HomeMythes et discours (II) : arborescences et formes génériques

HomeMythes et discours (II) : arborescences et formes génériques

*  *  *

Published on Monday, April 25, 2022

Abstract

Le mythe, hier savoir et certitude, aujourd’hui fabulation et légende, se caractérise par une abondance extrême d’occurrences. Soumis à la recherche et à la réflexion scientifique, ces récits des origines ont surtout institutionnalisé la relation entre le mythe et la littérature, une relation d’abord d’ordre génétique, car essentielle pour l’un, et vitale pour l’autre, vu que le mythe est considéré comme la source de la littérature, celle-ci demeurant la seule activité qui lui permet de subsister, ensuite d’ordre générique, du fait que le mythe forme un genre de la littérature. C’est dans la perspective du genre que vient s’inscrire ce colloque. Se voulant une suite au webinaire « Mythes et discours : entre l’inter et le trans », il a pour objectif de montrer la féconde arborescence, des formes génériques, qu’engendre le mythe.

Announcement

Argumentaire

Le mythe oscille entre fiction et réalité. Son origine demeure floue et sa destinée également. Il a été l’histoire des temps primordiaux, communs à tous les hommes, qui détiennent la force de se vêtir dissemblablement selon les époques, les lieux et surtout les croyances. Il représente une manifestation sacrée du sacré, une consécration vouée à l’humanité, afin de se comprendre et de comprendre son monde. Il est ainsi, considéré comme un mensonge important et nécessaire à la fois, fondateur, mystique et profond, digne de respect et certainement de méditation.

Mais le mythe est aussi, selon Mircea Eliade, une réalité, une évidence continuelle, voire éternelle. C’est « un récit d’une actualité constante et non fictionnelle. Aussi bien récitant que public sont à l’intérieur du mythe. Car le mode d’existence spécifique du mythe, c’est l’existence comme réalité »[1]. Ainsi, il accompagne et souvent, fonde l’existence humaine, prend vie à travers ses manifestations et loge dans sa crédulité.

A l’ère postmoderne, le mythe revient avec force et détermination, il « faisait irruption dans notre société rationaliste. Non pas une légende ou un conte dépourvu de tout sens, mais une manière singulière de rendre compte du réel »[2].De la sorte, déclaré et affirmé, le mythe devient objet d’études et d’investigations pour les mythographes modernes, les anthropologues, les philosophes, les psychologues et certainement pour les hommes de lettres. Ces recherches scientifiques, sont la preuve évidente du caractère multiforme et plurivoque du mythe, de sa pertinence, susceptible de concerner l’Homme dans toute sa complexité et son hétérogénéité.

Le mythe, hier savoir et certitude, aujourd’hui fabulation et légende, se caractérise par une abondance extrême d’occurrences. Soumis à la recherche et à la réflexion scientifique, ces récits des origines ont surtout institutionnalisé la relation entre le mythe et la littérature, une relation d’abord d’ordre génétique, car essentielle pour l’un, et vitale pour l’autre, vu que le mythe est considéré comme la source de la littérature, celle-ci demeurant la seule activité qui lui permet de subsister, ensuite d’ordre générique, du fait que le mythe forme un genre de la littérature.

C’est dans la perspective du genre que vient s’inscrire ce colloque. Se voulant une suite au webinaire « Mythes et discours : entre l’inter et le trans », il a pour objectif de montrer la féconde arborescence, des formes génériques, qu’engendre le mythe. Pour André Lalande, « deux objets sont dits être du même genre lorsqu’ils ont en commun quelques caractères importants »[3], de ce fait, pour que des éléments forment un genre, il doivent répondre à trois conditions : partager des similitudes, car toute classification générique se fonde essentiellement sur des traits communs ; posséder des caractères, dans le sens de pertinents ; et respecter la « loi du nombre », puisque, selon Yves Stalloni, « un genre ne peut exister [...] que s’il regroupe sous son label un nombre représentatif d’œuvres liées entre elles par des points communs »[4].

Que pouvons-nous encore dire, écrire et, surtout affirmer, à propos des mythes ?

Axes du colloque: (liste non exhaustive)

  • Le mythe théologique ;
  • Le mythe, le folklore et le rituel ;
  • Le mythe, la magie, le conte et la légende ;
  • Le mythe, l’histoire et le récit uchronique ;
  • Le mythe littéraire et les aires culturelles (le mythe maghrébin, subsaharien, asiatique, nordique, européen, etc.) ;
  • Le mythe et les genres littéraires (la fantasy, le merveilleux, le fantastique, les légendes urbaines, etc.) ;
  • Le mythe et l’intermédialité (les comics et le cinéma).

Modalités de contribution

Les propositions de communication, résumés de 300 mots maximum (en français, en arabe ou en anglais), accompagnés, sur une page à part, d’une biobibliographie, doivent parvenir à l’adresse suivante : mythediscours2@gmail.com

avant le 15 juin 2022.

Calendrier :

  • Envoi des propositions : 15 juin 2022

  • Notification de l’acceptation : 15 juillet 2022
  • Date du colloque : du 23 au 24 novembre 2022
  • Envoi des articles complets : 15 mars 2023
  • Acceptation définitive des articles : 15 mai 2023
  • Publication des actes du colloque : décembre 2023

Présidents d’honneur

  • Pr. Ahmed Boutarfaia, Recteur de l’Université de Biskra.
  • Dr. Brahim Kethiri, Doyen de la Faculté des Lettres et des Langues.

Présidence du colloque

  • Dr. Mounir Hammouda, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Dounia Djerou, Université de Biskra, Algérie.

Comité scientifique

Président : Dr. Khaled Guerid, Directeur du laboratoire SEPRADIS.

Membres

  • Pr. Abdelouahab Dakhia, Université de Biskra, Algérie.
  • Pr. Chafika Femmam, Université de Biskra, Algérie.
  • Pr. Kahiudi Claver Mabana, Université des Indes occidentales, Barbade.
  • Pr. Louis Hébert, Université du Québec à Rimouski, Canada.
  • Pr. Mamadou Kalidou Ba, Université de Nouakchott, Mauritanie.
  • Pr. Mohamed Lamine Bahri, Université de Biskra, Algérie.
  • Pr. Nacereddine Benghenissa, Université de Biskra, Algérie.
  • Pr. Saïd Saïdi, Université Batna 1, Algérie.
  • Pr. Samira Souilah, Université d’Annaba, Algérie.
  • Dr. Ahmed Chaouki Houadjli, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Amel Maouchi, Université de Constantine 1, Algérie.
  • Dr. Aziza Benzid, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Brînduşa Grigoriu, Université Alexandru Ioan Cuza, Roumanie.
  • Dr. Dalila Belkacem, Université Oran 2, Algérie.
  • Dr. Elisabeth Yaoudam, Université de Maroua, Cameroun.
  • Dr. Fouzia Amrouche, Université de M’sila, Algérie.
  • Dr. Larissa Luica, Université de Bucarest, Roumanie.
  • Dr. Louise Müller, Université de Leiden, Pays-Bas.
  • Dr. Miroslava Novotná, Université Masaryk, République Tchèque.
  • Dr. Mounir Dakhia, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Nabila Bedjaoui, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Nadjette Ouamane, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Nadjiba Benazouz, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Nassima Belazrag, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Nawel Kherra, Université de Sétif, Algérie.
  • Dr. Ouafa Brinis, Université d’Annaba, Algérie.
  • Dr. Salim Kerboua, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Salim Khider, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Sihem Guettafi, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Soizic Escurignan, Université de Poitiers, France.
  • Dr. Tarek Khireddine, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Yasmine Achour, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Zineb Moustiri, Université de Biskra, Algérie.

Comité d’organisation

Présidente : Dr. Aziza Benzid, Université de Biskra, Algérie.

Membres

  • Dr. Khedidja Ghemri, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Meryem Haddad, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Ourida Heddouche, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Siham Zerari, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Sonia Saouli, Université de Biskra, Algérie.
  • Dr. Soraya Refrafi, Université de Biskra, Algérie.
  • M. Kamel Chellouai, Université de Biskra, Algérie.
  • Mme. Fatima Lilia Benkhalifa, Université de Biskra.
  • Mme. Houda Aouiche, Université de Biskra.
  • Mme. Ifrikia Fettah, Université de Biskra, Algérie.
  • Mme. Nawel Hamel, Université de Biskra.
  • Mme. Souad Ounissi, Université de Biskra.
  • Mme. Souad Slimani, Université de Biskra, Algérie.
  • Mlle. Amina Sofia Souiki, Université de Biskra.
  • Mlle. Fatma Zohra Ghanem, Université de Biskra.
  • Mlle. Feriel Lamri, Université de Biskra.
  • Mlle. Ikram Zenati, Université de Biskra.
  • Mlle. Khalissa Boularouah, Université de Biskra.
  • Mlle. Romaissa Djouadi, Université de Biskra.
  • Mlle. Zineb Abir Saouli, Université de Biskra.

Notes

[1] ELIADE, Mircea, Aspects du mythe, Paris, Édition Gallimard, 1963, p.16.

[2] DE OLIVEIRA GOMES, Claudia, L’indispensable de la mythologie, Édition Studyrama, 2005, p. 09.

[3]LALANDE, André, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 1972, p. 385.

[4] STALLONI, Yves, Les genres littéraires, Daniel Bergez (dir.), Paris, Armand Colin, 2005, p. 118.

Places

  • Faculté des Lettres et des Langues - Université Mohamed Khider de Biskra
    Biskra, Algeria (07000)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Wednesday, June 15, 2022

Keywords

  • mythe, genre, littérature, culture, société

Contact(s)

  • Mounir Hammouda
    courriel : m [dot] hammouda [at] univ-biskra [dot] dz

Information source

  • Mounir Hammouda
    courriel : m [dot] hammouda [at] univ-biskra [dot] dz

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Mythes et discours (II) : arborescences et formes génériques », Call for papers, Calenda, Published on Monday, April 25, 2022, https://doi.org/10.58079/18qt

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search