris de manière électronique, sans le consentement du détenteur du copyright.

Les auteurs s'engagent à ne pas plagier un texte déjà publié et à signifier par des guillemets les reprises d’ouvrages. Les citations ne peuvent excéder 8 lignes. Dans le cas où la citation serait plus longue, l'accord de l'auteur et de l'éditeur est requis.

Pour en vérifier l’originalité, votre article peut être l’objet d’une vérification via un outil de détection de plagiat CrossCheck.

Les articles soumis doivent être conformes aux instructions ci-dessous. Ces dernières sont dérivées des normes de présentation des manuscrits proposées par le Comité international des rédacteurs de journaux médicaux, connu sous le nom de groupe de Vancouver (International Committee of Medical Journal Editors– ICMJE) ().

Évaluation

Les manuscrits sont soumis à un processus d'évaluation par des pairs (peer reviewing); ils sont confiés à deux relecteurs anonymes, membres du Comité de lecture de la revue qui peuvent demander des corrections. Les contributions peuvent être acceptées sous réserve de modifications de forme ou précisions de fond demandées par les lecteurs.

Modalités de contribution

Vous trouverez les consignes aux auteurs sur le site de la revue.

Texte attendu d'ici le 13 septembre 2022.

La procédure standard pour soumettre un article à In Analysis est d'utiliser le système de soumission en ligne EES (Elsevier Editorial System).

Comité de lecture

  • Frédéric ADVENIER  MD, psychiatre, Institut Paul Sivadon, Hôpital de jour Addictologie et Psychiatrie, Paris.
  • Rémy AMOUROUX  Professeur assistant, psychologue clinicien, Institut de psychologie, Lausanne
  • Mathieu ARMINJON  Ph.D. en philosophie et sciences de la vie, Adjoint scientifique, Haute Ecole de Santé Vaud, Lausanne
  • Adèle ASSOUS  Ph.D., Maître de conférences, Directrice de la professionnalisation Département d’Études Psychanalytiques Institut Humanités, Sciences et Sociétés, Université Paris Diderot
  • Marion AUBRÉE  Chercheure en anthropologie, enseignante, associée au Centre d'Études en Sciences Sociales du Religieux (CéSor/CNRS-EHESS), Paris
  • Valérie AUCOUTURIER  Ph.D., philosophe et épistémologue, chargée de cours, Université Saint-Louis, Bruxelles
  • Michel BADER  Ph.D. Privat-docent Faculté de Biologie et de Médecine de Lausanne (UNIL), Member of International Psychoanalytical Association
  • Stéphanie BAROUH-COHEN  Ph.D., psychologue clinicienne, psychanalyste, enseignante à l'Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
  • Frédérique F. BERGER  Ph.D. en psychologie, HDR, psychanalyste, chargée de cours au sein du département de psychanalyse de l’Université Paul-Valéry de Montpellier, chercheure associée au laboratoire CRISES – Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales – EA 4424
  • Alejandro BILBAO  Professeur, Psychanalyste, Docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, Université Paris-Diderot, chercheur associé de l'école de recherches en psychanalyse de l'université Paris-Diderot 
  • Joël BILLIEUX  Associate Prof. of Clinical Psychology, Addictive and Compulsive Behaviour Lab (ACB-Lab), Institute for Health and Behaviour - Unit INSIDE, University of Luxembourg
  • Bernard BRUSSET  Psychiatre, Professeur émérite en psychopathologie à l'Université Paris Descartes, psychanalyste membre honoraire de la Société psychanalytique de Paris
  • Catherine CALECA  Ph.D. en psychologie clinique, membre associée du laboratoire CERReV (EA 3918), Université de Caen-Normandie
  • Michael CHOCRON  Ph.D. en psychologie clinique et psychopathologie de l’Unité Transversale de Recherche en Psychogénèse et Psychopathologie (UTRPP), Université Paris 13, psychologue clinicien
  • André CIAVALDINI  Ph.D. en psychologie clinique et psychopathologie, psychanalyste SPP-IPA, Directeur de recherches associé, Laboratoire PCPP "Psychologie Clinique, Psychopathologie, Psychanalyse" EA4056, Institut de Psychologie, Université Paris Descartes-Sorbonne Citée 
  • Bogdan Sebastian CUC  Ph.D., psychologue clinicien, psychanalyste membre de la Société roumaine de psychanalyse, Bucarest
  • Vincent DALLÈVES  Ph.D., Psychologue spécialiste en Psychothérapie FSP, Bienne 
  • Laurent DANON-BOILEAU  Psychanalyste (membre formateur de la SPP), thérapeute au Centre Alfred-Binet, professeur de linguistique à l'université Paris-V et chercheur au Laboratoire d'études sur l'acquisition et la pathologie du langage de l'enfant (CNRS) 
  • Roxane DEJOURS  Ph.D. en psychologie clinique (Paris Descartes), sage-femme, chercheuse associée, Laboratoire de Psychologie Clinique, Psychopathologie et Psychanalyse (PCPP-EA4056), Centre Alfred Binet, ASM 13, Paris
  • Steeves DEMAZEUX  Agrégé de philosophie, docteur en philosophie des sciences, maître de conférences au Département de philosophie, de l’Université Bordeaux Montaigne
  • Daniel DERIVOIS  Professeur de psychopathologie et psychologie clinique, Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon 
  • Bruno DESWAENE  Ph.D. en psychologie clinique et pathologique, psychologue clinicien, psychanalyste. Chargé d'enseignement Université de Reims. Praticien chercheur associé au laboratoire " Stress-Santé- Société"
  • Camille DOCQUIR  Ph.D., Psychologue clinicienne AP-HP, HUPC, GH Cochin-Port-Royal, service d'oncologie médicale et équipe mobile de soins palliatifs, Paris
  • Olivier DOUVILLE  Ph.D., Psychologue clinicien, Maître de conférences, laboratoire CRPMS, Université Paris Diderot,  Association Française des Anthropologues
  • Claire DUROZARD  Ph.D. en psychopathologie et psychologie clinique, psychologue clinicienne, psychanalyste (Institut de psychanalyse de Lyon, Société Psychanalytique de Paris), chargée de cours (ISTR, ARFRIPS), intervenante à l'UNIPOP, Lyon
  • Bruno FALISSARD  Professeur de biostatistique et Directeur de l'unité INSERM U669 Santé mentale de l'adolescent, Paris
  • Frédéric FOREST  Ph.D., chercheur associé au Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société, Université Paris Diderot 
  • Soizic GAUTHIER  Ph.D. (docteur en psychopathologie et psychanalyse), psychologue clinicienne, chercheuse post-doctorante au service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière), Paris
  • Nicolas GEORGIEFF  Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université Lyon 1
  • Fabian GUÉNOLÉ  Ph.D., Maître de conférences, Praticien hospitalier, UFR Santé - Université Caen Normandie, Chef du Service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent du CHU de Caen, UMR-1077 "Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine"
  • Maïa GUINARD  Ph.D en psychologie clinique et psychopathologie, psychothérapeute, Maître de conférences, PCPP, institut de psychologie, Université Paris Descartes
  • Laurence HÉRAULT  Professeure d'anthropologie, Université d'Aix-Marseille
  • Claudia INFURCHIA  Ph.D., psychologue clinicienne et enseignante à l'Université Lumière Lyon 2 
  • Mélanie JACQUOT  Ph.D. en psychologie clinique et psychopathologie, Psychologue clinicienne, Maîtresse de Conférences en psychologie clinique et psychopathologie, Faculté de Psychologie de l’Université de Strasbourg, membre du Laboratoire Subjectivité, Lien Social et Modernité (SuLiSoM – EA 3071), Strasbourg
  • Carine KHOURI NAJA  Psychanalyste, Ph.D. en psychologie clinique. Membre de l’UTRPP Sorbonne- Paris Nord
  • Stefan KRISTENSEN  Ph.D. en philsophie, Professeur en esthétique et théorie de l'art, Université de Strasbourg
  • Laurie LAUFER  Professeure des Universités, Directrice du Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société (EA 3522),  UFR d'Etudes psychanalytiques, Université Paris Diderot
  • Thomas LEPOUTRE  Maître de conférences, Université Aix-Marseille, psychologue clinicien 
  • Chantal LHEUREUX-DAVIDSE  Maître de conférences, Université Paris Diderot, psychologue clinicienne, psychanalyste 
  • Jacques LUAUTÉ  Professeur, Chef du Service de médecine physique et de réadaptation neurologique, Hôpital Henry Gabrielle, Lyon
  • Élise MARROU  Ph.D. en philosophie contemporaine, Maîtresse de Conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, chercheuse associée aux Archives Husserl de Paris (UMR 8547)
  • Isabelle MARTIN KAMIENIAK  Membre titulaire de la Société Psychanalytique de Paris, Directrice adjointe de la Revue française de psychanalyse 
  • Aurélie MAURIN SOUVIGNET  Ph.D., psychologue clinicienne, Maîtresse de conférence, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, UTRPP (EA 4403) 
  • Claire MEUNIER  Ph.D. en neurosciences, chargée d'information médicale chez Direct Medica, Paris
  • Yannick MILLEUR  Ph.D. en psychologie et psychopathologie clinique, psychologue clinicien en psychiatrie adulte, clinique adolescente et psychodramatiste, psychosomaticien (Cancerologie, addictologie, obésité, multi-infections virales), chargé de cours à l’Université LYON 2 Lumiere, membre associé du Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie Clinique de LYON 2
  • Stéphane MUTHS  Ph.D., psychologue clinicien, Strasbourg, chercheur associé au Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société, Université Paris Didero
  • Jonathan NICOLAS  Ph.D. en psychopathologie et psychanalyse. Psychologue clinicien. Chargé de cours à Unistra. Chercheur associé à SuLiSoM (EA 3071), Strasbourg.
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN  M.D., Ph.D., psychiatre, psychanalyste, Paris
  • Jean PEUCH-LESTRADE  M.D., psychiatre, psychanalyste membre du Quatrième groupe, Lyon.
  • Delphine PEYRAT-APICELLA  Ph.D., psychologue clinicienne, Maîtresse de conférences en psychologie - Laboratoire U.T.R.P.P., Université Sorbonne Paris Nord
  • Delphine PREISSMANN  Psychologue, PhD en neurosciences, responsable de recherche, chargée de cours, Institut de Psychologie et Centre de Neurosciences Psychiatriques, Université de Lausanne-CHUV
  • Svetlana RADTCHENKO-DRAILLARD  Ph.D. en psychopathologie et psychanalyse. Psychologue clinicienne (orientation psychologie sociale et politique), spécialiste de la négociation, chercheure attachée à l'Université Sorbonne-Paris Cité
  • Élise RICADAT  Ph.D., psychologue, Maîtresse de conférence à Université Paris Diderot, membre du CRPMS-EA 3522 (Centre de recherches Psychanalyse et Médecine et Société) et chercheure associée à l’EA 3518 l’IUH (Institut Universitaire d’hématologie, équipe « recherche clinique appliquée à l’hématologie »)
  • Marianne ROBERT  M.D., Psychiatre, Psychanalyste membre de la Société psychanalytique de Paris, Paris
  • Pascal ROMAN  Professeur de psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse à l'Université de Lausanne, psychologue - psychothérapeute au département de psychiatrie du CHUV, Lausanne
  • Yves ROSSETTI  Professeur des universités - praticien hospitalier, Université Lyon 1, plateforme Mouvement et Handicap, Hospices Civils de Lyon et Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon (CRNL), chercheur équipe ImpAct (integrative multisensory perception-action-cognition team) du CRNL 
  • Michel SANCHEZ-GARDENAS  Psychiatre, psychanalyste membre de la Société psychanalytique de Paris
  • Olivier SCHIRLIN   Professeur de psychologie, Haute École Arc Santé, (Delémont), chargé de cours, Université Paris VIII
  • Caroline SIAUGUES   Ph.D. en psychologie clinique et psychopathologie, chargée d'enseignement, Université Paris-Descartes, psychologue clinicienne, ingénieure de recherche hospitalier à l'AP-HP
  • Thierry SIMONELLI   Ph.D. en psychologie et en philosophie, membre de la Société psychanalytique de Luxembourg
  • Hélène SUAREZ LABAT   Ph.D., psychologue clinicienne, psychanalyste membre de la SPP, Vice présidente de la Société du Rorschach, membre associé Laboratoire PCPP, Université Paris Descartes, Boulogne 
  • Jean-Marc TALPIN  Professeur de psychopathologie et psychologie clinique, Directeur du département de psychologie clinique, Université Lumière Lyon 2 
  • Jean-Pol TASSIN  Professeur au Collège de France, neurobiologiste, Directeur de recherche émérite à l'INSERM
  • Anne THEVENOT  PhD en psychologie clinique. Professeure en psychologie clinique et psychopathologie à la Faculté de Psychologie de l’Université de Strasbourg, membre du Laboratoire Subjectivité, Lien Social et Modernité (SuLiSoM – EA 3071), Strasbourg
  • François THOMAS  Ph.D., psychologue clinicien. Chargé de cours, Université de Picardie Jules Vernes. Service de Néphrologie Transplantation Hémodialyse et Médecine Intensive Réanimation, Amiens
  • Giorgia TISCINI  Ph.D. en psychopathologie et psychanalyse; Maître de conférences à l'Université Rennes 2; psychologue clinicienne, psychanalyste
  • Sarah TROUBÉ  Ph.D., psychologue clinicienne, chercheure post-doctorante à l'Université Paris Diderot (CRPMS-Labex "Who am I?")
  • Anne-Sophie VAN DOREN  Ph. D. en psychologie clinique et psychopathologie. Chargée d’enseignement à l’université Paris Descartes. Psychologue clinicienne, Hôpital Robert Debré, APHP
  • Benoît VERDON  Psychologue clinicien, psychanalyste, Professeur de psychologie clinique et de psychopathologie au laboratoire "Psychologie clinique, psychopathologie, psychanalyse" de l'Institut de Psychologie de l'Université Paris Descartes
  • Xanthie VLACHOPOULOU  Ph.D., psychologue clinicienne, Maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie des réalités virtuelles à l’Université Paris Descartes - Université de Paris, Laboratoire pcpp, EA 4056
  • Nicolas ZASLAWSKI  Ph.D. student. Assistant diplômé, Institut de psychologie, Centre de recherches sur la famille et le développement, Université de Lausanne

Bibliographie

Borch-Jacobsen, M. (2018). Apprendre à philosopher avec Freud. Ed. Ellipses.

Deleuze, G. (1993). Critique et clinique. Paris. Minuit.

Deleuze, G., Guattari, F. (1972). L’anti-œdipe. Paris. Minuit.

Freud, S. (1897). Naissance de la psychanalyse. Lettres à Wilhelm Fliess. Paris. Puf. 1956.

Freud, S. (1938). Abrégé de psychanalyse. OCF XX.

Godelier, M. (2013). Levi-Strauss. Paris. Seuil.

Héritier, F. (2001). Entretien avec Jacques André. Inceste et substance Œdipe, Allen, les autres et nous, dans : André, J. (dir.), Incestes. Paris. PUF.

Lévi-Strauss, C. (1949). Les structures élémentaires de la parenté. EHESS. 2017.

Lévi-Strauss, C. (2013). Nous sommes tous des cannibales. Paris. Seuil.

Malinowski, B. (1921). La Sexualité et sa répression dans les sociétés primitives. Paris. Payot.

Mazurel, H. (2021). L’inconscient et l’oubli de l’histoire. Paris. La Découverte.

Mazurel, H. (2021). L’inconscient ou l’oubli de l’histoire. Paris. La Découverte.

Popper, K. (1963). Conjectures et réfutations : la croissance du savoir scientifique. Paris, Payot, 1985

Preciado, P. (2021). Je suis un monstre qui vous parle. Rapport pour une académie de psychanalystes. Paris. Grasset.

Vernant, J.P. Vidal-Naquet, P. (2006). Œdipe et ses mythes. Paris. Ed. Complexe.

Wittgenstein, L (1961). Investigations philosophiques, dans ID., Tractatus logicophilosophicus. Paris, Gallimard.


Date(s)

  • Tuesday, September 13, 2022

Keywords

  • complexe d'œdipe, mythe, culture, œdipe

Contact(s)

  • Tamara Guénoun
    courriel : tamaraguenoun [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Tamara Guénoun
    courriel : tamaraguenoun [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Anti-œdipe ? », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, March 29, 2022, https://doi.org/10.58079/18ks

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search