HomeFace à l’arbre : un traduire sensible

HomeFace à l’arbre : un traduire sensible

*  *  *

Published on Tuesday, April 05, 2022

Abstract

À l’ère de l’anthropocène, où le rapport au végétal semble être guidé par l’idée d’utilité et se réduire à une approche instrumentale, cette journée d’étude se propose de revenir à l’arbre même, dans son irréductibilité toute phénoménologique, comme on revient au monde. Dans cette perspective d’un retour à l’arbre, il s'agira d'interroger en quoi l’art pourrait conditionner le dialogue avec ce dernier et pourquoi il aiderait à traduire les signes émanant du végétal. Ainsi, cette journée d’étude pose le problème de ce que pourrait être un traduire sensible qui n’enferme pas le face-à-face avec le végétal et le sens qui en surgit dans une totalité, mais les déploie au contraire dans une pluralité.

Announcement

Argumentaire

À l’ère de l’anthropocène, où le rapport au végétal semble être guidé par l’idée d’utilité et se réduire à une approche instrumentale, cette Journée d’étude se propose de revenir à l’arbre même, dans son irréductibilité toute phénoménologique, comme on revient au monde. Car la proximité avec l’arbre et le fait de vivre parmi les arbres pourraient paradoxalement nous empêcher de le voir véritablement. Surtout, cette cécité empêcherait de faire advenir le sens que l’arbre revêt pour les humains. Dans cette perspective d’un retour à l’arbre, en quoi l’art permettrait-il de s’engager dans l’expérience de l’apparition ? Par-delà l’apparence, pourquoi aiderait-il spécifiquement à penser ce passage du voir au regard ? Ces questions sont légitimes, car, si la force imageante de l’arbre appelle au dialogue et si son immobilité et sa verticalité conduisent à lui accorder une attention particulière, il n’est pas évident que, face à l’arbre, l’art soit une condition suffisante à la possibilité d’un échange. L’extériorité de l’arbre ne confronte-t-elle pas toute création artistique à une séparation radicale ou alors à une incompréhension inéluctable à son endroit ? Ainsi, dans l’hypothèse où l’arbre entrerait en résonnance avec les humains, en quoi l’art permettrait-il d’engager le dialogue avec lui et de quelle manière ? Pourquoi et comment l’art permettrait-il de traduire les signes émanant du végétal ? Dans la perspective d’un dialogue possible avec l’arbre, cette Journée d’étude interroge ce que pourrait être un traduire sensible qui n’enferme pas le face-à-face avec le végétal et le sens qui en surgit dans une totalité, mais les déploie au contraire dans une pluralité. Elle portera également son attention et ses interrogations sur les enjeux anthropologiques et philosophiques soulevés par une création artistique qui travaille et expérimente l’idée de continuité entre les vivants humains et les vivants végétaux.

Programme

  • 9H00 Ouverture Gilles Picarel
  • 9H15 Le silence de l’arbre et la forêt du monde, François Soulages, professeur des universités, Université Paris 8 & INHA, Labo AIAC, Président-fondateur de RETiNA.International
  • 10H15 Ovide, l’arbre, les formes du mythe, Biagio D’Angelo, professeur des universités, Université de Brasilia, CNP, Directeur de RETiNA.Brasilia
  • 11H15 L’arbre au risque du sensible Jacques Tassin, chercheur en écologie végétale (HDR), Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) Unité de recherche Forêts et Sociétés, Montpellier
  • 12H15 L’émergence du regard interieur par le toucher de l’arbre, Christine Vial-Kayser, Historienne de l’art HDR, Université de Cergy-Pontoise, Labo Héritages

13H15 Pause déjeuner

  • 14h15 Face aux arbres remarquables : une pluralité d’approches, Quentin Hiernaux, Chercheur postdoctorant, EHESS de Paris, Institut Jean-Nicod, FNRS-Université libre de Bruxelles, Centre de recherche en philosophie
  • 15H15 Quand l’arbre fait nombre. Histoire d’une apparition, Christine Delory-Momberger, professeure des universités, Sorbonne Paris Nord/UNEB Bahia Brésil, Centre de recherche interuniversitaire EXPERICE (Paris 13 / Paris 8), Co-directrice du GIS Sorbonne Paris Nord-Campus Condorcet, Présidence du Collège International de recherche biographique en éducation
  • 16h15 Géométrie de l’arbre, Gabriel Baudrand, Professeur honoraire de mathématiques, Auteur membre de RETiiNA international
  • 17H15 La croissance des formes. Symbolique de l’arbre et energetique de la creationRodolphe OlcèseMaître de conférences en esthétiqueUniversité Jean Monnet Saint-EtienneLabo eclla
  • 18h15 Ekphrasis visuelle de l’arbre : photographie & espacement, Gilles Picarel, Artiste & docteur en esthétique, Chercheur associé Labo AIAC, Université Paris 8, Co-directeur de RETiiNA.France

Inscription

Pour une meilleure gestion de l’événement, merci de vous inscrire en suivant ce lien

Comité scientifique

  • Anikó Ádám, Université catholique Pázmány Péter, Budapest, HongrieP
  • atrick Nardin, Université Paris 8, France
  • Roberto Barbanti, Université Paris 8, France

Comité d'organisation

  • Maxime Dumay, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Gilles Picarel, Université Paris 8
  • Raphaël Yung Mariano, Université Paris 8

Partenaires

  • Université Paris 8
  • Labo AIAC / EPHA
  • RETiNA.International
  • Coopérative de l'image

Places

  • Maison de la Recherche, Amphi MR002 - 2 rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Thursday, May 12, 2022

Keywords

  • arbre, art, esthétique, traduction, photographie, recherche-création, végétal

Contact(s)

  • Gilles Picarel
    courriel : gilles [dot] picarel [at] gmail [dot] com

Information source

  • Gilles Picarel
    courriel : gilles [dot] picarel [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Face à l’arbre : un traduire sensible », Study days, Calenda, Published on Tuesday, April 05, 2022, https://doi.org/10.58079/18m3

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search