Home60 ans des Écoles normales supérieures : parcours, mutations, défis et perspectives

Home60 ans des Écoles normales supérieures : parcours, mutations, défis et perspectives

*  *  *

Published on Tuesday, May 03, 2022

Abstract

La formation des professionnels de l’éducation et de la formation dans les Écoles normales supérieures a connu de profondes mutations au XXIe siècle avec la massification des écoles de formation due à la démocratisation de l’accès à l’éducation, l’avènement du système LMD (licence master doctorat) et la nécessaire professionnalisation des enseignants et des filières d’études. Par ailleurs, la problématique de l’ingénierie éducative, technologique et numérique, pour repenser le système didactique et les dispositifs de formation, les crises et réformes cycliques inhérentes aux systèmes éducatifs africains sont autant de possibles, d’enjeux qui commandent une adaptation des parcours et pratiques de formation en fonction des exigences contextuelles et leur arrimage scientifique aux standards internationaux.

Announcement

Argumentaire

La formation des professionnels de l’éducation et de la formation dans les Écoles normales supérieures a connu de profondes mutations au XXIe siècle avec la massification des écoles de formation due à la démocratisation de l’accès à l’éducation, l’avènement du système LMD et la nécessaire professionnalisation des enseignants et des filières d’études. Aussi, la problématique de l’ingénierie éducative, technologique et numérique pour repenser le système didactique et les dispositifs de formation, les crises et réformes cycliques inhérentes aux systèmes éducatifs africains suscitent-elles autant de questionnements possibles, d’enjeux qui commandent une adaptation des parcours et pratiques de formation en fonction des exigences contextuelles et leur arrimage scientifique aux standards internationaux.

Par ailleurs, les pratiques pédagogiques en vigueur dans les Écoles normales supérieures (ENS), les Facultés de formation des personnels de l’éducation et autres établissements de formation d’enseignants gagneraient à être interrogées pour voir si elles sont en conformité avec les objectifs de qualité visés et les mutations constatées lors des multiples réformes des systèmes éducatifs d’Afrique et d’ailleurs.

Ainsi, certaines Écoles normales supérieures ont dû opter pour l’universitarisation et leur mutation en Facultés afin de satisfaire les besoins graduels de formation d’un personnel enseignant de qualité. Elles sont, en cela, soutenues par une recherche africaniste désaliénée (Sarr Diop, 2020), contextualisée et soumise à une vigilance épistémologique permanente (Sy, 2019). C’est, par exemple, le cas de l’ENS de Dakar devenue Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation (FASTEF) par la Loi n° 40-2008 du 20 août 2008 qui lui assigne les missions suivantes :

D’autres établissements des pays d’Afrique subsaharienne (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, etc.) ont préféré maintenir l’ancrage historique et institutionnel classique pour perpétuer le précieux label « École normale supérieure ». Dans tous les cas, des innovations consolidantes, d’ordre administratif, pédagogique, didactique, technologique et formatif, ont été introduites avec des incidences sur la reconfiguration du statut et la carrière des formateurs, la révision des curricula de formation, la professionnalisation des acteurs scolaires, l’harmonisation des textes de gouvernance et des offres de formation en fonction des normes universitaires.

En tout état de cause, l’on est en droit de de se demander si l’offre et le dispositif actuels de formation des Écoles normales supérieures, des Facultés de formation des personnels de l’éducation et autres établissements de formation d’enseignants répondent au profil de l’enseignant professionnel que Baye Daraw Ndiaye décrit comme un enseignant capable de s'adapter « à la demande, au contexte, à des problèmes complexes et variés » (Altet, 1994), d’analyser les situations éducatives complexes par une réflexion dans et sur la pratique (Schön, 1983, 1987), de résoudre en autonomie des problèmes rencontrés, de produire des solutions originales - seul ou en collaboration - dans la poursuite en autonomie d'objectifs complexes et dans le respect de règles éthiques (Altet, 1994 ; Donnay & Charlier, 1990 ; Tochon, 1993 ; Paquay, Altet, Charlier & Perrenoud, 1996) » (Ndiaye 2003, p. 21). Dans la même perspective, Eugénie Eyeang (2021, p. 19) définit l’enseignant professionnel comme « un praticien efficace qui maîtrise les tours de main du métier et fait preuve d’une « expertise pratique » dans le domaine de l’enseignement » ; elle estime, par ailleurs, que dans les contextes éducationnels d’Afrique :

le professeur africain ne peut être conçu comme un parachutiste qui vient d’en haut sans avoir pu comprendre la réalité dans laquelle il va atterrir. Il faut savoir lire et comprendre son propre contexte de référence et celui de ses élèves, en admettant comme point de départ qu’il y a des objectifs et des valeurs qui sont des signes d’identité d’un peuple, d’une culture africaine, qui composent le continent et ceux d’un pays spécifique. Un enseignant africain ne doit jamais perdre son identité et les aspirations, ainsi que les responsabilités que cela implique (Eyeang & Hernandez Diaz (2021, p. 15).   

Les acceptions susmentionnées font écho au profil d’un enseignant apte à exploiter des situations pédagogiques inédites et peu familières et d’adapter son agir professionnel aux concepts de Société, de Culture, de Développement, d’École, de Curriculum et de Qualité de pratiques (Sokhna, 2019) qui prédominent à chaque époque (Sall, 1983 ; Thiam, 1983 ; Shön, 1994 ; Delors, 1998 ; Holborn, 2003 ; Diop, 2019 ; Rabiazamaholy & Thiam, 2019 ; Sokhna, 2019).

Pour donner suite à de récentes rencontres scientifiques et études significatives sur la formation et la professionnalisation des enseignants en Afrique (Rabiazamaholy & Thiam, 2019[2] ; Eyeang & Hernandez Diaz (2021)[3] et sur les « contributions, adhésions et résistances des intellectuels sénégalais au modèle mondial d’éducation »[4], le présent colloque se penche sur les problématiques ci-après :

  • Charlier, J.-E., Panait, Oana M. & Sall, H. N. (2021). Contributions, adhésions et résistances sénégalaises au modèle mondial d’éducation. Louvain-La-Neuve : Academia-L’Harmattan, s. a.
  • Delors, J. (1998). « L’éducation : un trésor est caché dedans ». Rapport à l’UNESCO de la Commission Internationale sur l’éducation pour le vingt et unième siècle. L’éducation en devenir. Éditions UNESCO.
  • Diop Sarr, A. (2020). Pour une désaliénation des études africaines. Repenser l’africanisme postcolonial. Dakar : L’Harmattan.
  • Diop, P. M. (2019). « Le practicum des élèves-professeurs de langues au Sénégal : un outil d’initiation à la démarche réflexive et à la professionnalité ». Dans Rabiazamaholy, H. & Thiam, O., Formation des enseignants dans un monde en mutation. (p. 49-78). Paris : L’Harmattan.
  • Eyeang, E. & Hernandez Diaz, J. M. (2021). Formation des enseignants dans les systèmes éducatifs africains. Salamanca: Ediciones Universidad de Salamanca.
  • Holborn, P. (2003). “Devenir un praticien réflexif ». Dans Holborn, P. Wideen, M. & Andrews, I. (dirs.) Devenir enseignant. A la conquête de l’identité professionnelle. (pp. 283-300). Québec: Les Éditions Logiques.
  • Ndiaye, B. D. (2003). Étude des conceptions des enseignants du Sénégal sur le métier, en référence au modèle de l’enseignant professionnel. Thèse de doctorat. Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation. Université catholique de Louvain.
  • Rabiazamaholy, H. & Thiam, O. (2019) Formation des enseignants dans un monde en mutation. Paris: L’Harmattan.
  • Sall, C. T. (1983). « Une dimension fondamentale de la gestion des institutions d’enseignement supérieur : la gestion pédagogique ». Dans UNESCO, Bureau Régional de Dakar, L’enseignement supérieur en Afrique : tendances et enjeux pour le XXIème siècle (p. 215-235). Dakar : UNESCO Bureau Régional de Dakar.   
  • Shon, D. A. (1994). Le praticien réflexif. A la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel. Québec: Les Éditions Logiques.
  • Sokhna, M. (2019). « Analyse du métier de professeur de mathématiques : détermination de critères de qualité de pratiques ». Dans Rabiazamaholy, H. & Thiam, O., Formation des enseignants dans un monde en mutation. (pp. 79-100). Paris : L’Harmattan.
  • Sy, H. (2019) « Note critique sur l’usage de la vidéo et de la plateforme dans la formation des enseignants ». Dans Diop, P. M & Thiam. O (dir.). Usage de la vidéo dans la formation des enseignants. État de l’art et perspective d’implémentation au Sénégal (p. 129-177). Paris : L’Harmattan. 
  • Thiam, I. D. (1983). « Innovations et réformes dans l’enseignement supérieur : les voies du renouveau ». Dans UNESCO, Bureau Régional de Dakar, L’enseignement supérieur en Afrique : tendances et enjeux pour le XXIème siècle (p. 117-131). Dakar : UNESCO Bureau Régional de Dakar.

Modalités de soumission

La proposition de communication comprend :

  • l’affiliation institutionnelle ;
  • l’axe thématique de la communication ;
  • un résumé de 300 mots et 5 mots-clés.

Les propositions doivent être envoyées en utilisant le lien suivant

au plus tard le 18 juin 2022

Les notifications d’acceptation, de modification ou rejet seront envoyées à partir du 25 juillet 2022.

Les articles à publier dans les Actes du colloque seront attendus au plus tard le 31 octobre 2022. Le texte définitif ne doit pas dépasser 13 pages à interligne simple, police Times New Roman, taille 12, y compris le résumé, les notes, les références, les figures et les tableaux. Durant le colloque, chaque participant fera également une communication orale de 10 à 15 minutes.

Les présentations peuvent se faire en français ou en anglais.

Les frais d’inscription comprenant les pauses-cafés, les déjeuners et le kit du participant s’élèvent à 50 000 FCFA.

Les frais de voyage et d’hébergement sont à la charge des participants.

Publication des Actes du colloque

Les articles retenus seront publiés dans les Actes du colloque après acceptation par le comité de lecture dans un numéro spécial de la revue LIENS Revue Internationale des Sciences et Technologies de l’Éducation.

Informations et contact

Pour toute information complémentaire écrire à fastef60ans@gmail.com et à mamadou1.drame@ucad.edu.sn

  • Dates du colloque : 6-8 décembre 2022
  • Lieu : FASTEF/UCAD
  • Modalités de participation : en présentiel ou en ligne

Comité scientifique

  • Professeur Sanda Maria ARDELEANU (Université Stefan Cel Mare de Suceava – Roumanie)
  • Professeur Kadet Gahie BERTIN (ENS-Abidjan)
  • Professeur Mamadi BIAYE (FASTEF UCAD
  • Professeur Ibrahima CISSE (Université Amadou Makhtar Mbow)
  • Professeur Moussa DAFF (FLSH-UCAD)
  • Profeseur Mbouh Seta DIAGANA (Université de Nouakchott, Nouakchott /Mauritanie)
  • Professeur Abdoul DIALLO (FASTEF)
  • Professeur Mamadou Saliou DIALLO, Institut Supérieur des Sciences de l’Éducation de Guinée (ISSEG)
  • Professeur Amadou Tidiani DIALLO -FLSH – UCAD)
  • Professeur Maguette DIENG (FASTEF – UCAD)
  • Professeur Amadou Sarr DIOP (FASTEF– UCAD)
  • Professeur Elhadji Ibrahima DIOP (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Mountaga DIOP (INSEPS-UCAD)
  • Professeur Papa Mamour DIOP (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Saliou DIOUF (UFR SEFS -UGB)
  • Professeur Eugénie EYEANG (ENS Libreville)
  • Professeur Innocent FASSE, Ecole Nationale Supérieur de l’Enseignement Technique (ENSET), Université de Douala
  • Professeur Valy FAYE (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Divine FUH, HUMA - Institute for Humanities in Africa University of Cape Town
  • Professeur Anne Marilyse KOUADIO (ENS-Abidjan)
  • Professeur Papa Birame GNING (ENSETP – UCAD)
  • Professeur Alioune Badara KANDJI (FLSH-UCAD)
  • Professeur Ibrahima KANE (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Abdoulaye KEBE (ENSETP - UCAD) ;
  • Professeur Gabrielle LETALLEC (Université Paris 13)
  • Professeur Fallou MBOW (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Saïdou MADOUGOU (ENS de l'université Abdou-Moumouni de Niamey)
  • Professeur Jean-Christophe MOUNDJIGUI, École Nationale Supérieur de l’Enseignement Technique (ENSET)
  • Professeur Douga NASSAKO (École Normale Supérieure de Bamako)
  • Professeur Mor NDAO (FLSH – UCAD)
  • Professeur Abdoulaye NDIAYE (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Boubacar Bocar NIANE (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Patricia NEBOUT ARKHURST (ENS d’ABIDJAN RCI)
  • Professeur Constantin NTIRANYIBAGIRA, Institut de Pédagogie Appliquée, Université du Burundi
  • Professeur Jean-Louis ROUGE (Université d’Orléans)
  • Professeur Cheikh Tidiane SALL (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Pierre SARR (FST-UCAD)
  • Professeur Moustapha SOKHNA (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Harouna SY (FASTEF-UCAD)
  • Professeur Kalidou SY (Université Gaston Berger de Saint-Louis)
  • Professeur Souleymane YORO (FASTEF-UCAD)

Comité de pilotage de l’organisation

  • Mamadou Yéro BALDE
  • Babacar BITEYE
  • Baidy DIA
  • Alassane DIALLO
  • Cheikh Sadibou DIAGNE
  • Ousmane DIASSE
  • Aïbatou DIOP
  • Aminata DIOP
  • Babacar DIOP
  • Mamadou DRAME
  • Emanuel dit Magou FAYE
  • Salimata FAYE
  • Cheikh KALING
  • Bassirou GUEYE
  • Dame KANE
  • Adji Mama MARIGO
  • Ismaïla MBODJI
  • Bara NDIAYE
  • Mamadou NDIAYE
  • Manétou NDIAYE
  • Oumar SAMB
  • Ousseynou THIAM
  • Fagueye NDIAYE SYLLA

Secrétariat

  • Koudia Diaw DIOUF
  • Ndèye Fatou Ndiaye SY
  • Sophie Niang MBOW

Notes

[2] Rabiazamaholy, H & Thiam, O. (dirs). (2019). Formation des enseignants dans un monde en mutation. Paris : L’Harmattan. Actes du Colloque international coorganisé par la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Mayence (Allemagne) et le département de psychopédagogie de la FASTEF, intitulé Formation des enseignants dans un monde en mutation ; transition en cycles, gestion des crises et adaptation culturelle, tenu du 7 au 9 avril 2016 à la FASTEF.

[3] Eyeang, E. & Hernandez Diaz, J. M. (coords) (2021). Formation des enseignants dans les systèmes éducatifs africains. Salamanque : Presses Universitaires de Salamanque. Actes du Colloque international co-organisé par l’ENS de Libreville et la Faculté des Sciences de l’Education de Salamanque (Espagne), intitulé Formation des enseignants de la maternelle au supérieur : Rôle, statut et efficacité des systèmes éducatifs africains, tenu à L’École normale supérieure de Libreville (en mode hybride : présentiel et vidéoconférence) du 16 au 19 avril 2021.

[4] Charlier, Jean-Emile, Panait, Oana Marina & Sall, Hamidou Nacuson (2021). Contributions, adhésions et résistances sénégalaises au modèle mondial d’éducation. Louvain-La-Neuve : Academia-L’Harmattan, s. a. Actes du Colloque international co-organisé les 6 et 7 février 2019 à la FASTEF, par l’Université catholique de Louvain (Belgique) et l’ISE-CUSE (UCAD) sur le thème Education inclusive et intégration des différences.   

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Saturday, June 18, 2022

Keywords

  • école normale supérieure, éducation, formation, enseignant, inspecteur

Contact(s)

  • Mamadou Drame
    courriel : mamadou1 [dot] drame [at] ucad [dot] edu [dot] sn

Reference Urls

Information source

  • Mamadou Drame
    courriel : mamadou1 [dot] drame [at] ucad [dot] edu [dot] sn

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« 60 ans des Écoles normales supérieures : parcours, mutations, défis et perspectives », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, May 03, 2022, https://doi.org/10.58079/18tf

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search