HomeHistoire et fiction : expression d’une pluridisciplinarité

HomeHistoire et fiction : expression d’une pluridisciplinarité

Histoire et fiction : expression d’une pluridisciplinarité

Ziglôbitha, revue des arts, linguistique, littérature et civilisations n°004 – Décembre 2022

*  *  *

Published on Wednesday, April 27, 2022

Abstract

Toujours considérée comme le rituel des Belles Lettres, la littérature n’a pourtant pas fini de montrer qu’elle possède des ressources infinies ; en plus d’explorer les cimes de l’imaginaire, la création littéraire et romanesque, de façon plus singulière, exploite les documents, sonde les archives et oscille ainsi entre mythe et histoire. Gilbert Durand qui admet un ancrage historique de la fiction romanesque, soutient même que « Les comportements concrets des hommes et précisément le comportement historique, répètent avec timidité et plus ou moins de bonheur, les décors et les situations dramatiques des mythes ».

Announcement

Argumentaire

Toujours considérée comme le rituel des Belles Lettres, la littérature n’a pourtant pas fini de montrer qu’elle possède des ressources infinies ; en plus d’explorer les cimes de l’imaginaire, la création littéraire et romanesque, de façon plus singulière, exploite les documents, sonde les archives et oscille ainsi entre mythe et Histoire. Gilbert Durand qui admet un ancrage historique de la fiction romanesque, soutient même que « Les comportements concrets des hommes et précisément le comportement historique, répètent avec timidité et plus ou moins de bonheur, les décors et les situations dramatiques des mythes » (Durand Gilbert, 1979, p. 11).

Pour autant, il ne s’agit pas ici du système des « regards croisés », c'est-à-dire d’une association de consciences (Interdisciplinarité), mais précisément de la convocation d’une conscience par une autre (pluridisciplinarité). En effet, le roman met l’intelligence créatrice au service de l’Histoire en tant que « événements vrais qui ont l’homme pour acteur » (Veyne Paul, 1971, p. 13) afin de saisir une vérité des moments passés rappelant une réalité intemporelle. L’histoire des événements s’allie à l’histoire des idées, pour mieux dire, l’histoire des événements soutient l’histoire des mœurs. Cette perspective n’offre pas que de la matière au roman, mais elle lui donne aussi, par sa « factualité », du relief, pénétrant de la sorte la vie dans sa profondeur organique. Du père du roman historique Walter Scott, à Hortense Dufour, Eric-Emmanuel Schmitt, en passant par Balzac, Hugo, Vallès et Zola, l’Histoire a souvent servi de toile de fond aux productions romanesques. Le réel et sa (trans)figuration induisent forcément une signifiance ; le prélèvement (ou l’omission) semble donc essentiel dans l’historiographie. 

En fait, interroger l’Histoire dans le roman permet une immersion en contexte ; le décloisonnement, en plus de donner une portée pratique, ouvre la fiction sur l’universalité c'est-à-dire « les vastes destinées de l’humanité » (Constant Benjamin, 1816). Á partir du moment où elle investit la fiction dans une référentialité réaliste et surtout réelle, l’Histoire conduit à une profonde compréhension des faits. L’historisation des fondamentaux du roman permet une tentative d’objectivation, à savoir la possibilité de « faire concurrence à l’état civil », consacrant par là-même la « littérature objective » (Barthes Roland, 1964, pp. 32-43). Inversement, la fonctionnalisation ou la mise en situation de personnages historiques et l’animation (anima « souffle vital, âme ») de scènes historiques permet l’accès à un indicible, autrement inaccessible, par le biais du récit historique. En se servant de l’Histoire, le roman refuse le repli sur soi pour s’ouvrir à une conception plurale de l’ipséité. Elle offre, ainsi, un écrin à l’Histoire, car les œuvres d’art survivent aux empires et les inscrivent dans l’éternité.

Reste le statut du texte ; demeure-t-il littéraire ou devient-il un document historique ? Sa prétention peut-elle être inclusive : à la fois pure opération littéraire et source historique scientifiquement recevable ? Que reste-t-il de l’histoire lorsque l’écrivain, se saisissant du fait historique, lui fait subir une transfiguration, une transformation esthétique ?

Á vrai dire, un tel écrit peut être fidèle au réel sans être mimétique. Par sa spécificité, il se hisse au niveau de genre ou de sous-genre et donne une résonance nouvelle au roman. Pour mieux appréhender les subtilités de ce type de récit, on pourrait s’appuyer sur différents axes :

  • Historicité et récit.
  • Figures historiques et esthétique
  • Référentialité et construction discursive
  • Mythe, mythes et réalité
  • Le roman, un miroir ?
  • Histoire et énonciation
  • Fictionnalisation de l’histoire, une trahison du réel
  • « L’effet de réel » ou tentative d’objectivation, une démarche « négatrice »
  • Autobiographie : vie réelle, vie fictive (entre fantasmes et mémoire)
  • La fiction, l’autre réalité historique
  • La fiction et l’indicible de l’Histoire
  • Récits de fiction et récits d’Histoire (convergences et divergences)
  • Du fait historique à la fiction romanesque : écriture de l’histoire, histoire de l’écriture (le travail de l’écriture, la stylisation, l’esthétisation)
  • Les écritures alternatives de l’histoire

Modalités de soumission

Votre projet d’article entièrement rédigé en français, en anglais, en allemand ou en espagnol au format A4, et présenté sous format Word [Athelas, taille 12, interligne simple] est attendu à l’adresse : ziglobitha@gmail.com

Calendrier

20/09/2022 : Date limite de soumission

  • 20/10/2022 : Notification et retour d’instruction des articles aux auteurs
  • 20/11/2022 : Envoi des tirés à part
  • 15/12/2022 : Mise en ligne

Informations utiles

Frais de soumission : 0F -Les frais de publication - insertion ne sont payés qu’après acceptation de l’article par les experts commis à l’évaluation. -Montant : 50.000F CFA ou 78 EURO

Normes de rédaction en vigueur

Politiques éditoriales

Évaluation

Contacts

  • +225 07 57 21 93 34
  • +225 07 57 05 13 68
  • E-mail : ziglobitha@gmail.com

Coordinateur

  • Gbaka Honoré Yoro, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire

Directeur de publication

  • Gbakre Andoh Jean-Marie - Maître de Conférences - Université Peleforo Gon Coulibaly

Comité scientifique et de lecture

Indications bibliographiques

Arnheim, Rudolf, (1976), La pensée visuelle, traduction française par Claude Noël et Marc Le Cannu, Paris, Éditions Flammarion.

Barthes, Roland, (1964), Essais critiques, « Littérature objective », Paris, Éditions du Seuil.

Boissinot, Alain, (1998), Littérature et Histoire, Les Éditions Bertrand-Lacoste.

Diandué, BI Kacou Parfait, (2003), Histoire et fiction dans la production romanesque d'Ahmadou Kourouma, thèse de doctorat, Inédit, Abidjan-Cocody / Limoges.

Deleuze, Gilles, (2002), Francis Bacon, Logique de la sensation, Paris, Seuil.

Ducrot, Oswald, (1984), Le dire et le dit, Paris, Les Éditions de Minuit.

Durand, Gilbert, (1979), Figures mythiques et visages de l’œuvre, Paris, Berg international éditeurs.

Eco, Umberto, (1965), L’œuvre ouverte, Traduction française, Paris, Seuil, coll. « Points » n°107.

Foucault, Michel, (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Éditions Gallimard.

Gourdeau, Gabrielle, (1993), Analyse du discours narratif, Paris, Éditions Magnard.

Hamon, Philippe, (1993), Du Descriptif, Paris, Hachette Livre.

Jouve, Vincent, (1992), L’Effet-personnage dans le roman (ou du rôle du lecteur dans la construction du personnage), Paris, PUF, « Écriture ».

Kerbrat-Orecchioni, Catherine, (1998), L’implicite, Paris, Armand Colin.

Lejeune, Philippe, (1975), Le pacte autobiographique, Paris, Éditions du Seuil.

Maingueneau, Dominique, (2003), Linguistique pour le texte littéraire, Paris, Nathan.

Meyer, Michel, (2003), Langage et littérature (Essai sur le sens), Paris, PUF.

Mitterand, Henri, (1994), L’illusion réaliste (De Balzac à Aragon), PUF.

Ricoeur, Paul, (1985), Temps et récit (Le temps raconté), Paris, Éditions du Seuil.

Robbe-Grillet, Alain, (1963), : Pour un nouveau roman, Paris, Les Éditions de Minuit.

Rosset, Clément, (2004), Impressions fugitives (L’ombre, Le reflet, L’écho), Paris, Les Éditions de Minuit.

Veyne, Paul, (1971), Comment on écrit l’histoire, Paris, Éditions du Seuil.

Wesphal, Bertrand, (2007), La Géocritique (Réel, Fiction, Espace), Paris, Les Éditions de Minuit, 2007.

Préface Adolphe, (1816), Benjamin Constant.

Préface  Cinq-Mars, (1827), Réflexions sur la vérité dans l’Art, Alfred de  Vigny.

Subjects

Places

  • Korhogo, Côte d'Ivoire (225)

Date(s)

  • Tuesday, September 20, 2022

Keywords

  • littérature, roman, fiction, imaginaire, document, mythe, histoire, drame

Contact(s)

  • Jean-Claude DODO
    courriel : jeanclaude [dot] dodo [at] gmail [dot] com
  • jean-Martial TAPE
    courriel : jeanmartialtap [at] yahoo [dot] fr

Information source

  • jean-Martial TAPE
    courriel : jeanmartialtap [at] yahoo [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Histoire et fiction : expression d’une pluridisciplinarité », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, April 27, 2022, https://doi.org/10.58079/18r2

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search